Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Enrayer le déclin du fret ferroviaire en France


Messages recommandés

bonjour

pas mal mais j'ai l'impression que beaucoup de points évoqués ici l'on déjà été ailleurs même par les cheminots et leurs syndicats et l'on c'est empresse de faire le contraire

Contact avec les clients pour connaitre leurs besoins...on a supprimé les agences sur le terrain et les vendeurs fret

Maillage du territoire par le wagon isolé...on ferme lignes ,triage, embranchements

Égalité entres EF...et en particulier des charges... tous a faire

Égaliser les conditions de concurrences rail route par le haut.. la SNCf et les autres EF essaient de faire le contraire..etc...

Mesures écologiques en faveur du fret ferroviaire

il va être rapidement enterré ce rapport !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjour

pas mal mais j'ai l'impression que beaucoup de points évoqués ici l'on déjà été ailleurs même par les cheminots et leurs syndicats et l'on c'est empresse de faire le contraire

Contact avec les clients pour connaitre leurs besoins...on a supprimé les agences sur le terrain et les vendeurs fret

Maillage du territoire par le wagon isolé...on ferme lignes ,triage, embranchements

Égalité entres EF...et en particulier des charges... tous a faire

Égaliser les conditions de concurrences rail route par le haut.. la SNCf et les autres EF essaient de faire le contraire..etc...

Mesures écologiques en faveur du fret ferroviaire

il va être rapidement enterré ce rapport !

okok c'est exactement le commentaire que je comptais faire !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

nos sénateurs sont bien gentils mais jusqu'à présent les faits démontrent qu'ils font le contraire, et que le fret ferroviaire (toute EF confondue) se meurt.

donc pascontent

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjour

pas mal mais j'ai l'impression que beaucoup de points évoqués ici l'on déjà été ailleurs même par les cheminots et leurs syndicats et l'on c'est empresse de faire le contraire

Contact avec les clients pour connaitre leurs besoins...on a supprimé les agences sur le terrain et les vendeurs fret

Maillage du territoire par le wagon isolé...on ferme lignes ,triage, embranchements

Égalité entres EF...et en particulier des charges... tous a faire

Égaliser les conditions de concurrences rail route par le haut.. la SNCf et les autres EF essaient de faire le contraire..etc...

Mesures écologiques en faveur du fret ferroviaire

il va être rapidement enterré ce rapport !

Tout est vrai dans ton analyse.....

Je rajouterai juste que si les trafics reprenaient, je me demande avec quelles machines on les assurerait.... Ce n'est pas le peu de machines de lignes encore garées à Sotteville qui feraient le joint, sans compter les machines qui n'appartiennent plus à la SNCF mais à Akiem et qui sont louées à d'autres EF....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjour

pas mal mais j'ai l'impression que beaucoup de points évoqués ici l'on déjà été ailleurs même par les cheminots et leurs syndicats et l'on c'est empresse de faire le contraire

Contact avec les clients pour connaitre leurs besoins...on a supprimé les agences sur le terrain et les vendeurs fret

Maillage du territoire par le wagon isolé...on ferme lignes ,triage, embranchements

Égalité entres EF...et en particulier des charges... tous a faire

Égaliser les conditions de concurrences rail route par le haut.. la SNCf et les autres EF essaient de faire le contraire..etc...

Mesures écologiques en faveur du fret ferroviaire

il va être rapidement enterré ce rapport !

Démago ce rapport...!

et combien ça a couté pour :

l'étude

sa rédaction et sa distribution, avant de finir au 6éme tiroir du dessous aux archives, si ça n'est directement à la corbeille ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Jugement bien sévère...

Ce rapport, pour l'essentiel, enfonce des portes ouvertes mais a le mérite d'exister (pour une fois que des zélus de ce niveau ne sont pas hostiles au chemin de fer!)

Ceci dit, une reprise forte du trafic marchandises ne pourait se faire que progressivement à cause du manque de locos, de wagons, de personnel -qui ne se forme pas en trois semaines- et d'installations (voir le nombre de faisceaux fermés faute d'entretien).

Et donc cela reste du domaine du rêve...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Jugement bien sévère...

Le pragmatisme n'est pas synonyme de sévérité.....

Ce rapport, pour l'essentiel, enfonce des portes ouvertes mais a le mérite d'exister (pour une fois que des zélus de ce niveau ne sont pas hostiles au chemin de fer!)

Ceci dit, une reprise forte du trafic marchandises ne pourrait se faire que progressivement à cause du manque de locos, de wagons, de personnel -qui ne se forme pas en trois semaines- et d'installations (voir le nombre de faisceaux fermés faute d'entretien).

Et donc cela reste du domaine du rêve...

ben justement actuellement dans ce monde on croule sous les rapports qui enfoncent des portes ouvertes....!

Non seulement ça coute à réaliser, mais ensuite ça n'apporte rien concrètement....

Un peu moins de blablabla....et un peu plus de concret en faveur du rail serait le bienvenu...

mais ne rêvons pas, sauf augmentation du prix du carburant exponentielle, rien ne permet de penser que le fret rail a encore de l'avenir sauf trafic spécial ou spécifique....

Que l'on soit d'accord ou pas sur le fond, la réalité de la vraie vie le démontre chaque jour depuis 20 ans....et au final n'émeut réellement que les gens de la profession, les bobos, et ceux dont le métier est indirectement liés au rail (petit lobby par rapport au monde routier)!

Ceux qui sont aux affaires, les donneurs d'ordre ont déjà fait leur choix depuis longtemps hélas.....

Alors comment sortir de cette spirale autrement que par des prises de positions "boboisantes", sans suite, ou corporatistes ?

Car le vrai objectif c'est bien celui là, non ???

Please ne nous parlez pas du Grenelle de l'environnement...la recette a fait long feu...!

Industriellement logistiquement et économiquement parlant qui fait quoi, et comment ? là mainteant avec les régles du système l'environnement économique, les lobbys etc....?

Celui qui sait répondre et argumenter, sans lever la révolution gagne....un tour de manège!

je suis un peu provocateur...mais reconnaissons que cette reconquête du fret.....ça sent la chimère...!(et visiblement ça n'intéresse pas l'EF historique...)!!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

http://www.actu-environnement.com/ae/news/fret-ferroviaire-financement-rail-transport-marchandises-11206.php4

Le Sénat présente ses solutions pour sauver le fret ferroviaire

Soutien public au wagon isolé, réforme des ports maritimes et mise en place de la taxe poids lourds font partie des solutions proposées par les sénateurs pour relance le fret ferroviaire qui a diminué de 56 % entre 2002 et 2009.

Le Fret ferroviaire : la France prend un train de retardAlors que le ministère des Transports annonce des avancées lors du comité de suivi de l'engagement national pour le fret ferroviaire et que la SNCF confirme sa stratégie d'abandon du wagon isolé, les associations et les industriels s'inquiètent.Lire la newsfret ferroviaire français est en déclin : alors que le train assurait deux tiers du transport des marchandises en 1950, il ne représente qu'un dixième du fret aujourd'hui. Après le CGEDD : 9 propositions pour éviter que le fret ne dérailleAlors que l'avenir du transport ferré de marchandises est encore incertain malgré ''l'engagement national pour le fret ferroviaire'', le CGEDD dresse un diagnostic sans concession et identifie les solutions pour le remettre sur les rails. Lire la newsCGEDD, c'est au tour de la Commission de l'économie, du développement durable et de l'aménagement du territoire du Sénat de se pencher sur ce sujet et publie 9 propositions pour inverser la tendance. Plusieurs pistes de financements innovants sont notamment proposées pour améliorer les infrastructures.

Le rapport du groupe de travail sur l'avenir du fret ferroviaire en France a été adopté en Commission, malgré l'abstention de la gauche. Pour Jean-Paul Emorine, président de la Commission, ''nous avons des approches différentes, mais pas d'opposition''. Les sénateurs se rejoignent en effet sur l'état des lieux du transport de marchandises par rail et les principales solutions à mettre en œuvre pour le relancer, mais divergent parfois sur les causes de ce déclin et certaines préconisations.

Un déclin lié en partie à la qualité de l'offre

La forte désindustrialisation de la France, la faiblesse des ports français en tonnage de marchandise, la Transport de marchandises : la route devrait rester prépondéranteLa route représente aujourd'hui 85 % du transport de marchandises en France. Malgré plusieurs projets développés pour favoriser le fret ferroviaire et fluvial, la route devrait rester à l'avenir le principal mode de transport. Lire la newsconcurrence du transport routier combinées à un sous-investissement chronique du réseau ferré depuis trente ans et à des NoteLes sénateurs ne sont pas tous d'accord sur ce point. Le fait que le rapport note que le régime social des cheminots contribue à l'écart de coût entre la SNCF et les autres entreprises de transport, et qu'il faut donc réformer ce statut, a été une des raisons de l'abstention des sénateurs de gauche lors de l'adoption du texte en Commission. coûts trop importants pour la SNCF ont conduit à une baisse continue du trafic ferroviaire depuis la fin des Trente glorieuses. ''Il suffit de regarder chez nos voisins européens, allemands, suisses ou britanniques pour voir que cette situation n'est pas irrémédiable'', note le rapporteur, François Grignon. En Allemagne par exemple, le fret ferroviaire a crû de 50 % entre 2000 et 2008 alors qu'en France, il a chuté de 56 % entre 2002 et 2009.

Si depuis 2008, de nombreuses mesures politiques sont prises pour relancer le rail (la modernisation de la RFF et l'AUTF signent un partenariat pour promouvoir le fret ferroviaireHubert du Mesnil, Président de Réseau Ferré de France (RFF), et Denis Choumert, Président de l'Association des Utilisateurs de Transport de Fret (AUTF), ont signé le 8 février une convention de partenariat visant ''à augmenter la part du fret ferr...Lire la newsgestion des sillons par Réseau ferré de France, le La SNCF engage 1 milliard d'euros pour le fret ferroviaireLe conseil d'administration de la SNCF a approuvé son schéma directeur pour un nouveau transport écologique de marchandises. Ce schéma comprend 9 axes industriels qui s'inscrivent dans le ''grand engagement national pour le fret ferroviaire'' prés...Lire la newsschéma directeur SNCF pour le fret, l'Fret ferroviaire : la politique du Gouvernement a été présentée en Conseil des ministresÀ l'occasion du Conseil des ministres du mercredi 16 septembre, le ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de la mer Jean-Louis Borloo a présenté la politique de la France en matière de fret ferroviaire. Au travers de la ...Lire la newsEngagement national pour le fret en 2009…), les sénateurs pensent qu'il faut aller plus loin pour garantir un avenir à ce mode de transport.

Garantir l'indépendance de la direction de la circulation ferroviaireLes sénateurs abondent dans le sens de la Commission européenne qui rappelait à la France, dans un avis motivé du 1er octobre 2009, que la direction de la circulation ferroviaire (DCF) devait être indépendante : son rôle est d'attribuer en toute impartialité les sillons aux entreprises ferroviaires. Les élus rappellent que cette direction est toujours rattachée à la SNCF et devrait être transférée à RFF. Ils soulignent que la loi dite ORTF de décembre 2009, qui prévoit une série de garanties d'indépendances pour cette direction, tarde à être mise en œuvre. Ils préconisent de réaliser au plus vite les corridors de fret afin d'accentuer la pertinence économique du rail, notamment sur les longues distances. L'offre de transport doit également être revue. Celle de la SNCF est jugée rigide et doit passer d'une logique d'offre à une logique de demande. Les opérateurs ferroviaires de proximité (OFP) devraient quant à eux être soutenus dans certains cas par les pouvoirs publics : ''il en revient parfois de l'intérêt général de soutenir le wagon isolé, dans une logique d'aménagement du territoire'', explique François Grignon.

Enfin, le raccordement entre les grands ports maritimes et le futur L'appel à concurrence pour le Canal Seine-Nord Europe est lancé !L'Etat a lancé vendredi l'avis d'appel public1 à concurrence pour le canal à grand gabarit Seine-Nord Europe entre Compiègne et Aubencheul-au-Bac, près de Cambrai, a annoncé le ministère de l'Ecologie. Ce lancement ouvre la procédure de sélect...Lire la newscanal Seine-Nord-Europe ainsi que la réforme des grands ports maritimes constituent une priorité stratégique pour les sénateurs, afin d'éviter que la majorité du flux maritime de marchandises soit orientée vers d'autres ports européens (Anvers, Rotterdam…).

Trouver des financements pérennes

Pour financer la construction et le renouvellement des voies de raccordement, le rapport préconise de suivre l'exemple de la Suisse qui les subventionne grâce à une taxe sur les huiles minérales.

Autres sources de financement possibles pour garantir la bonne santé du fret français : la Report de l'écoredevance poids lourd : la planète Grenelle a encore tremblé La confirmation du ministère de l'Ecologie, par voie d'AFP dimanche, du report de l'écoredevance poids lourd à la fin 2012 a déclenché la surprise, preuve de la fébrilité des acteurs du Grenelle après le recul sur la taxe carbone… Lire la newstaxe poids lourds (que les sénateurs souhaitent voir mise en place rapidement), son extension aux autoroutes concédées une fois la Eurovignette : le principe ''pollueur-payeur'' bientôt appliqué aux poids lourdsLes ministres européens des Transports ont voté en première lecture un accord politique visant à taxer les poids-lourds quant à la pollution et aux nuisances sonores qu'ils engendrent dans le cadre de la révision de la directive Eurovignette.Lire la newsdirective Eurovignette révisée et l'augmentation des redevances domaniales du réseau autoroutier concédé.

Enfin, ''il convient de relever progressivement le montant des péages ferroviaires afin de garantir des recettes commerciales suffisantes à RFF. D'après une étude conduite par l'Définition de « Organisation de Coopération pour le Développement Economique (OCDE) »Organisation intergouvernemental dont l'objectif est de promouvoir des politiques d'expansion durable de l'économie et de l'emploi, une progression du niveau de vie et la libéralisation des échanges. Dans ce sens son activtés consiste à : - Publ...Lire la définitionOCDE en 2008, les péages moyens du fret français se trouvent parmi les moins chers d'Europe : environ 2€/train-km en France contre 2,6 en Allemagne et 6,2 au Royaume-Uni''.

Des membres du groupe de travail font également d'autres propositions. Si Michel Teston (PS) juge que les coûts externes du transport routier ne sont pas encore assez pris en compte alors qu'ils pourraient constituer une source de financement du rail, Louis Nègre (UMP) estime que les priorités du Grenelle, notamment le lancement de plusieurs lignes grande vitesse (LGV), ne sont pas forcément compatibles avec l'urgence du fret ferroviaire : ''en temps de crise, on sait qu'on ne pourra pas financer les LGV et le fret. Quelle est la priorité financièrement ?''. Ce dernier en appelle d'ailleurs à un Grenelle du fret.

Sophie Fabrégat

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Démago ce rapport...!

et combien ça a couté pour :

l'étude

sa rédaction et sa distribution, avant de finir au 6éme tiroir du dessous aux archives, si ça n'est directement à la corbeille ?

Ce rapport est tout sauf démagogique, en effet à juste raison les sénateurs mettent l'accent sur la nécessité de mettre en place la Redevance Poids lourd et la contribution carbone, deux mesures que le gouvernement a prudemment "reportées" précisément par démagogie :ces mesures sont profondément nécessaires, mais elles sont aussi extrêmement impopulaires, non seulement pour la "cible" les entreprises de transport routier, mais aussi chez la majorité des électeurs ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce rapport est tout sauf démagogique, en effet à juste raison les sénateurs mettent l'accent sur la nécessité de mettre en place la Redevance Poids lourd et la contribution carbone, deux mesures que le gouvernement a prudemment "reportées" précisément par démagogie :ces mesures sont profondément nécessaires, mais elles sont aussi extrêmement impopulaires, non seulement pour la "cible" les entreprises de transport routier, mais aussi chez la majorité des électeurs ...

Il est clair que tant que les politiques n'agissent qu'en fonction des prochaines elections

personne n'aura le courage de prendre cette vraie decision, face aux differents Lobby routier

ou petrolier.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce rapport est tout sauf démagogique, en effet à juste raison les sénateurs mettent l'accent sur la nécessité de mettre en place la Redevance Poids lourd et la contribution carbone, deux mesures que le gouvernement a prudemment "reportées" précisément par démagogie :ces mesures sont profondément nécessaires, mais elles sont aussi extrêmement impopulaires, non seulement pour la "cible" les entreprises de transport routier, mais aussi chez la majorité des électeurs ...

La taxe carbone est impopulaire..... comme la réforme des retraites!!!! Mais là, si cette taxe est mise en place, les routiers risquent de bloquer le pays..... Donc çà ne se fera pas....

Le pouvoir de nuisance des cheminots n'est plus rien à coté de celui du lobby routier.....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La taxe carbone est impopulaire..... comme la réforme des retraites!!!! Mais là, si cette taxe est mise en place, les routiers risquent de bloquer le pays..... Donc çà ne se fera pas....

Le pouvoir de nuisance des cheminots n'est plus rien à coté de celui du lobby routier.....

Une des qualités des vrais hommes politiques est le courage, une autre pourrait être le sens de la stratégie.

Des taxes visant le transport routier risquent de provoquer la colère des transporteurs routiers.

Une stratégie pourrait être :

1) plusieurs années avant la mise en place de la taxe, communiquer sur sa nécessité, de manière à isoler les partisans de la non taxation et à les rendre antipathiques à la population

2) entreprendre des actions de séduction (repas, voyages )vis à vis des leaders d'opinion (certaines associations de consommateurs, etc) pour les retourner

3) anticiper les actions de blocage et mettre en place un plan secret pour casser le blocage en s'appuyant sur les routiers du secteur public (groupe SNCF:Calberson, Bourgey Montreuil,etc...), les dirigeants des routiers du secteur public étant briefés à l'avance : on attend d'eux que leur entreprise ne participe pas au blocage, si tel est le cas ils seront licenciés sur le champ

A mon avis, si on trouve un homme politique assez déterminé et astucieux, de telles mesures seraient applicables.

Une autre possibilité, moins radicale, serait de commencer avec une taxe très légère et ne s'appliquant qu'à peu de camions, qui monterait en puissance au fil des années, jusqu'à devenir très lourde...

Modifié par Mak
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Une des qualités des vrais hommes politiques est le courage, une autre pourrait être le sens de la stratégie.

Des taxes visant le transport routier risquent de provoquer la colère des transporteurs routier.

Une stratégie pourrait être :

1) plusieurs années avant la mise en place de la taxe communiquer sur sa nécessité de manière à isoler les partisans de la non taxation et à les rendre antipathiques à la population

2) entreprendre des actions de séduction (repas, voyages )vis à vis des leaders d'opinion (certaines associations de consommateurs, etc) pour les retourner

3) anticiper les actions de blocage et mettre en place un plan secret pour casser le blocage en s'appuyant sur les routiers du secteur public (groupe SNCF:Calberson, Bourgey Montreuil,etc...), les dirigeants des routiers du secteur public étant briefés à l'avance : on attend d'eux que leur entreprise ne participe pas au blocage, si tel est le cas ils seront licenciés sur le champ

A mon avis, si on trouve un homme politique assez déterminé et astucieux, de telles mesures seraient applicables.

Une autre possibilité, moins radicale, serait de commencer avec une taxe très légère et ne s'appliquant qu'à peu de camions, qui monterait en puissance au fil des années, jusqu'à devenir très lourde...

C'est une politique Sarkozyste ca ????

On fait en lousdé, et ensuite, on reprehende.....

C'est plus facile de taper sur du routier, du greviste ou des automobilistes..... Que sur la vraie delinquance, l'economie sous terraine..... Pathétique !!!

Modifié par necroshine
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pathétique ou pas éthique, c'est une façon de faire habituelle en politique - et ailleurs - et il faudra bien qu'un jour quelqu'un ait le courage de faire supporter au transport routier l'ensemble des coûts financiers directs et indirects qu'il génère et qui sont actuellement à la charge de la socièté.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pathétique ou pas éthique, c'est une façon de faire habituelle en politique - et ailleurs - et il faudra bien qu'un jour quelqu'un ait le courage de faire supporter au transport routier l'ensemble des coûts financiers directs et indirects qu'il génère et qui sont actuellement à la charge de la socièté.

avant que ne se lève la tempête des prêts hypothécaires aux Etats-Unis, on était bien partis pour la seule solution : une hausse considérable des carburants. Malheureusement cette hausse atteint aussi les particuliers (qui peuvent néanmoins réfréner leurs envies de déplacements) et l'aviation (tant pis pour les séjours culturels en Thaïlande).

sinon, toute l'industrie s'étant mise aux normes du zéro stock (chez elle), zéro délai, et aucune flexibilité dans le processus industriel lui-même (reportée sur le transport prié d'assouvir les besoins des industriels), on n'est pas sortis de l'auberge avant très très longtemps ..

Modifié par 5121
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

<br />Pathétique ou pas éthique, c'est une façon de faire habituelle en politique - et ailleurs - et il faudra bien qu'un jour quelqu'un ait le courage de faire supporter au transport routier l'ensemble des coûts financiers directs et indirects qu'il génère et qui sont actuellement à la charge de la socièté.<br />
<br /><br /><br />

Tout à fait d'accord !

C'est une politique Sarkozyste ca ????

On fait en lousdé, et ensuite, on reprehende.....

C'est plus facile de taper sur du routier, du greviste ou des automobilistes..... Que sur la vraie delinquance, l'economie sous terraine..... Pathétique !!!

Je ne vois pas très bien ce qu'il y a de pathétique ! Le plan suggéré vise les patrons (et non les travailleurs ) qui seraient tentés de se rébeller contre la volonté légitime de l'état de se faire justement rétribuer pour les infras mises à leur disposition.

Que les patrons du secteur privé manifestent leur mécontentement, c'est leur droit, en revanche le patron des patrons du secteur routier public c'est l'état : donc ils obéissent à leur patron , la République Française, ou ils dégagent.

Dur, mais juste.

C'est le contraire qui serait pathétique: voir des patrons d'entreprises publiques se rébeller contre les autorités légitimes de l'état.

Il ne s'agit évidemment pas de" taper sur le transport routier" , qui même en cas de rééquilibrage reste indispensable, ni même sur les automobilistes, mais la situation actuelle n'est pas tenable, donc il faut, dans le respect de la loi et de la démocratie, reéquilibrer. Que celà plaise ou non à certains..

Modifié par Mak
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tout à fait d'accord.

L'augmentation des taxes sur les produits pétroliers s'appliquant (plus ou moins) à tout le monde est une mauvaise solution.

Il faut une taxation spécifique du transport routier qui compense les gênes provoquées par ce mode de transport (polution, embouteilleges...)

Mais le poids de ce lobby est tel que ce n'est pas ce gouvernement qui aura le courage de s'y attaquer.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Je remets tes propos :

3) anticiper les actions de blocage et mettre en place un plan secret pour casser le blocage en s'appuyant sur les routiers du secteur public (groupe SNCF:Calberson, Bourgey Montreuil,etc...), les dirigeants des routiers du secteur public étant briefés à l'avance : on attend d'eux que leur entreprise ne participe pas au blocage, si tel est le cas ils seront licenciés sur le champ.

Travail de longue haleine pour faire accepter une telle taxe,

mais on parle de concertation pour la reforme des retraites,

pourquoi ne pourrions nous pas concerter pour une reforme du transport routier....

Ré-adapter le transport, l'offre, le rendre multimodal avec le fluvial et ferroviaire...

Tu preferes le chantage au licenciement ????

Commes les routiers qui ont été convoqués cette semaine dans les commissariats de police,

parce que pendant leurs operations escargots, ya des bleus qui ont étés missionnés pour relever les plaques d'immatriculation,

(plutot que d'aller dans les cités, ou des pauvres gens desesperent de les voir remettre de l'ordre)...

Ces routiers risquent retraits de points, et amendes pouvant aller jusqu'a 2000 euros...

Je reitere donc mes propos... Pathetique....

Modifié par necroshine
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Travail de longue haleine pour faire accepter une telle taxe,

mais on parle de concertation pour la reforme des retraites,

pourquoi ne pourrions nous pas concerter pour une reforme du transport routier....

Ré-adapter le transport, l'offre, le rendre multimodal avec le fluvial et ferroviaire...

Je reviens sur le message de départ du sujet ; les sénateurs ( de droite et de gauche) ont fait le constat que le transport routier de marchandise était largement subventionné et que la concurrence était distordue au détriment du rail.

- Les sénateurs préconisent la mise en place d'une taxation pour les camions.

- Nicolas Sarkozy dit : " Ou,là là, si je fais ce que préconisent les sénateurs, j'ai plus qu'à changer de boulot "

C'est une opinion politique et je la respecte, mais dans le fond tu es, sans doute pour d'autres raisons, comme le président opposé à la taxe et contre la proposition des sénateurs.

Je résume :

- comme Sarkozy, tu préconises, et c'est ton droit, la non-taxation supplémentaire des PL

- Moi, je suis partisan de la solution des sénateurs, même si celle ci est abominée par le Gouvernement.

Tu me qualifie d'être un "sarkoziste", alors que je prends parti contre son attentisme.

Dans la mesure où tu préconise la même chose que le président (surtout ne pas taxer), on se demande qui, en réalité, est le plus sarkoziste des deux...:cool:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tout à fait d'accord.

L'augmentation des taxes sur les produits pétroliers s'appliquant (plus ou moins) à tout le monde est une mauvaise solution.

Il faut une taxation spécifique du transport routier qui compense les gênes provoquées par ce mode de transport (polution, embouteilleges...)

Mais le poids de ce lobby est tel que ce n'est pas ce gouvernement qui aura le courage de s'y attaquer.

Il suffit de voir comment les projets de LKW Maut (dont l'origine est Yves Bur député UMP, comme quoi...) en Alsace (depuis qu'elle est un corridor à camions parallèle à l'A5 allemande) ont été étouffés dans l'œuf.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Je reviens sur le message de départ du sujet ; les sénateurs ( de droite et de gauche) ont fait le constat que le transport routier de marchandise était largement subventionné et que la concurrence était distordue au détriment du rail.

- Les sénateurs préconisent la mise en place d'une taxation pour les camions.

- Nicolas Sarkozy dit : " Ou,là là, si je fais ce que préconisent les sénateurs, j'ai plus qu'à changer de boulot "

C'est une opinion politique et je la respecte, mais dans le fond tu es, sans doute pour d'autres raisons, comme le président opposé à la taxe et contre la proposition des sénateurs.

Je résume :

- comme Sarkozy, tu préconises, et c'est ton droit, la non-taxation supplémentaire des PL

t'as craqué mec, ou ai je ecris cela ???

- Moi, je suis partisan de la solution des sénateurs, même si celle ci est abominée par le Gouvernement.

Tu me qualifie d'être un "sarkoziste", alors que je prends parti contre son attentisme.

Tu oublies de dire que tu es partisan de : 3) anticiper les actions de blocage et mettre en place un plan secret pour casser le blocage en s'appuyant sur les routiers du secteur public (groupe SNCF:Calberson, Bourgey Montreuil,etc...), les dirigeants des routiers du secteur public étant briefés à l'avance : on attend d'eux que leur entreprise ne participe pas au blocage, si tel est le cas ils seront licenciés sur le champ.

Dans la mesure où tu préconise la même chose que le président (surtout ne pas taxer), on se demande qui, en réalité, est le plus sarkoziste des deux...:cool:

Le coté repressif que tu proclames oui, est une solution sarkozyste....

Si tu suis bien la politique actuelle, on met en place aujourd'hui les super camions, soit disant une experimentation...

Je suis pour une taxation, (tu le vois bien la ??????)

mais si tu lis bien mes propos, je repete que cela doit entrer dans une concertation,

et non en un passage en force + repression....

Je ne suis pas la pour faire des propositions politiques, je debat avec tes propos que je trouve inqualifiables,

mais, tu detournes le sujet en ne revenant pas dessus.... "a savoir un salarié qui bloquera sera licencié."

Modifié par necroshine
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

3) anticiper les actions de blocage et mettre en place un plan secret pour casser le blocage en s'appuyant sur les routiers du secteur public (groupe SNCF:Calberson, Bourgey Montreuil,etc...), les dirigeants des routiers du secteur public étant briefés à l'avance : on attend d'eux que leur entreprise ne participe pas au blocage, si tel est le cas ils seront licenciés sur le champ

Non, mais, entre cette remarque et ton coup du train d'hydrocarbure, t'es franchement grave là,

Tu dis être à VFLI, tu me fous les jetons

Et ben maintenant, grâce à toi, chaque train VFLI que je croiserais je ferais tres attention, ou que je relèverais, je ferais le tour de l'engin avant de commencer à rouler

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Non, mais, entre cette remarque et ton coup du train d'hydrocarbure, t'es franchement grave là,

3) anticiper les actions de blocage et mettre en place un plan secret pour casser le blocage en s'appuyant sur les routiers du secteur public (groupe SNCF:Calberson, Bourgey Montreuil,etc...), les dirigeants des routiers du secteur public étant briefés à l'avance : on attend d'eux que leur entreprise ne participe pas au blocage, si tel est le cas ils seront licenciés sur le champ

Je te rappelle que je parlais des mesures anti lock-out à mettre en place, c'est à dire visant non pas les salariés, mais les patrons qui mettraient en place une grève patronale.

On parle bien d'une grève patronale c'est à dire d'une opération qui ne vise pas à défendre les travailleurs,mais vise à défendre les avantages acquis des chefs d'entreprises routières.

En gros , si par solidarité avec les entreprises privées un patron du secteur public décide de ne pas sortir ses camions ou de participer à une opération escargot, il est viré.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...