Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Insufissance de freinage sur train VEOLIA à Montauban le 26.04.08


Messages recommandés

Ce que j'ai écrit est basé sur la lecture du rapport BEA-TT.

Véolia n'a pas embauché un zombie. Mais le comportement de cet ADC est plus qu'étonnant. Ce qui m'interpelle le plus, c'est ce qui s'est passé après Bordeaux.

d'abord l'enregistrement de vitesse :

et voici ce qu'on lit dans le rapport

Je souligne "l'étonnement" de l'ADC devant l'enregistrement . Descendre à 27 km/h sur un ralent à 50, reprendre la traction et refreiner alors que tu es dans le vert , ça t'arrive souvent, au point de ne pas t'en souvenir 15 jours plus tard ??

La bande montre en effet :

- une accentuation de la courbe de freinage, passant du freinage de service normal à un freinage de type urgence un peu en amont du TIV

- un freinage jusqu'à 27 km/h suivi d'un desserrage

- une reprise de traction, suivie d'un nouveau freinage à 23 km/h.

- une nouvelle reprise de traction, jusqu'aux 100 km/h à l'arrivée sur Montauban

cette série d'événements hors normes n'a pas été mentionnée par le conducteur dans ses premiers rapports écrits. Pourquoi ? Voulait-il le cacher ?

Le rapport dit (je cite le bas de la page 39) :

Cette chute de vitesse faible est dûe à l'insuffisance de freinage du train où seules les deux locomotives freinent; elle était normalement détectable par le conducteur

Je sais parfaitement qu'un ADC a normalement conscience d'être aux premières loges en cas de pépin. Je l'ai assez entendu. Cependant, ce conducteur n'a de toute évidence pas eu un comportement logique.

As-tu une explication de ce comportement autre qu'une hésitation entre s'arrêter pour de bon et poursuivre sa route par crainte qu'une visite complète du train sur place n'entraîne un retard substantiel de la livraison du train au client et des suites professionnelles désagréables pour lui ?

Des retards, les convois de Fret en subissent tous les jours, les marges des sillons, l'exploitation, se combinent pour nous permettre d'en rattraper. Arreter son convoi devrait être une réaction normale devant cette situation anormale....

Je me garderais bien de donner une explication que seul un collègue peut justifier...

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 583
  • Création
  • Dernière réponse

Les plus actifs dans ce sujet

Invité JLChauvin

...

Si je comprends l'aspect technique, comment avoir la certitude que le conducteur aurait essayé de camoufler l'erreur commune des clés CG fermés ( certitude des faits de la preuve )

...

Le rapport indique comment la CG a été manipulée à Bassens et comment sa continuité n'a jamais été restaurée. Comme, en dépit des règles, il n'y a pas eu de nouvel essai de frein, personne n'a pu s'apercevoir de l'interruption de la conduite générale. Les freinages effectués à Bordeaux et Agen semblent pour le moins anormaux, ainsi que le freinage d'urgence très rapidement déclenché à Montauban sans même avoir essayé un freinage de service (ATESS).

Comment expliquer que tous les essais et vérifications effectués pour les besoins de l'enquête démontrent un fonctionnement normal du système de freinage? Sinon par un rétablissement de la continuité CG APRÈS l'incident?

Ce conducteur n'était pas un "bleu" et avait une très grande expérience, il n'a pas appliqué les procédures et a tenté de camoufler ses responsabilités. En soit c'est une réaction humaine compréhensible, qui peut dire ce qu'il aurait fait après une trouille pareille? Mais son comportement n'est pas (et ne peut pas être) admissible pour un opérateur de sécurité.

Ceci dit je ne cherche absolument pas à l'accabler outre mesure, je suis sûr qu'il n'oubliera jamais la peur qu'il s'est fait...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le rapport indique comment la CG a été manipulée à Bassens et comment sa continuité n'a jamais été restaurée. Comme, en dépit des règles, il n'y a pas eu de nouvel essai de frein, personne n'a pu s'apercevoir de l'interruption de la conduite générale. Les freinages effectués à Bordeaux et Agen semblent pour le moins anormaux, ainsi que le freinage d'urgence très rapidement déclenché à Montauban sans même avoir essayé un freinage de service (ATESS).

Comment expliquer que tous les essais et vérifications effectués pour les besoins de l'enquête démontrent un fonctionnement normal du système de freinage? Sinon par un rétablissement de la continuité CG APRÈS l'incident?

Ce conducteur n'était pas un "bleu" et avait une très grande expérience, il n'a pas appliqué les procédures et a tenté de camoufler ses responsabilités. En soit c'est une réaction humaine compréhensible, qui peut dire ce qu'il aurait fait après une trouille pareille? Mais son comportement n'est pas (et ne peut pas être) admissible pour un opérateur de sécurité.

Ceci dit je ne cherche absolument pas à l'accabler outre mesure, je suis sûr qu'il n'oubliera jamais la peur qu'il s'est fait...

C'est évidemment l'une des explications du premier moment d'errance concernant la recherche d'un "bouchon"

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je me garderais bien de donner une explication que seul un collègue peut justifier...

Fabrice

j'aurais aimé aussi qu'il puisse expliquer pour de bon ce qui s'est passé. Pour ça, rien de tel qu'un statut le mettant à l'abri des mauvais coups .... C'est un peu ma conclusion et pour ça que je suis contre la privatisation, d'une manière ou d'une autre, de toutes les professions touchant à la sécurité publique ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

j'aurais aimé aussi qu'il puisse expliquer pour de bon ce qui s'est passé. Pour ça, rien de tel qu'un statut le mettant à l'abri des mauvais coups .... C'est un peu ma conclusion et pour ça que je suis contre la privatisation, d'une manière ou d'une autre, de toutes les professions touchant à la sécurité publique ...

La faute ou l'erreur, et sa sanction eventuelle...

Je crois me souvenir de la grande maison une comprehension à géometrie variable, tout comme dans le privé. Le syndicat peut être une aide serieuse, la présence forte au sein d'un EPIC comme la SNCF serait un gage de préservation pour le salarié....peut être, et quelque fois aussi contre productif: tout dépend des personnes qui s'occupent de l'affaire...ce sont des raisons humaines, statut ou pas.

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

j'aurais aimé aussi qu'il puisse expliquer pour de bon ce qui s'est passé. Pour ça, rien de tel qu'un statut le mettant à l'abri des mauvais coups .... C'est un peu ma conclusion et pour ça que je suis contre la privatisation, d'une manière ou d'une autre, de toutes les professions touchant à la sécurité publique ...

Les vols en avion relèvent-ils de la sécurité publique ? Parce que, au hasard, les pilotes sont employés par des entreprises publiques ou privées mais depuis toujours dans un contexte de concurrence. Et ne me semblent pas avoir besoin d'un statut public pour être à l'abri des mauvais coups... Cela touche plus à la corporation qu'à la privatisation non ??? (dans le sens noble de corporation)

Modifié par assouan
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Toute l'aviation dépend d'une autorité publique en France , la direction de l'aviation civile.

Que tu sois petit pilote privé ou pilote d'une grosse compagnie publique , c'est la même autorité qui t'habilite

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Air France n'est plus une compagnie Publique...ceci dit, le corporatisme est trés fort, avec des syndicats categoriels tels que le Syndicat National des Pilotes de lignes, ou encore l'Union des Navigants de l'Aéronautique Civile.

¨Pour les mauvais coup, il existe des assurances mutuelles qui palient toute perte de licence professionnelle, avec des cotisations assez conséquentes, mais alors c'est de la couverture de Laine plus la doudounne....imposible d'avoir froid. :blush:

La correspondance immédiate que je vois en ferroviaire est la FGAAC, mais c'est un point de vue personnel...

L'histoire façonne à sa maniére les relations sociales au sein des entreprises, donc il ne faut pas detourner le sens de la phrase précédante comme pouvant expliquer un élitisme quelconque.

L'autorité Administrative revient au Ministère des Transports, à la Direction Générale de l'Aviation Civile, et pour la partie "marchande" au Conseil Supérieur de l'Aviation Marchande.

On retrouve les similitudes pour le rail avec encore le Ministère des Transports, puis l'Etabissement Publique de Sécurité Ferroviaire et petite dernière l' Autorité de Régulation des Activités Ferroviaires.

Je me trompe si je dis que nous sommes dans le plus parfait HS?... :Smiley_04:

Fabrice

Modifié par Fabr
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 années plus tard...

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant



×
×
  • Créer...