Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Et Une Couche Sur Les Régimes Spéciaux -


Messages recommandés

Invité ibrahima

Les régimes spéciaux pas la pire injustice, selon Ségolène Royal

agrandir la photo

PARIS (Reuters) - Les régimes spéciaux ne sont pas la pire injustice du système de retraite actuel, a déclaré Ségolène Royal, citant la situation des femmes, et confirmant son souhait de remettre à plat la loi Fillon.

"Il y a d'autres injustices plus criantes que celles des régimes spéciaux, je pense en particulier à ce qu'ont subi les femmes du fait de la réforme Raffarin sur les retraites", a déclaré sur TF1 la candidate du PS, du MRC et du PRG.

Selon elle, les femmes ont été "durement pénalisées" par la réforme "puisque ce sont souvent les femmes qui se sont arrêtées pour élever leurs enfants et qui ont subi du chômage partiel".

Soulignant que l'"on voit aujourd'hui des femmes qui ont travaillé toute leur vie et qui partent à la retraite avec un niveau de retraite à peine supérieur au minimum vieillesse", elle a assuré : "c'est insupportable et là dessus je réformerai la loi sur les retraites".

Interrogée sur un alignement de la durée de cotisation entre le public et le privé, elle a répondu qu'elle souhaitait "des convergences pour que les Français aient le sentiment que les efforts sont équitablement répartis".

Elle a répété que "toutes les modifications du droit social seront précédées d'une négociation entre partenaires sociaux".

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 268
  • Création
  • Dernière réponse

Les plus actifs dans ce sujet

Les plus actifs dans ce sujet

Images publiées

Interrogée sur un alignement de la durée de cotisation entre le public et le privé, elle a répondu qu'elle souhaitait "des convergences pour que les Français aient le sentiment que les efforts sont équitablement répartis".

Convergence ne veux pas dire dans le sens le plus favorable compte tenu du coup ça m'etonnerais beaucoup.

Elle a répété que "toutes les modifications du droit social seront précédées d'une négociation entre partenaires sociaux".

Là aussi negociation veux dire modification mais on peux aussi negocier sans rien lacher qu coté du gouvernement

En fait il ne faut surtout pas attendre trop de qui que que soit. Par experience je me suis aperçu que l'on prenais plein la g...... sous la gauche car nos syndicats etait peu reactifs dans ce cas là. Je ne voie pas pourquoi il en serait different cette fois-ci

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Convergence ne veux pas dire dans le sens le plus favorable compte tenu du coup ça m'etonnerais beaucoup.

Là aussi negociation veux dire modification mais on peux aussi negocier sans rien lacher qu coté du gouvernement

En fait il ne faut surtout pas attendre trop de qui que que soit. Par experience je me suis aperçu que l'on prenais plein la g...... sous la gauche car nos syndicats etait peu reactifs dans ce cas là. Je ne voie pas pourquoi il en serait different cette fois-ci

Peut être Vinces, mais au niveau du discours, il y a tout de même là une sacrée différence, entre on va clairement vous aligner sur le moins favorable, et la convergence des régimes, il y a tout de même une différence. Savoir si dans les faits, cette négociation en sera bien une, c'est autre chose, je te l'accorde, mais entre ça et aucune négociation possible, tu ne peux pas affirmer que c'est bonnet blanc et blanc bonnet !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité ibrahima

Invitée de Laurence Ferrari ce midi sur Canal+, Ségolène Royale a répondu à la question "prendrez-vous François Bayrou comme premier ministre si vous êtes élue ?" : "je ne m'interdis rien".

A mon avis, il y en a qui vont au devant de grosses déconvenues...

Ibrahima

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité ibrahima

PARIS (Reuters) - Ségolène Royal a assuré que la discussion qu'elle veut organiser avec les partenaires sociaux, si elle entre à l'Elysée, porterait également sur les régimes spéciaux des retraites, y compris celui des parlementaires.

"Nous réformerons les régimes spéciaux, y compris le vôtre", a lancé la candidate socialiste à Nicolas Sarkozy lors de leur face à face télévisé, en référence à la retraite des députés.

"Vous ne parlez jamais du régime spécial des parlementaires et celui-ci aussi je le remettrai à plat", a-t-elle ajouté.

Le candidat de l'UMP, ancien ministre de l'Intérieur, a été député des Hauts-de-Seine.

"Vous le ferez, il n'y a aucun problème et je serai d'accord avec vous", a répondu Nicolas Sarkozy.

J'ai vraiment pas envie d'aller voter !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

PARIS (Reuters) - Ségolène Royal a assuré que la discussion qu'elle veut organiser avec les partenaires sociaux, si elle entre à l'Elysée, porterait également sur les régimes spéciaux des retraites, y compris celui des parlementaires.

"Nous réformerons les régimes spéciaux, y compris le vôtre", a lancé la candidate socialiste à Nicolas Sarkozy lors de leur face à face télévisé, en référence à la retraite des députés.

"Vous ne parlez jamais du régime spécial des parlementaires et celui-ci aussi je le remettrai à plat", a-t-elle ajouté.

Le candidat de l'UMP, ancien ministre de l'Intérieur, a été député des Hauts-de-Seine.

"Vous le ferez, il n'y a aucun problème et je serai d'accord avec vous", a répondu Nicolas Sarkozy.

J'ai vraiment pas envie d'aller voter !

Non mais tu crois quoi ? Que Ségo ne ferait rien concernant nos régimes de retraite ? Rassure toi, elle ne nous ménagera pas non plus, il ne fallait pas rêver !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Non mais tu crois quoi ? Que Ségo ne ferait rien concernant nos régimes de retraite ? Rassure toi, elle ne nous ménagera pas non plus, il ne fallait pas rêver !

ça c'est sur qu'on va y passer mais pour une fois la mère Royal parle d'autres régimes spéciaux que les nôtres, et les parlementaires par exemple ça risque de faire causer! Et franchement quand tu vois la retraite que notre cher président sortant va toucher (18000€/mois lapleunicheuse ), il y a de quoi réformer aussi la leur!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité ibrahima

Non mais tu crois quoi ? Que Ségo ne ferait rien concernant nos régimes de retraite ? Rassure toi, elle ne nous ménagera pas non plus, il ne fallait pas rêver !

Et toi ? Tu sais lire ? A quel moment ai-je rêvé ? A quelle moment j'ai dit que la candidate P.S. nous serait favorable ? Si je pensais que c'était "une bonne candidate" j'aurai voté pour elle au 1er tour.

Ibrahima

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Et toi ? Tu sais lire ? A quel moment ai-je rêvé ? A quelle moment j'ai dit que la candidate P.S. nous serait favorable ? Si je pensais que c'était "une bonne candidate" j'aurai voté pour elle au 1er tour.

Ibrahima

calme ibrahima...Je sent le stress là lapleunicheuse

Une chose est sur c'est le moment de faire des économies....parce que les 5 années à venir vont etre longue....très longue...

Il va y avoir des grèves!!! lotrela okok

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

En tout cas ce qui m'a frappé c'est lors du débat entre Sarkosy et Royal, c'est que le premier a dit qu'il réformerait les régimes spéciaux pour l'équité avec les autres et non pas pour sauver les retraites...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

la bonne voie...

Hausse de 4,1% des salaires

dans la métallurgie allemande

Par Par Aurélia END

BERLIN (AFP) - Les salariés de la métallurgie, de l'automobile et de l'électrotechnique en Allemagne ont obtenu une hausse conséquente de leur traitement, signal important alors que les syndicats réclament une meilleure redistribution des fruits de la robuste croissance allemande.

Le patronat et le syndicat IG Metall ont annoncé vendredi une hausse de 4,1% à partir de juin des salaires, suivie d'une nouvelle revalorisation de 1,7% un an plus tard.

Après une vingtaine d'heures de négociation, les partenaires sociaux ont annoncé lors d'une conférence de presse cet accord, qui s'applique d'abord aux 800.000 salariés du secteur dans l'Etat régional du Bade-Wurtemberg, où se concentre la grande partie de l'industrie automobile allemande.

L'accord doit ensuite être étendu aux 3,4 millions de salariés dans toute l'Allemagne.

Les salariés concernés recevront de plus une augmentation de 400 euros en avril et mai, selon les négociateurs.

Cet accord salarial, valable pendant dix-neuf mois, conclut des négociations acharnées marquées par de multiples grèves d'avertissement massives. Jeudi, quelque 300.000 salariés s'étaient mobilisés à l'initiative d'IG Metall, qui agitait également le spectre d'une grève dure.

Le syndicat IG Metall réclamait au départ une hausse de 6,5%, contre une proposition de 2,5% assortie d'un bonus unique de 0,5% de la part des employeurs.

"C'est une belle somme qui va entrer dans la bourse des salariés", a commenté le négociateur du puissant syndicat, Jörg Hofmann, cité dans un communiqué.

"Nous avons pu empêcher les employeurs d'imposer un tournant dans la politique salariale", a-t-il assuré.

Le négociateurs des employeurs dans l'Etat régional, Stefan Roell, a reconnu: "Nous voulions rester sous les 4%", tout en estimant que l'accord trouvé était "équilibré et approprié au vu de l'évolution économique exceptionnellement bonne."

Le patron des patrons du secteur de la métallurgie, Martin Kannegiesser, a jugé dans un communiqué que l'augmentation consentie par les entreprises était un pari sur l'avenir: "les salariés vont désormais devoir couvrir les coûts par leur productivité."

Les employeurs dans le secteur des machines-outils, qui sont pour certains concernés par l'accord trouvé vendredi, se sont montrés nettement plus critiques : "4,1% c'est trop", a réagi Hannes Hesse, dirigeant de la Fédération des constructeurs allemands de machines-outils, en estimant que le compromis trouvé est trop monolithique.

Les négociations dans la métallurgie étaient suivies de très près, alors que les avis divergent en Allemagne sur la répartition de la robuste croissance économique.

Nombre d'économistes, soutenus par le gouvernement ainsi que la Banque centrale européenne, ont mis en garde récemment contre des augmentations de salaires trop fortes, qui pourraient selon eux faire déraper la croissance.

Mais les organisations syndicales allemandes réclament au contraire une part du gâteau pour les salariés.

Dans le secteur du bâtiment, qui emploie quelque 700.000 personnes, les négociations salariales sont par exemple cette année particulièrement épineuses.

Un accord trouvé au niveau fédéral entre les partenaires sociaux sur une revalorisation de 3,5% des salaires a ainsi dû être retiré vendredi, en raison de la vive opposition manifestée par certaines fédérations patronales régionales.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité ibrahima

En tout cas ce qui m'a frappé c'est lors du débat entre Sarkosy et Royal, c'est que le premier a dit qu'il réformerait les régimes spéciaux pour l'équité avec les autres et non pas pour sauver les retraites...

Evidemment puisque celà aggravera le régime général que de détruire les régimes spéciaux...

Il aurait du dire que c'est la faute des 351 sociétaire de la Comédie française, celà aurait été fameux.

Ibrahima

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Et ce qu'oublie, surement de manière volontaire, de dire Nicolas Sarkozy

C'est que pour la retraite nous cotisons :

7,85 % cotisation salariale

28,44 % cotisation patronale

Et COTISATION SUPPLEMENTAIRE 5,67 % dans les cotisations patronale

Donc il faudra qu'il (ce cher Nicolas Sarkozy, si il est élu président de la république) nous rembourse ce que nous avons payé en trop. Et nous augmenté le primes de jours de dimanches et fêtes, de nuit etc..., calculées comme dans les entreprises privées etc...

Sinon c'est pas la peine, il se le met bien profond, pour rester poli

@+ Marc

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Et ce qu'oublie, surement de manière volontaire, de dire Nicolas Sarkozy

C'est que pour la retraite nous cotisons :

7,85 % cotisation salariale

28,44 % cotisation patronale

Et COTISATION SUPPLEMENTAIRE 5,67 % dans les cotisations patronale

Donc il faudra qu'il (ce cher Nicolas Sarkozy, si il est élu président de la république) nous rembourse ce que nous avons payé en trop. Et nous augmenté le primes de jours de dimanches et fêtes, de nuit etc..., calculées comme dans les entreprises privées etc...

Sinon c'est pas la peine, il se le met bien profond, pour rester poli

@+ Marc

En effet c'est trop souvent oublié ça....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

la bonne voie...

Hausse de 4,1% des salaires

dans la métallurgie allemande

Par Par Aurélia END

BERLIN (AFP) - Les salariés de la métallurgie, de l'automobile et de l'électrotechnique en Allemagne ont obtenu une hausse conséquente de leur traitement, signal important alors que les syndicats réclament une meilleure redistribution des fruits de la robuste croissance allemande.

Le patronat et le syndicat IG Metall ont annoncé vendredi une hausse de 4,1% à partir de juin des salaires, suivie d'une nouvelle revalorisation de 1,7% un an plus tard.

Après une vingtaine d'heures de négociation, les partenaires sociaux ont annoncé lors d'une conférence de presse cet accord, qui s'applique d'abord aux 800.000 salariés du secteur dans l'Etat régional du Bade-Wurtemberg, où se concentre la grande partie de l'industrie automobile allemande.

L'accord doit ensuite être étendu aux 3,4 millions de salariés dans toute l'Allemagne.

Les salariés concernés recevront de plus une augmentation de 400 euros en avril et mai, selon les négociateurs.

Cet accord salarial, valable pendant dix-neuf mois, conclut des négociations acharnées marquées par de multiples grèves d'avertissement massives. Jeudi, quelque 300.000 salariés s'étaient mobilisés à l'initiative d'IG Metall, qui agitait également le spectre d'une grève dure.

Le syndicat IG Metall réclamait au départ une hausse de 6,5%, contre une proposition de 2,5% assortie d'un bonus unique de 0,5% de la part des employeurs.

"C'est une belle somme qui va entrer dans la bourse des salariés", a commenté le négociateur du puissant syndicat, Jörg Hofmann, cité dans un communiqué.

"Nous avons pu empêcher les employeurs d'imposer un tournant dans la politique salariale", a-t-il assuré.

Le négociateurs des employeurs dans l'Etat régional, Stefan Roell, a reconnu: "Nous voulions rester sous les 4%", tout en estimant que l'accord trouvé était "équilibré et approprié au vu de l'évolution économique exceptionnellement bonne."

Le patron des patrons du secteur de la métallurgie, Martin Kannegiesser, a jugé dans un communiqué que l'augmentation consentie par les entreprises était un pari sur l'avenir: "les salariés vont désormais devoir couvrir les coûts par leur productivité."

Les employeurs dans le secteur des machines-outils, qui sont pour certains concernés par l'accord trouvé vendredi, se sont montrés nettement plus critiques : "4,1% c'est trop", a réagi Hannes Hesse, dirigeant de la Fédération des constructeurs allemands de machines-outils, en estimant que le compromis trouvé est trop monolithique.

Les négociations dans la métallurgie étaient suivies de très près, alors que les avis divergent en Allemagne sur la répartition de la robuste croissance économique.

Nombre d'économistes, soutenus par le gouvernement ainsi que la Banque centrale européenne, ont mis en garde récemment contre des augmentations de salaires trop fortes, qui pourraient selon eux faire déraper la croissance.

Mais les organisations syndicales allemandes réclament au contraire une part du gâteau pour les salariés.

Dans le secteur du bâtiment, qui emploie quelque 700.000 personnes, les négociations salariales sont par exemple cette année particulièrement épineuses.

Un accord trouvé au niveau fédéral entre les partenaires sociaux sur une revalorisation de 3,5% des salaires a ainsi dû être retiré vendredi, en raison de la vive opposition manifestée par certaines fédérations patronales régionales.

AIRBUS

La grève est reconduite contre l'avis des syndicats( pas tous)

Nantes et Saint-Nazaire ont décidé de poursuivre le mouvement contre l'avis des syndicats. Ils refusent les propositions de la direction, qui prévoit "une augmentation de 2,5%" et "une prime de 500 euros".

Toujours insatisfaits des propositions de la direction, les salariés d'Airbus Saint-Nazaire ont décidé vendredi matin 4 mai, lors d'une assemblée générale, la reconduite de leur grève, contre l'avis des syndicats. Nantes avait voté dans le même sens un peu plus tôt dans la matinée.

La direction avait proposé jeudi une augmentation des salaires de 2,5% et une prime de 500 euros.

Appelant à la reprise du travail, Yvonnick Dréno (FO, majoritaire), a rappelé aux salariés que la direction ne poursuivrait pas les négociations "tant qu'il n'y a pas une situation sereine dans les établissements de l'Ouest". Les "avancées" obtenues jeudi à Toulouse ne sont qu'une "ouverture des négociations", a-t-il affirmé.

Mais les salariés, en grève spontanée depuis une semaine pour réclamer des primes équivalentes à celles de 2006, ont préféré à une large majorité continuer leur mouvement.

Seule la CGT les soutient, la plupart des autres syndicats ayant appelé, comme FO, à la fin de la grève.

Un peu plus tôt dans la matinée, le comité de grève de Nantes a voté, comme à Saint-Nazaire, la reconduction de la grève lundi, a-t-on appris auprès des syndicats.

Les salariés doivent se rassembler à nouveau mercredi devant les sites de Nantes (2.000 salariés) et Saint-Nazaire (2.400 salariés) pour envisager la poursuite du mouvement qui paralyse la production, notamment à Saint-Nazaire, depuis le 27 avril.

Les salariés avaient entamé leur mouvement social vendredi dernier après l'annulation de leur prime d'intéressement et l'évaluation de celle de participation à 2,82 euros.

Cette décision était survenue peu après l'annonce que Noël Forgeard, l'ancien président exécutif d'EADS (maison mère d'Airbus), avait touché 8,4 millions d'euros lors de son éviction en juillet 2006

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est ce que disait il ya quelque temps....IG Métal c'est autre pointure que nos syndicats....

Il faut relativiser car ce ne sont que 4% d'augmentation et il y a aussi peut être un patronat allemand plus conciliant aussi. Et puis à coté de ça, les allemands cotisent 19% pour la retraite, partent à la retraite à 67ans et ont un taux de remplacement de 45%. Et puis quand tu lis ça tu relativises tout de suite et l'Allemagne c'est pas le paradis du salarié:

Dès février dernier, le grand syndicat allemand, IG Metall, avait prévenu: "En 2007, c'est au tour des travailleurs". Et alors que les négociations sont en cours dans la métallurgie, les salariés allemands, qui descendent dans le rue aujourd'hui, ont bien l'intention de toucher cette année les dividendes de la croissance de l'an dernier. Le syndicat attend jusqu'à 100.000 participants à ses grèves d'avertissement, pour la journée de mobilisation la plus importante dans le cadre des négociations salariales. Des négociations qui s'annoncent - mais n'est-ce pas le cas tous les ans ? - ardues. Cette années sans doute plus que les autres, toutefois.

IG Metall a en effet demandé une revalorisation des salaires de pas moins de 6,5%, alors que de son côté, le patronat propose une augmentation de seulement 2,5%, associée à une prime conjoncturelle de 0,5% pour les métallos. Il faudra donc, comme tous les ans, réconcilier les propositions. L'an dernier, les syndicats avaient demandé 5% et obtenu finalement une augmentation de 3%, associée à un bonus de 310 euros par salarié syndiqué.

Reste que ces dernières années, syndicats et salariés avaient plié sous la menace du chômage et des délocalisations. Ainsi, entre 2001 et 2006, les salariés allemands ont en fait connu une baisse du salaire réel par employé de 0,5%. Ils refusent désormais de poursuivre leurs sacrifices et cherchent une revalorisation d'importance cette année. D'autant qu'après les années de vaches maigres, l'économie allemande a connu un fort rebond l'an dernier, en affichant une croissance de quelque 2 ,5%, tandis que le taux de chômage est passé dans le même temps de 11,3% à 9,8%. Et les derniers chiffres sur le chômage ne pourront qu'apporter de l'eau à leur moulin : selon les statistiques rendues publiques hier, le taux, à 9,2% en avril, est au plus bas depuis près de six ans, et le nombre de chômeurs est descendu en dessous de la barre des 4 millions, à 3,845 millions de demandeurs d'emploi.

http://www.latribune.fr/info/Allemagne--IG...ne/Articles.nsf

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est ce que disait il ya quelque temps....IG Métal c'est autre pointure que nos syndicats....

AFP - 4 mai 2007 :

Le patronat et le syndicat IG Metall ont annoncé vendredi une hausse de 4,1% à partir de juin des salaires en Allemagne dans la métallurgie, l’automobile et l’industrie électrotechnique, suivie d’une nouvelle revalorisation de 1,7% un an plus tard.

Après une vingtaine d’heures de négociation, les partenaires sociaux ont annoncé lors d’une conférence de presse cet accord, qui s’applique aux 800.000 salariés du secteur dans l’Etat régional du Bade-Wurtemberg mais doit être étendu aux 3,4 millions de salariés dans toute l’Allemagne.

Les salariés concernés recevront de plus une augmentation de 400 euros en avril et mai, selon les négociateurs.

Cet accord salarial, valable pendant dix-neuf mois, conclut des négociations acharnées marquées par de multiples grèves d’avertissement. Le syndicat IG Metall réclamait au départ une hausse de 6,5%, contre une proposition de 2,5% assortie d’un bonus de 0,5% de la part des employeurs.

Grèves lors de négociations salariales allemandes

Plusieurs milliers de salariés ont débrayé le 30/4 en Allemagne, pour faire pression sur le patronat dans le cadre des négociations salariales de la métallurgie, l’électrotechnique et l’automobile.

Une première série de grèves a eu lieu dimanche 29/4, puis le mouvement s’est étendu à partir du dimanche minuit, à l’expiration du moratoire sur les grèves inscrit dans les conventions collectives.

Environ 800 salariés ont cessé le travail à Düsseldorf sur un site du groupe automobile DaimlerChrysler et chez un sous-traitant. Une manifestation était prévue également à 11h00 à l’usine Siemens de Duisbourg. Dans l’Etat du Bade-Wurtemberg, l’usine DaimlerChrysler de Rastatt a été immobilisée dans la nuit.

Il est évident que les patrons allemands n'ont pas cédés si facilement.Un grand nombre de journée de gréve s'est déroulé ces derniers mois dans la métallurgie allemande.Les plus ardents défenseurs de Ig Metall présents sue ce site ne me semblent pas étre de grands "révolutionnaires", ni utiliser le droit de gréve quand ils en ont la possibilité.

Il est facile ensuite de critiquer les syndicats francais pour leur manque d'efficacité.

Le meilleur des négociateurs ne pourra étre "entendu et écouté" par un patron que s'il dispose de force importante derriére lui.

A bon entendeur salut.

Les acquis sociaux ne sont jamais gagné avec des gouvernements conservateurs ou fascistes.

Modifié par antoine
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il est évident que les patrons allemands n'ont pas cédés si facilement.Un grand nombre de journée de gréve s'est déroulé ces derniers mois dans la métallurgie allemande.Les plus ardents défenseurs de Ig Metall présents sue ce site ne me semblent pas étre de grands "révolutionnaires", ni utiliser le droit de gréve quand ils en ont la possibilité.

Tu as raison je ne suis absolument pas un revolutionnaire Maintenant il faut aussi savoir faire la part des choses entre des petites greves systematiques pour un oui ou un non qui nous decredibilise et un grand mouvement dicté par autre chose que des visées plus politiques que syndicales.

Le meilleur des négociateurs ne pourra étre "entendu et écouté" par un patron que s'il dispose de force importante derriére lui.

A bon entendeur salut.

Certe mais il y a une difference entre pouvoir mobiliser du monde en cas d'echec a une négociation et le fait de systematiquement faire greve avant cette negociation. Tu parlais d'IG metal ils ne font pas souvent greve (pourtant ils obtiennent plus de resultat que nos syndicats) mais le patronat allemand sait que lorsque ça arrive ils sont face a un gros probleme. Tandit que chez nous on reprends le travail apres 24 ou 48 h de greve sans avoir obtenu grand chose.

Les acquis sociaux ne sont jamais gagné avec des gouvernements conservateurs ou fascistes.

Oh Oui, parle moi de la democratie, de la liberté d'opinion et de la liberté d'expression en URSS ou en Chine..........Penses-tu que ce soit des pays modeles où il fait bon vivre ? Personellement je connais deux type de facisme;

- Le facisme brun (ou noir) que les nazi ont tenté d'implanter en Europe dans les année 30

- Le facisme rouge qui a été mis en place par les communiste sous Staline

Entre les deux je ne fait aucune différence.

La démocratie n'est peut-etre pas le systeme le plus abouti mais aujourd'hui c'est celui qui marche le mieux. Combient de pays a travers le monde peuvent se vanter d'avoir alterner la droite et la gauche au pouvoir des 25 dernieres années ? Et dans combien de pays communistes les partis d'oposition peuvent s'exprimer librement comme le Parti communiste le fait en France ?

C'est cela la democratie permettre a tout le monde de s'exprimer afin que la population choisisse et de permetre a la population de le faire regulierement

Modifié par Vinces
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant



×
×
  • Créer...