Aller au contenu

Inharime

Membre
  • Compteur de contenus

    3 681
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    17

Inharime a gagné pour la dernière fois le 15 avril

Inharime a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

5 734 Explosif

À propos de Inharime

  • Rang
    Pendolino
  • Date de naissance 19/10/1947

Infos Personnelles

  • Hobbies
    Buller

Infos Métier

  • Entreprise
    sncf
  • Service
    non
  • Métier & Lieu
    Retraité depuis le 18/10/02 13h00

Visiteurs récents du profil

15 274 visualisations du profil
  1. Je ne pense pas que Bouygues ou Vinci soient intéressés par les TER mais la transformation de la SNCF en deux sociétés anonymes leur font sans doute miroiter de juteuses opportunités le moment venu. Les deux futures sociétés devraient rapidement, compte tenu de leur endettement, soit ouvrir leur capital au privé soit vendre certains actifs rémunérateurs. Les promesses gouvernementales ne sont que des promesses, elles n'engagent à rien et ce gouvernement ou son successeur trouvera toujours une excuse pour les renier. Si l'on se réfère aux autres modes de transport il est probable que, comme pour la route, les LGV suivront le sort des autoroutes et qu'à l'image des aéroports les gares importantes ne resteront pas dans le domaine public. L'entretien du réseau ainsi que celui du matériel roulant devraient également être rapidement confié à des entreprises privées. Tout cela n'est qu'une question de temps et certaines entreprises savent être très patientes.
  2. Vinci, Bouygues et d'autres doivent observer tout cela avec attention. Ces entreprises sont déjà présentes tant dans la gestion de l'infrastructure (via les lignes nouvelles) que dans la traction (via Colas pour Bouygues). Vinci qui gère des aéroports doit certainement s'intéresser à l'avenir de certaines gares. Ces entreprises ne se lancent certainement pas dans une nouvelle activité sans en avoir attentivement évalué les avantages et les inconvénients et elles ont su démontrer qu'elles étaient capables de s'emparer de parts de marché importantes dans des domaines n'ayant à première vue aucun rapport avec leur cœur de métier d'origine. C'est la prudence qui leur commande de rester sur leur réserve, elles attendent de voir si cette réforme leur offrira des opportunités et ne souhaitent sûrement pas se dévoiler prématurément et cela m'étonnerai qu'elles n'agissent pas dès à présent d'une manière ou d'une autre pour que cette réforme aille dans un sens qui leur soit favorable. Le moment venu elles sauront, soit en nom propre, soit par l'intermédiaire d'une filiale ou d'une alliance tirer toute "la substantifique moelle" de l'œuvre jupitérienne. Il n'est donc pas inutile de s'inquiéter de la suite des évènements.
  3. Réforme du système ferroviaire

    Regrouper le fret et le voyageur dans SNCF Mobilité ne réglera pas le problème puisque l'agent circulation sera rattaché à SNCF Réseau. Et même à l'intérieur de SNCF Mobilité il se trouvera toujours quelqu'un pour soulever le problème de la séparation entre les activités subventionnées (Transilien, TER et Intercité) et les autres (TGV et fret).
  4. Superbe démonstration...la SNCF et ses cheminots n'ont donc qu'à se dé...brouiller c'est tout de leur faute à eux et les gouvernements successifs n'y sont strictement pour rien. Je me disais bien aussi - car il m'arrive de m'adresser à moi même - que les Chirac, Sarkozy ou Hollande ne pouvaient en rien avoir une quelconque responsabilité dans tout cela. Me voila rassuré, le contraire aurait ébranlé l'immense confiance que j'avais en ces individus
  5. Tout à fait mais cela fait partie des (nombreuses) idées reçues sur la SNCF et son personnel. Il n'est pas nécessaire d'avoir de la famille qui travaille déjà dans l'entreprise pour y être embauché (il semblerait même que cela ne soit pas du tout un "plus") et il n'est pas non plus obligatoire de se syndiquer. Mais, comme la prime de charbon ou le paiement des jours de grève il y a des légendes urbaines ressassées de façon récurrente qui finissent par convaincre ceux (et ils sont nombreux) qui ne demandent qu'à les croire.
  6. Tout à fait , mais JFK n'avait pas déposé de copyright
  7. Je trouve que ce gouvernement est bien trop timoré. Ce n'est pas une ni deux journées de solidarité par an qu'il faut c'est au moins trois cent soixante cinq. Il ne faut pas oublier les paroles de Jupiter Junior: "ne vous demandez pas ce que l'Etat peut faire pour vous, demandez vous ce que vous pouvez faire pour l'Etat" Et l'Etat c'est lui
  8. Oui, comme à l'armée pour ceux qui ont fait leur service militaire, ne s'agira t'il pas de volontaires désignés d'office? Je crains fort, tout cela n'étant qu'à l'état de projet, que la version définitive n'offre que le choix entre le volontariat ou la démission.
  9. C'est le gouvernement qui impute la responsabilité de la situation actuelle aux cheminots et c'est ce que j'ai écrit (ton avis, aussi éclairé soit il, n'a guère plus d'importance que le mien dans cette histoire ). Il y a effectivement deux problèmes: la dette et l'ouverture à la concurrence mais tu voudras bien reconnaître que ce gouvernement a étroitement lié les deux et s'est largement défaussé sur les cheminots pour justifier ses choix.
  10. Il me semble que des hauts gradés n'ont pas manqué d'attirer l'attention des décideurs sur le risque que la construction puis l'exploitation de certaines LGV feraient peser sur les comptes de l'entreprise. Je crois me souvenir que la SNCF n'était pas franchement enthousiasmée par la LGV Est par exemple ni, plus récemment, par la desserte jugée pléthorique de Bordeaux. Il me semble également que la localisation de certaines gares a été plus un choix politique qu'économique. Mais, là comme ailleurs, il n'est sûrement pas de bon ton d'émettre un avis différent de celui des "autorités supérieures" (qui, elles, doivent rarement justifier et surtout assumer leurs choix). En outre l'achat de matériel pas franchement nécessaire ou l'accomplissement de missions déficitaires sans compensation financière n'ont pas dû (et doivent continuer) à ne pas améliorer une situation financière...délicate. Mais il serait vain d'essayer de fournir une quelconque justification, le gouvernement a tranché: c'est la faute des cheminots. Point.
  11. [TGV Atlantique] Sujet Officiel

    Ben oui, et je n'ai évoqué que le cas de conflit entre deux trains de même catégorie... Récemment à Paris Nord c'était posé le problème entre un TER pour Creil et un TGV pour Arras. La "guéguerre" a duré quelques temps entre ces deux trains et, de mémoire, s'est résolu en faisant passer le cadencement des TGV de 30 à 45 minutes. Bien que concernant deux types de clientèle (quoique...) et deux logiques commerciales différentes (un TER subventionné et un TGV) il s'agissait de deux trains estampillés "SNCF". J'attends avec gourmandise de voir comment ce type de conflit sera réglé lorsqu'il s'agira de deux entreprises différentes. Et j'aimerais connaître dès à présent l'avis des autorités organisatrices des "trains du quotidien" sur le projet de mise aux enchères des sillons les plus demandés. Je rappelle qu' entre Paris et la bifurcation de Gonesse il n'y a que deux voies jusqu'à Pierrefitte puis trois ensuite et qu'elles voient passer tant les TGV, Thalys, Eurostars que les Intercités et TER ainsi que le fret et ce dans les deux sens bien sûr.
  12. [TGV Atlantique] Sujet Officiel

    Il va effectivement y avoir un problème... D'ores et déjà certaines gares et sections de lignes sont saturées aux heures de pointe. L'arrivée de la concurrence va imposer des choix et la SNCF devra "libérer" certains sillons et/ou voies de gares pour laisser la place à la concurrence (car là ce sera le principe du "pousse toi de là que je m'y mette"). Cela aura au moins deux conséquences pour la SNCF: elle devra diminuer son offre et perdra donc les recettes correspondantes et verra ses parts de marché "rentable" se contracter. Mauvais esprit comme je suis je pense que cela n'a pas échappé aux têtes pensantes qui ont concocté cette réforme et que c'est un des buts qu'ils souhaitent atteindre. Une diminution de l'offre de la SNCF aux meilleures heures de fréquentation remplacée par des trains de la concurrence aura mécaniquement un effet négatif sur la clientèle qui considérera que la SNCF n'est plus capable de répondre à la demande mais que "heureusement la concurrence, elle, est là". La perte de recettes aura aussi des conséquences sur le maintien éventuel des TGV "exotiques" qui ne circulent essentiellement que pour satisfaire l'ego de certains politiciens. Là aussi la faute en sera sans doute rejetée sur la SNCF. Dans les deux cas tout est fait pour favoriser la concurrence et donner encore plus de raisons de critiquer la SNCF. Mais, comme dit plus haut, je ne suis qu'un mauvais esprit...
  13. Vrai, mais les recettes pour l'Etat ne seraient elles pas supérieures s'il n'y avait pas ces intermédiaires (grassement rétribués il me semble)?
  14. [TGV Atlantique] Sujet Officiel

    Ce qui aura comme conséquence d'augmenter le coût des billets et de démontrer que, contrairement au discours gouvernemental, la concurrence ne fait pas baisser les prix .
  15. C'est le cas pour tous les régimes particuliers dont les effectifs diminuent jusqu'à ce que le dernier bénéficiaire ait disparu et qui "s'éteignent" naturellement. Au fur et à mesure que les actifs deviendront des retraités le déséquilibre continuera à croître et il deviendra total lorsqu'il n'y aura plus que des retraités. Et c'est à la mort du dernier retraité que la caisse de prévoyance et de retraite du personnel de la SNCF soldera ses comptes.
×