Aller au contenu
Le Web des Cheminots

l'Etat va subventionner les trains déficitaires


Messages recommandés

Bonjour, une dépêche AFP de ce matin:

16/06/2010 à 11h02

SNCF: l'Etat va subventionner les trains déficitaires

L'Etat signera fin juin avec la SNCF un contrat portant sur les liaisons grandes lignes déficitaires - Corail, Téoz, Intercités et trains de nuit Lunéa - dont il épongera les pertes. Au grand dam des concurrents qui voudraient exploiter ces lignes.

La SNCF se plaignait depuis longtemps de ces lignes qu'elle devait assumer vaille que vaille, au nom du service public.

Même si certaines d'entre elles ont été modernisées avec l'apparition de Téoz en 2003, elles lui font perdre 200 millions d'euros par an, selon ses calculs.

Le président de la SNCF Guillaume Pepy les a qualifiées de «cailloux dans la chaussure» empêchant son entreprise de marcher d'un bon pied sur les chemins de l'ouverture du marché ferroviaire. Et pour bien mettre les pouvoirs publics devant leurs responsabilités, il les a renommés «trains d'aménagement du territoire».

Guillaume Pepy a eu gain de cause: officiellement rebaptisés «trains d’équilibre du territoire», ces trains que tout le monde appelle encore Corail - même si la marque est en voie de disparition - feront l'objet d'une convention avec l'Etat. Tout comme les TER font l'objet d'une convention entre la SNCF et les régions.

Fort des résultats d'un audit commandé pour l'occasion, le gouvernement va définir le niveau de dessertes qu'il désire, et la SNCF fera circuler ses trains contre une compensation financière.

L'entreprise devrait cependant être indirectement mise à contribution via une taxe sur le prix des billets de TGV. Théoriquement sans augmentation de prix.

(Source AFP)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce qui sous-entend que si l'Etat refuse de subventionner, la relation est abandonnée. Et comme les tiroirs ont tendance à se refermer et se cadenasser, il faut plutôt le voir comme ça.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Au grand dam des concurrents qui voudraient exploiter ces lignes.

Alors qu'elles sont déficitaires ??? LOL !!! Les privés ont l'aménagement du territoire dans le sang ! Mouarf !!!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité JLChauvin

Alors qu'elles sont déficitaires ??? LOL !!! Les privés ont l'aménagement du territoire dans le sang ! M !!!

Non, simplement foutre les subventions de l'état (c'est à dire notre fric) dans la poche des dirigeants et actionnaires... et sans contrepartie!

Alimentaire, mon cher Watson!

beurk

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

Je trouve cela pas trop mal quand même !

On verra combien de temps cela tiendra mais, on est toujours en train de pester contre l'Etat qui se désengage (je ne parle pas de Sarko ou d'autres politiques, juste la machine Etat).

Pour le coup, cela n'est pas trop mal et intéressant pour maintenir la structure d'un territoire national.

De mon côté, je pense aussi que les autres EF n'auraient pas été plus altruistes que la SNCF et c'est normal. Une société ne créée pas de l'argent ! Elle doit bien le trouver quelque part, sinon elle tombe.

L'Europe pousse pour que la SNCF rentre dans ce moule. Cependant, par son histoire, la SNCF et ses cheminots possèdent une forte culture du service public. Cela demeure encore l'un de nos fondements.

Pourtant, il est évident que le service public ne permet pas d'être à l'équilibre sur toutes les lignes. Alors, soit comme avant, TGV injecte de l'argent sur les lignes de proximité, avec des fonds qui restent à la SNCF soit, l'Etat, en tant que médiateur réinjecte de l'argent dans les lignes déficitaires pour maintenir le service public, je je considère également indispensable pour d emultiples raisons.

Bonne soirée.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Mais où est l'engagement ? Est-ce qu'il va au-delà d'une déclaration de principe ? Faut-il rappeler l'engagement de l'État dans les compensations aux différents transferts de compétences aux collectivités locales qui est parti en eau de boudin ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

"L'Etat signera fin juin avec la SNCF un contrat portant sur les liaisons grandes lignes déficitaires - Corail, Téoz, Intercités et trains de nuit Lunéa - dont il épongera les pertes."

Pour moi, cela est quand même pas mal. Je ne crois pas que ma banque soit prête à signer un contrat pour éponger mes déficits personnels.

Pour autant, cela n'est pas exceptionnel car, c'est bien du rôle de l'état de permettre à ces lignes de fonctionner. La SNCF est un EPIc, pas l'Etat. Elle est donc responsable de la "mise en œuvre" des moyens pour permettre la maîtrise du territoire, pas de "trouver" les moyens. Cela c'est l'Etat et les citoyens.

Et je dirai même que c'est bien pour la SNCF d'être toujours associé à ce service public souhaité par l'Etat, quand même.

Maintenant, cela n'est pas encore fait et nous ne connaissons pas les détails, il est vrai. Voyons donc le contenu de ce contrat...

Concernant la décentralisation, effectivement, cela n'est pas évident pour les régions. Mais là, la charge n'est pas reportée sur les Régions pour les "Corails", pour le moment.

Bonne soirée.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Mais où est l'engagement ? Est-ce qu'il va au-delà d'une déclaration de principe ? Faut-il rappeler l'engagement de l'État dans les compensations aux différents transferts de compétences aux collectivités locales qui est parti en eau de boudin ?

Au lieu d'être à priori gronchon et dans l'attaque systématique attendons d'en savoir plus avant de condamner. Cela changerait un peu que de toujours être défaitiste et de partir directement avec le fusil avant de voir ce qui se passe.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le mécanisme envisagé est simple: les services déficitaires sont financés par une taxe prélevée sur les billets TGV.

Comme le gouvernement a décidé que le prix des billets TGV ne sera pas augmenté du montant de cette taxe, cela revient à ce qui existe actuellement, le TGV finance les autres trains (Corail, Lunéa...)!

Seul point positif: si demain une autre EF fait rouler des TGV (ou assimilés) elle participera, par le biais de cette taxe, au financement des dits services.

Et dans tout ça, ça ne coute pas un fifrelin au gouvernement mais lui permet de faire un superbe coup de pub!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Euh pour faire simple en gros il n'y a rien de rentable dans les trains GL hors TGV à part Bordeaux-Marseille/Nice, Strasbourg-Lyon et Paris-Caen/Cherbourg c'est ça?

La faute de rentabilité c'est bien la SNCF la grande fautive, car depuis des années (depuis Idrac notamment), tout est fait pour faire la promotion du TGV au grand dam des autres relations, comme Corail, Teoz, TER.

La SNCF à oublier que TOUTE la France n'est pas desservi par le TGV et que des grandes villes française ne verront pas la couleur d'un TGV avant des lustres.

Aujourd'hui la SNCF notamment Intercité supprime des trains à chaque changement de service et cela ne fait pas plaisirs pour de nombreux voyageurs (notamment les clients "abonnement de travail") au prétexte de la non-rentabilité.

Pour ma région par exemple, Intercité à stoppé certains corail sur les axes Amiens <-> Paris-Nord et St Quentin <-> Paris Nord lors du dernier changement de service. Face à la colère des clients, la Région Picardie à repris les sillons. Mais malgré ceci, maintenant pour rejoindre Paris tu met 1h10 voir 1h20 alors qu'auparavant on était à Paris en 1h. La SNCF regresse dans le temps de parcours.

On se demande même si il n'est pas souhaitable de dissoudre Intercité et de filé ce "fardeux" aux régions françaises, car lorsqu'on constate que les TER sont plutôt bien géré par les régions et renouvelle son matériel roulant.

Aujourd'hui, Intercité souffre en outre de problème de fiabilité de ses motrices, certaines on aujourd'hui la cinquantaine, les pauvres machines peine en ligne jusqu'au pannes ou incendie en ligne (sur le Nord, ce sont les 16000 qui ont des défaillances, c'est pas les 15000). J'imagine que dans d'autres régions que le problème est similaire avec notamment les Jacquemins.

Ceci agrave la notoriété des Corails ou Teoz, puisque la multiplication des incidents, les clients ne prennent plus le train au profit de la voiture. Intercité n'a visiblement pas compris (normal, assis derrière un bureau, on peu pas voir ce qui ce passe sur le terrain).

Alors que la SNCF "gare" des machines plus récente, Intercité n'a pas compris qu'il fallait "dégaré" certaines machines pour remplacer les vaillante Jacquemin qui sont à bout de souffle, afin de reconquerir les voyageurs perdu.

Mais bon! je ne compte pas sur Intercité pour regagner du public, car ils sont tous assis derrière un bureau, aussi défaitiste et n'ont pas les c...... pour rivaliser avec le TGV, surtout que les Intercités sont sur des lignes ou le TGV est quasi-absent.

Seul les TER s'en sorte, malgré que l'Etat ne paye pas les compensations.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Alors qu'elles sont déficitaires ??? LOL !!! Les privés ont l'aménagement du territoire dans le sang ! M !!!

La ligne4 Paris-Bâle est déficitaire depuis un bon bout de temps mais depuis l'arrivée du TGV Est en juin 2007, la ligne à perdu pas mal de voyageurs et le Paris-Bâle est maintenant limité à Mulhouse.

Le coup de grâce aura lieu en décembre 2011, avec la mise en service de la LGV Rhin-Rhône qui aura pour conséquence le report des voyageurs de Belfort sur le TGV et la limitation des corail ( si ils y en à encore ) à Vesoul.

Côté desserte la ligne4 avait avant juin 2007 :

6 A/R Paris-Bâle .

2 aller et 3 retour Paris-Mulhouse.

Puis depuis juin 2007 elle a :

4 A/R Paris-Mulhouse

1 A/R Paris-Belfort

1 A/R Paris-Vesoul

Et enfin pour finir quelle desserte aura t'ont en décembre 2011?????

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut,

N'oublie pas que la desserte de nuit Paris - Coire n'existe plus non plus depuis l'arrivée du TGV, et ce contre la volonté des Chemins de Fer Suisses, qui ont eux gardé la liaison, côté Suisse uniquement ... Ce train était bien pratique pour moi qui fais souvent le trajet entre Paris et Chaumont. Il reste maintenant un train limité à Troyes qui part de Paris dans les mêmes horaires. Mais concernant Chaumont, la desserte vers l'Est est devenue squelettique, et concernant Vesoul, il faut s'inquiéter de l'avenir de la relation avec Paris. Il serait pourtant logique et complémentaire de trouver des (ou au moins un par jour) trains Corail circulant entre Paris et Mulhouse en même temps que le TGV assure la relation. Comme il serait logique d'avoir des Corail Paris - Reims, assurant une liaison entre Meaux, Château-Thierry, Epernay et Reims, ou des Paris - Nancy permettant de relier la Champagne à la Lorraine plus efficacement que le TGV qui n'est pas fait pour ça.

Non seulement les relations radiales sont touchées, mais même les trains province - province sont supprimés. Qu'est-ce qui remplace le train de nuit Reims - Nice ? Le Corail Reims - Lyon ? Les relations entre la Champagne-Ardenne et la Picardie ou le Nord - Pas de Calais ?

Christophe

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut CC 72041,

J'y pensé pu au Paris-Croire qui étais bien utile surtout au retour car Chaumont avait un train direct pour Paris avec une arrivée à 6H45 mais maintenant le premier train direct arrive à 8H30.

Moi je boss à Troyes et je quitte le boulot à 18H donc avant juin 2007 je prenais le train de 18H36 pour Chaumont mais maintenant je doit prendre le train de 19H47 et le comble c'est qu'à 18H50 il y a un train venant de Paris mais qui est terminus Troyes. Ils auraient pu le pousser au moins jusqu'à Chaumont.

Le Reims-Nice n'est remplacé par rien et le Reims-Lyon circule toujours mais est limité à Dijon et la compo passe de 9 voitures à 4.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut CC 72041,

J'y pensé pu au Paris-Croire qui étais bien utile surtout au retour car Chaumont avait un train direct pour Paris avec une arrivée à 6H45 mais maintenant le premier train direct arrive à 8H30.

Moi je boss à Troyes et je quitte le boulot à 18H donc avant juin 2007 je prenais le train de 18H36 pour Chaumont mais maintenant je doit prendre le train de 19H47 et le comble c'est qu'à 18H50 il y a un train venant de Paris mais qui est terminus Troyes. Ils auraient pu le pousser au moins jusqu'à Chaumont.

Le Reims-Nice n'est remplacé par rien et le Reims-Lyon circule toujours mais est limité à Dijon et la compo passe de 9 voitures à 4.

Et j'ajouterai les Corail Lunéa 4448/4449 Quimper-Genève et retour, supprimés "provisoirement" en raison de travaux RVB à Redon. Ils auraient dû être rétablis début juin, ils ne le sont toujours pas!

Modifié par Roukmoute
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 7 mois plus tard...
Invité necroshine

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/01/26/04016-20110126ARTFIG00792-comment-les-lignes-de-train-deficitaires-sont-financees.php

Comment les lignes de train déficitaires sont financées

Ce mardi, le prix des billets des trains augmente. Comme pour les péages d'autoroutes, la hausse des tarifs vise, entre autres, à financer les lignes de train non rentables mais qui relèvent du service public de la SNCF.

coeur-.gif Depuis le 1er février, il faut débourser quelques centimes de plus aux péages autoroutiers. Ce mardi, c'est le prix des billets de train qui subit une augmentation de 2,85%. Dans les deux cas, parmi les raisons invoquées pour justifier l'augmentation des tarifs figure le financement de quarante lignes de train déficitaires, dites «trains d'équilibre du territoire».

Ces lignes, que la SNCF est tenue de desservir au nom de sa mission de service public, font perdre chaque année environ 200 millions d'euros à l'entreprise. Depuis plusieurs années, la SNCF réclame donc une aide publique pour leur exploitation. C'est chose faite depuis décembre 2009 : l'Etat s'est engagé à verser une compensation annuelle de 210 millions d'euros pendant trois ans.Un investissement qui servira à «pérenniser un service public vital pour l'équilibre du territoire» et à «répondre aux orientations du Grenelle de l'environnement», selon Thierry Mariani, secrétaire d'Etat chargé des transports.

Compenser un déficit structurel

« Les 210 millions d'euros viendront compenser un déficit structurel avec pour objectif de maintenir l'ensemble de ces lignes», a commenté une porte-parole de la SNCF. Cette somme sera financée par des taxes principalement sur la SNCF mais aussi sur les sociétés d'autoroutes, via la «taxe d'aménagement du territoire».

Pour les usagers de la SNCF, la hausse du prix des billets de train passe d'autant plus mal que les mouvements de protestation des usagers se sont multipliés le mois dernier.

Du côté des sociétés autoroutières, l'augmentation de la taxe d'aménagement du territoire pour financer le rail ne suscite pas non plus beaucoup d'enthousiasme: «je ne peux pas être totalement d'accord avec cette politique», avait expliqué Jean-François Roverato, président de l'Association professionnelle des autoroutes et ouvrages routiers (Asfa) dans un entretien au Figaro . «D'autres pistes pourraient être envisagées, comme la création de lignes d'autocars pour un service équivalent à celui de la SNCF et moins coûteux».

La SNCF doit par ailleurs faire face à l'augmentation des péages de Réseau Ferré de France (RFF), propriétaire des chemins de fer du pays. La nouvelle Autorité de régulation des activités ferroviaires (Araf) a prononcé il y a quelques jours un «avis favorable» sur cette hausse, mais a prévenu qu'elle réaliserait une étude approfondie sur les péages imposés sur les TGV.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

http://www.lefigaro....t-financees.php

Comment les lignes de train déficitaires sont financées

. «D'autres pistes pourraient être envisagées, comme la création de lignes d'autocars pour un service équivalent à celui de la SNCF et moins coûteux».

C'est presque fait pour 2012 entre Rennes/Nantes avec 10 aller/retour par jour.

Le pire, de banlieue à banlieue, c'est plus rapide que le TER qui se traine en passant la fronitère régionale.

Argument pour un TER: sa capacité à transporter +200 voyageurs (diffcile en autocar)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 1 année plus tard...
Invité necroshine

Ca sent le sapin (de noel ???)

http://www.humanite.fr/sncf/info-lhumanite-les-29-grandes-lignes-de-train-que-511464

les 29 grandes lignes de train que l'Etat veut laisser tomber

L'Etat s'apprête à abandonner 29 lignes de trains utilisées par les Corail intercités, Téoz et Lunéa, aux Régions asphyxiées budgétairement et qui ne pourront pas faire face à ces nouveaux coûts. 300 trains de jour desservant 367 villes dans 21 régions sont en jeu.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Pour rester dans le sujet, j'ai fait Bordeaux - Quimper pour le retour du pont de l'Ascension en 2011, le train était bien chargé (voire complet) jusqu'à Nantes, beaucoup moins ensuite. Sans être fermée la ligne risque d'être limitée à Bordeaux-Nantes et passer à terme en TER :-(

(dans le sujet )

Pour la limitation à Nantes, ça semble se préciser :-(

On dirait bien que l'Etat va de concert avec la SNCF, puisque les relations abandonnées correspondent à vue de nez pas mal à des liaisons aussi couvertes par TER ou TGV ...

Nox

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...