Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Collision évitée de justesse sur Paris Cherbourg


Messages recommandés

Le 3 novembre sur la ligne de Paris Cherbourg, entre Bréval et Bueil, une collision entre un train et une voiture a été évitée de justesse.

Vers 18h25, un automobiliste circulant à grande vitesse sur un chemin communal négocie mal un virage, pénètre dans les emprises en traversant la voie 2 et s’immobilise sur la voie 1. :Smiley_32:

Le chauffard groggy parvient à s’extraire du véhicule. D’autres véhicules s’arrêtent pour porter secours et un des automobilistes s’interroge sur l’arrivée prochaine d’un train.

Il se précipite alors avec son véhicule à la gare de Bréval à 3 km, avise l’agent commercial de la situation. Le vendeur avise le PRCI de Mantes qui demande à la sous station la coupure d’urgence. okok

Ouf, le train 3351 qui roulait à 160 km/h s’arrête de justesse à 400 m du véhicule accidenté.

Le temps de dégager la voie, le train a été retenu 1h30 et les trains suivants ont eu de sérieux retards.

Bravo à l’automobiliste qui a avisé, bravo à l’agent commercial de Bréval. cartonrouge :blush:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On ne peut que de se féliciter du dénouement heureux de ce fait divers mais il aurait plus judicieux et surtout plus rapide d'utiliser le téléphone du passage à niveau qui je le rappelle est à la disposition des automobilistes qui malheureusement sont trop nombreux à méconnaitre cette possibilité pour aviser d'une quelconque anomalie au PN.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On ne peut que de se féliciter du dénouement heureux de ce fait divers mais il aurait plus judicieux et surtout plus rapide d'utiliser le téléphone du passage à niveau qui je le rappelle est à la disposition des automobilistes qui malheureusement sont trop nombreux à méconnaitre cette possibilité pour aviser d'une quelconque anomalie au PN.

L'accident ne s'est pas produit à un passage à niveau mais en pleine voie.

Pas de PN entre Bréval et Bueil.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

L'accident ne s'est pas produit à un passage à niveau mais en pleine voie.

Pas de PN entre Bréval et Bueil.

Autant pour moi.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Autre solution pour éviter cet accident:rouler moins vite sur la route et savoir métriser son véhicule!!! koiquesse

Ce qui n'a pas été le cas de cet bigbisous d'automobiliste.

Sûrement un jeune c.n qui fesait son "Jakie" avec sa bagnole.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Carambar ! Je me souviens récemment avoir entendu de chez moi un (ou des) train(s) klaxonner avec insistance. Ce n'était pas des coups de klaxonne qu'on a l'habitude d'entendre. Ils étaient longs, et à plusieurs reprises. Environs 2 minutes après ça a recommencé. Je me souviens m'être demandé ce qui pouvait bien se passer. Cependant je ne sais pas si c'était le 3 novembre que j'ai entendu cela.

Je vois très bien ou cela c'est passé. Je me demande comment le gars il a fait ! Le virage est pourtant doux. Il devait pas rouler doucement !!!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines plus tard...

L'accident ne s'est pas produit à un passage à niveau mais en pleine voie.

Pas de PN entre Bréval et Bueil.

Il n'y a plus du tout de PN entre Mantes la Jolie et Cherbourg depuis que la ligne a été modernisée et la vitesse augmentée à 200km/h (pas sur la totalité certes mais bon...).

Notre brave automobiliste a été clairvoyant et a fait ce qui était en son pouvoir. On ne peux pas expliquer à tout le monde l'utilisation des téléphones d'alarme. Déjà si la maréchaussée avait quelques notions de risques ferroviaires, ça serait un bon début.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il n'y a plus du tout de PN entre Mantes la Jolie et Cherbourg depuis que la ligne a été modernisée et la vitesse augmentée à 200km/h (pas sur la totalité certes mais bon...).

Notre brave automobiliste a été clairvoyant et a fait ce qui était en son pouvoir. On ne peux pas expliquer à tout le monde l'utilisation des téléphones d'alarme. Déjà si la maréchaussée avait quelques notions de risques ferroviaires, ça serait un bon début.

Il reste 4 (ou 5) PN entre Mantes et Cherbourg ; ils se trouvent entre Bueil et Evreux dans le département de l'Eure. Lors des travaux d'électrification qui ont été réalisés entre 1989 et 1996, l'ensemble des PN a été supprimé sauf ceux-là pour cause de financement. Le Conseil régional de Basse Normandie et les départements traversés ont financé une part importante des travaux sauf que le département de l'Eure est en haute Normandie et comme les budgets ont été dépassés, il n'y a eu aucune rallonge en haute Normandie.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Donc du PN qui n'était pas strategique...Et aprés les collectivités se retournent, dès qu'il y a incident, vers la SNCF ou RFF en pleurant le pourquoi d'un PN non effacé.... Alors qu'un ou deux ronds points en moins eurent suffit à boucler le budget travaux.

Toutes ces larmes de crocodiles ne sont que poudre aux yeux, et attention, à l'approche des Régionales,

ces dossiers vont enfler...

Fabrice

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ils se trouvent entre Bueil et Evreux dans le département de l'Eure.

Je me souvenais justement de celui qui se trouve à Cherbourg, mais vu la vitesse d'approche... Par contre ceux-ci étaient sortis de mon étude de ligne (Je n'ai plus parcouru la ligne depuis 1999).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 semaines plus tard...

Un coup de chapeau. lotrela

Un article du Parisien 17 12 2009

Mantes-la-Jolie

Il a évité une catastrophe ferroviaire

Le sang-froid d’un automobiliste a permis d’éviter un drame sur la ligne Paris-Caen, près de Bréval. Des vies humaines ont été épargnées grâce à lui.

Hier soir, Adrien Vallon, 23 ans, était le héros d’une réception donnée à la gare de Mantes-la-Jolie par des responsables de la SNCF.

Le 3 novembre, vers 18 h 30, ce technicien, employé dans une concession BMW de Buchelay, rentre chez lui à Gilles (Eure-et-Loir). Sur sa route, à hauteur de Neauphlette, une commune proche de Bréval, il aperçoit plusieurs voitures, clignotants allumés, stationnées près des voies SNCF.

Un véhicule accidenté est bloqué sur les rails. Son conducteur est sain et sauf. Le jeune homme ralentit puis poursuit sa route, convaincu que les automobilistes gèrent convenablement la situation. Quelques mètres plus loin, il change d’avis : « Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai éprouvé le besoin de faire demi-tour », confie ce solide gaillard. Arrivé à la hauteur du petit groupe, il s’aperçoit rapidement que personne n’a pensé à alerter la SNCF. « Je savais qu’à cet endroit, et à cette heure de pointe, les trains sont fréquents et bondés. Si une rame devait percuter la voiture, c’était la catastrophe assurée. »

Adrien remonte immédiatement dans sa voiture, une BMW de 230 CV et fonce à toute vitesse vers la gare de Bréval. Arrivé sur place, il se gare comme il peut, saute de son véhicule et prévient la guichetière. « Lorsque je lui ai présenté le problème, son visage s’est d’abord décomposé. Mais elle a eu le bon réflexe en prévenant tout de suite le poste d’aiguillage de Mantes. Elle m’a mis en relation téléphonique avec un responsable. » Mais au moment d’entamer la conversation, Adrien entend le Paris-Caen, avec près d’un millier de voyageurs à son bord, passer à toute vitesse en gare de Bréval. La voiture n’est qu’à quelques secondes de là. Il y a urgence. Pourtant, à l’autre bout du fil, l’aiguilleur ne cède pas à la panique et décide de couper le courant sur la ligne.

Le train s’arrête à 400 m de la voiture

Au même instant, dans sa cabine de pilotage, Alain constate une panne d’alimentation sur le secteur. Comme le veut la procédure, le conducteur freine son train. La rame de 600 t, lancée à presque 160 km/h, met presque un kilomètre à stopper. « En fait, la procédure prévoit de freiner au bout de vingt secondes, lance Alain. Mais je n’ai pas attendu ce délai. » Et heureusement : le train s’arrête à seulement 400 m de la voiture accidentée, soit neuf petites secondes. « Deux cents mètres après le lieu de l’accident, il y a un pont. Le train aurait très bien pu dérailler à cause de la voiture, glisser vers le pont et chuter. Mais, grâce au dévouement de ce jeune homme, on a évité le pire », se félicite Jean-Louis Couderc, maire (SE) de Neauphlette. Outre leur professionnalisme, les agents SNCF réaliseront une autre prouesse en rétablissant le trafic sur la ligne Paris-Caen, une heure et demie après l’alerte.

http://www.leparisien.fr/yvelines-78/il-a-...2009-747519.php

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Existe-t-il un numéro de téléphone à destination du public pour pouvoir donner l'alerte dans ce genre de situation (obstacle sur la voie hors d'un PN) ? Sachant qu'il est difficile (et à mo avis dangereux) d'expliquer qu'il faut aller trouver un téléphone d'alarme, de voie, de PN…

Il reste toujours la solution d'appeler le 112 mais je ne sais pas avec quelle rapidité l'information arrivera au bon intervenant ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Existe-t-il un numéro de téléphone à destination du public pour pouvoir donner l'alerte dans ce genre de situation (obstacle sur la voie hors d'un PN) ? Sachant qu'il est difficile (et à mo avis dangereux) d'expliquer qu'il faut aller trouver un téléphone d'alarme, de voie, de PN…

Il reste toujours la solution d'appeler le 112 mais je ne sais pas avec quelle rapidité l'information arrivera au bon intervenant ?

Au sujet de la rapidité de l'info, on a bien vu ce que cela a donné le 03 juillet 2009 avec le train 3661 au sud de Limoges

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Existe-t-il un numéro de téléphone à destination du public pour pouvoir donner l'alerte dans ce genre de situation (obstacle sur la voie hors d'un PN) ? Sachant qu'il est difficile (et à mo avis dangereux) d'expliquer qu'il faut aller trouver un téléphone d'alarme, de voie, de PN…

Il reste toujours la solution d'appeler le 112 mais je ne sais pas avec quelle rapidité l'information arrivera au bon intervenant ?

J'ai déjà posé cette question, et la seule réponse qu'on m'a donné : le 17, les gendarmes/policiers ont des procédures et des numéros à appeler à la SNCF dans ce genre de cas. Maintenant, le temps que l'interlocuteur pose toutes les questions pour s'assurer qu'il ne s'agit pas d'un canular, qu'il retrouve le bon numéro, qu'il s'explique...

On peut évoquer la possibilité de mettre un numéro en place à destination du grand public, mais combien de gamins ne voulant pas aller à l'école (ou autre...) appelleront pour de faux signalements ? Donc au final, on reviendra à la liste de questions habituelles pour tenter de savoir s'il s'agit d'un canular ou pas, et donc de la perte de temps qui va avec... Et il s'agirait d'un numéro national, qui devrait lui aussi perdre du temps à chercher le numéro du bon interlocuteur pour arrêter les circulations... On reviendrait aux mêmes soucis qu'en appelant le 17.

Gom

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci Kerguel pour cette info intéressante.

Me concernant j'avais un jour appelé le 112 car j'avais vu des gamins se promener et faire les cons sur la voie. Ils m'ont répondu : êtes vous loin d'une gare ? Non ? Dans ce cas allez à la gare le dire au guichet, car le temps que je transmette à la SNCF, qui transmet poste d'aiguillage, qui transmet aux conducteurs de train, etc. Les gamins ils auront eu le temps de se faire buter 3 fois par les trains...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un coup de chapeau. revoltages

Un article du Parisien 17 12 2009

Mantes-la-Jolie

Il a évité une catastrophe ferroviaire

Le sang-froid d’un automobiliste a permis d’éviter un drame sur la ligne Paris-Caen, près de Bréval. Des vies humaines ont été épargnées grâce à lui.

Hier soir, Adrien Vallon, 23 ans, était le héros d’une réception donnée à la gare de Mantes-la-Jolie par des responsables de la SNCF.

Le 3 novembre, vers 18 h 30, ce technicien, employé dans une concession BMW de Buchelay, rentre chez lui à Gilles (Eure-et-Loir). Sur sa route, à hauteur de Neauphlette, une commune proche de Bréval, il aperçoit plusieurs voitures, clignotants allumés, stationnées près des voies SNCF.

Un véhicule accidenté est bloqué sur les rails. Son conducteur est sain et sauf. Le jeune homme ralentit puis poursuit sa route, convaincu que les automobilistes gèrent convenablement la situation. Quelques mètres plus loin, il change d’avis : « Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai éprouvé le besoin de faire demi-tour », confie ce solide gaillard. Arrivé à la hauteur du petit groupe, il s’aperçoit rapidement que personne n’a pensé à alerter la SNCF. « Je savais qu’à cet endroit, et à cette heure de pointe, les trains sont fréquents et bondés. Si une rame devait percuter la voiture, c’était la catastrophe assurée. »

Adrien remonte immédiatement dans sa voiture, une BMW de 230 CV et fonce à toute vitesse vers la gare de Bréval. Arrivé sur place, il se gare comme il peut, saute de son véhicule et prévient la guichetière. « Lorsque je lui ai présenté le problème, son visage s’est d’abord décomposé. Mais elle a eu le bon réflexe en prévenant tout de suite le poste d’aiguillage de Mantes. Elle m’a mis en relation téléphonique avec un responsable. » Mais au moment d’entamer la conversation, Adrien entend le Paris-Caen, avec près d’un millier de voyageurs à son bord, passer à toute vitesse en gare de Bréval. La voiture n’est qu’à quelques secondes de là. Il y a urgence. Pourtant, à l’autre bout du fil, l’aiguilleur ne cède pas à la panique et décide de couper le courant sur la ligne.

Le train s’arrête à 400 m de la voiture

Au même instant, dans sa cabine de pilotage, Alain constate une panne d’alimentation sur le secteur. Comme le veut la procédure, le conducteur freine son train. La rame de 600 t, lancée à presque 160 km/h, met presque un kilomètre à stopper. « En fait, la procédure prévoit de freiner au bout de vingt secondes, lance Alain. Mais je n’ai pas attendu ce délai. » Et heureusement : le train s’arrête à seulement 400 m de la voiture accidentée, soit neuf petites secondes. « Deux cents mètres après le lieu de l’accident, il y a un pont. Le train aurait très bien pu dérailler à cause de la voiture, glisser vers le pont et chuter. Mais, grâce au dévouement de ce jeune homme, on a évité le pire », se félicite Jean-Louis Couderc, maire (SE) de Neauphlette. Outre leur professionnalisme, les agents SNCF réaliseront une autre prouesse en rétablissant le trafic sur la ligne Paris-Caen, une heure et demie après l’alerte.

http://www.leparisien.fr/yvelines-78/il-a-...2009-747519.php

Tout se termine bien .Mais cela soulève un très gros problème dans nos procédures .....

En effet , les fameuses 20 secondes que je n'ai jamais comprises! .

J'ai tjrs considéré que si il y avait une coupure de "jus" (urgence ou autre ) c'est qu'il y avait un problème .Donc , il devrait y avoir une réaction à la portée de ce qui peut y avoir ....grave ou pas , à ce moment là on ne le sait pas !

Donc , cela devrait relevé des "actions immédiates ".

Sauf si cela a changé depuis qlq mois ....

Modifié par MarcM
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tout se termine bien .Mais cela soulève un très gros problème dans nos procédures .....

En effet , les fameuses 20 secondes que je n'ai jamais comprises! .

J'ai tjrs considéré que si il y avait une coupure de "jus" (urgence ou autre ) c'est qu'il y avait un problème .Donc , il devrait y avoir une réaction à la portée de ce qui peut y avoir ....grave ou pas , à ce moment là on ne le sait pas !

Donc , cela devrait relevé des "actions immédiates ".

Sauf si cela a changé depuis qlq mois ....

20 seconde car c'est le temps de réalimentation de la caténaire, néanmoins je trouve effectivement que c'est long car en 20 seconde un bolide fait pas mal de distance avant freinage.

Mieux effectivement dans ce cas prendre un coup d'avance sur la reglementation! Personne ne viendrat chercher des poux au conducteur si il a juger necessaire de taper l'urgence avant le délai

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 semaines plus tard...

Voila la vraie version avec détails etc...

(Le Parisien)

Hier soir, Adrien Vallon, 23 ans, était le héros d'une réception donnée à la gare de Mantes-la-Jolie par des responsables de la SNCF.

Le 3 novembre, vers 18 h 30, ce technicien, employé dans une concession BMW de Buchelay, rentre chez lui à Gilles (Eure-et-Loir). Sur sa route, à hauteur de Neauphlette, une commune proche de Bréval, il aperçoit plusieurs voitures, clignotants allumés, stationnées près des voies SNCF.

sas_pageid='2358/16818'; // Page : manchettepub/leparisien.com/articles_yvelines sas_formatid=1278; // Format : rectangle 2 300x250 sas_target=''; // Targeting SmartAdServer(sas_pageid,sas_formatid,sas_target);Un véhicule accidenté est bloqué sur les rails. Son conducteur est sain et sauf. Le jeune homme ralentit puis poursuit sa route, convaincu que les automobilistes gèrent convenablement la situation. Quelques mètres plus loin, il change d'avis : « Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai éprouvé le besoin de faire demi-tour », confie ce solide gaillard. Arrivé à la hauteur du petit groupe, il s'aperçoit rapidement que personne n'a pensé à alerter la SNCF. « Je savais qu'à cet endroit, et à cette heure de pointe, les trains sont fréquents et bondés. Si une rame devait percuter la voiture, c'était la catastrophe assurée. »

Adrien remonte immédiatement dans sa voiture, une BMW de 230 CV et fonce à toute vitesse vers la gare de Bréval. Arrivé sur place, il se gare comme il peut, saute de son véhicule et prévient la guichetière. « Lorsque je lui ai présenté le problème, son visage s'est d'abord décomposé. Mais elle a eu le bon réflexe en prévenant tout de suite le poste d'aiguillage de Mantes. Elle m'a mis en relation téléphonique avec un responsable. » Mais au moment d'entamer la conversation, Adrien entend le Paris-Caen, avec près d'un millier de voyageurs à son bord, passer à toute vitesse en gare de Bréval. La voiture n'est qu'à quelques secondes de là. Il y a urgence. Pourtant, à l'autre bout du fil, l'aiguilleur ne cède pas à la panique et décide de couper le courant sur la ligne.

Le train s'arrête à 400 m de la voiture

Au même instant, dans sa cabine de pilotage, Alain constate une panne d'alimentation sur le secteur. Comme le veut la procédure, le conducteur freine son train. La rame de 600 t, lancée à presque 160 km/h, met presque un kilomètre à stopper. « En fait, la procédure prévoit de freiner au bout de vingt secondes, lance Alain. Mais je n'ai pas attendu ce délai. » Et heureusement : le train s'arrête à seulement 400 m de la voiture accidentée, soit neuf petites secondes. « Deux cents mètres après le lieu de l'accident, il y a un pont. Le train aurait très bien pu dérailler à cause de la voiture, glisser vers le pont et chuter. Mais, grâce au dévouement de ce jeune homme, on a évité le pire », se félicite Jean-Louis Couderc, maire (SE) de Neauphlette. Outre leur professionnalisme, les agents SNCF réaliseront une autre prouesse en rétablissant le trafic sur la ligne Paris-Caen, une heure et demie après l'alerte.

Voila, maintenant, juste une question: le train aurait vraiment, forcément déraillé si il aurait tapé la voiture? :Smiley_73:

Modifié par direct
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Voila la vraie version avec détails etc...

(Le Parisien)

Hier soir, Adrien Vallon, 23 ans, était le héros d'une réception donnée à la gare de Mantes-la-Jolie par des responsables de la SNCF.

Le 3 novembre, vers 18 h 30, ce technicien, employé dans une concession BMW de Buchelay, rentre chez lui à Gilles (Eure-et-Loir). Sur sa route, à hauteur de Neauphlette, une commune proche de Bréval, il aperçoit plusieurs voitures, clignotants allumés, stationnées près des voies SNCF.

sas_pageid='2358/16818'; // Page : manchettepub/leparisien.com/articles_yvelines sas_formatid=1278; // Format : rectangle 2 300x250 sas_target=''; // Targeting SmartAdServer(sas_pageid,sas_formatid,sas_target);Un véhicule accidenté est bloqué sur les rails. Son conducteur est sain et sauf. Le jeune homme ralentit puis poursuit sa route, convaincu que les automobilistes gèrent convenablement la situation. Quelques mètres plus loin, il change d'avis : « Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai éprouvé le besoin de faire demi-tour », confie ce solide gaillard. Arrivé à la hauteur du petit groupe, il s'aperçoit rapidement que personne n'a pensé à alerter la SNCF. « Je savais qu'à cet endroit, et à cette heure de pointe, les trains sont fréquents et bondés. Si une rame devait percuter la voiture, c'était la catastrophe assurée. »

Adrien remonte immédiatement dans sa voiture, une BMW de 230 CV et fonce à toute vitesse vers la gare de Bréval. Arrivé sur place, il se gare comme il peut, saute de son véhicule et prévient la guichetière. « Lorsque je lui ai présenté le problème, son visage s'est d'abord décomposé. Mais elle a eu le bon réflexe en prévenant tout de suite le poste d'aiguillage de Mantes. Elle m'a mis en relation téléphonique avec un responsable. » Mais au moment d'entamer la conversation, Adrien entend le Paris-Caen, avec près d'un millier de voyageurs à son bord, passer à toute vitesse en gare de Bréval. La voiture n'est qu'à quelques secondes de là. Il y a urgence. Pourtant, à l'autre bout du fil, l'aiguilleur ne cède pas à la panique et décide de couper le courant sur la ligne.

Le train s'arrête à 400 m de la voiture

Au même instant, dans sa cabine de pilotage, Alain constate une panne d'alimentation sur le secteur. Comme le veut la procédure, le conducteur freine son train. La rame de 600 t, lancée à presque 160 km/h, met presque un kilomètre à stopper. « En fait, la procédure prévoit de freiner au bout de vingt secondes, lance Alain. Mais je n'ai pas attendu ce délai. » Et heureusement : le train s'arrête à seulement 400 m de la voiture accidentée, soit neuf petites secondes. « Deux cents mètres après le lieu de l'accident, il y a un pont. Le train aurait très bien pu dérailler à cause de la voiture, glisser vers le pont et chuter. Mais, grâce au dévouement de ce jeune homme, on a évité le pire », se félicite Jean-Louis Couderc, maire (SE) de Neauphlette. Outre leur professionnalisme, les agents SNCF réaliseront une autre prouesse en rétablissant le trafic sur la ligne Paris-Caen, une heure et demie après l'alerte.

Voila, maintenant, juste une question: le train aurait vraiment, forcément déraillé si il aurait tapé la voiture? :Smiley_73:

comment savoir ?

avec des si ...

comment était la voiture ? grosse voiture...

si, si, si heureusement que la conscience de plusieurs à joué !

je préfère cela ...et na pas avoir de réponse sur le train déralle ou pas.

il aurait pu dérailler : assurément.

il aurait déraillé assurément : peut être...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Direct.... La "VRAIE" histoire... Parce qu'un journal est forcément impartial et détient donc la vérité ?

Et histoire d'en rajouter, tu t'es rendu compte que tu avais copié le même article que Kerguel un peu plus haut ? Son message a d'ailleurs été cité juste 2 messages au dessus du tiens....

Gom

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Direct.... La "VRAIE" histoire... Parce qu'un journal est forcément impartial et détient donc la vérité ?

Et histoire d'en rajouter, tu t'es rendu compte que tu avais copié le même article que Kerguel un peu plus haut ? Son message a d'ailleurs été cité juste 2 messages au dessus du tiens....

Gom

Pour ma part, l'histoire je l'ai un peu vécue en live à distance, puisque j'étais d'astreinte.

L'article du journal souligne le comportement exemplaire de l'automobiliste, puisque sans lui, il y aurait des dégats et pas uniquement matériel.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour ma part, l'histoire je l'ai un peu vécue en live à distance, puisque j'étais d'astreinte.

L'article du journal souligne le comportement exemplaire de l'automobiliste, puisque sans lui, il y aurait des dégats et pas uniquement matériel.

Je ne te mettais pas en doute Kerguel, je réagissais à la première phrase de Direct, "Voila la vraie version avec détails etc...", pour un article de presse... Il y a du vrai, il y a du faux, mais il n'y aura jamais la science infuse.

Gom

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...