Inharime

Membre
  • Compteur de contenus

    3 468
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    13

Inharime a gagné pour la dernière fois le 20 septembre 2016

Inharime a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

5 213 Explosif

À propos de Inharime

  • Rang
    Korea Train Express
  • Date de naissance 19/10/1947

Infos Personnelles

  • Hobbies
    Buller

Infos Métier

  • Entreprise
    sncf
  • Service
    non
  • Métier & Lieu
    Retraité depuis le 18/10/02 13h00

Visiteurs récents du profil

14 214 visualisations du profil
  1. Ha bon? ....mais si ça ne concernait que les horairistes...
  2. Avant de retarder un train, même si c'est pour une excellente raison, il faut en évaluer toutes les conséquences (nombre total de voyageurs impactés et pas seulement ceux "laissés dans la panade", conséquences du retard pour la suite du roulement du personnel et du matériel et en particulier création éventuelle de retards en cascade (y compris pour des correspondances!), degré de facilité ou de difficulté d'insérer le train retardé dans la circulation et estimation des incidences possibles... J'ai eu, à une époque de ma carrière, à faire retarder un (des) train(s) mais ce n'est qu'après que j'ai pu constater l'ensemble des conséquences. Et, franchement, certaines fois j'aurai mieux fait de m'abstenir. A l'inverse, l'expérience aidant, il m'est arrivé de refuser qu'un train soit retardé (en particulier sur voie unique) quitte à passer pour...ce que mon interlocuteur a bien voulu (mais ça, bof...)
  3. La communication à la SNCF

    Encore faut il que ces agents soient eux-mêmes correctement informés. Quand on voit que parfois les différentes sources d'information de la SNCF ne concordent pas en introduire une nouvelle va nécessiter une sérieuse coordination.
  4. C'est la crise...

    Moui... C'est un papier de septembre 2014. Epoque où la France était dirigée par le gaucho-socialo-bolchéviquo-incompétent Hollande. Depuis les Français se sont ressaisis et ont élu Jupiter Junior qui, sans aller dans l'outrance de Gattaz, a néanmoins bien compris son message. Le bénévolat sera remplacé par l'obligation d'accepter n'importe quel boulot (s'il y en a). Cela a quand même une autre gueule et démontre bien qui est le chef. Peu sont ceux qui l'ont voulu, nombreux sont ceux qui n'ont pas été capables de s'y opposer. Sortons nos mouchoirs et serrons nous la ceinture...
  5. Actualités aéronautiques

    Les pilotes sont aux avions ce que les conducteurs sont aux trains: une "charge" que tout journaliste digne (?) de ce nom se doit de dénoncer.
  6. Prenez-vous le train de nuit ?

    Lorsque le supermarché se déplacera 500 fois par jour jusqu'à 320 km/h à travers tout le pays et selon des horaires et des amplitudes d'ouverture aussi divers que variés, logistique oblige, ses prix s'en ressentiront sûrement . Pour la quantité, patience, l'âge venant l'appétit a tendance à diminuer
  7. Prenez-vous le train de nuit ?

    C'est vrai que ça peut paraître cher mais il faut comprendre et admettre que de la restauration embarquée génère des coûts d'exploitation supérieurs à ceux d'une restauration "classique". Et chacun est libre de s'organiser différemment.
  8. Pour ce qui est d'avoir des excuses de la part des "responsables" je crains que tu ne doives faire le tour des cimetières (mais c'est une occupation comme une autre). Ce qui paraît la meilleure solution à une époque n'est pas forcément la même cinquante ans plus tard. Personne n'est capable d'avoir une vision prospective à une telle échéance. La démographie, l'urbanisation, les techniques, les besoins de déplacements, le comportement de chacun...évoluant tous à leur rythme et de façon souvent désordonnés et rarement prévisibles, bien malin serait celui capable de prédire vraiment ce que sera la région parisienne d'ici "seulement" vingt à trente ans. L'important (du moins il me semble) dans cette histoire est de préserver l'intégrité de la petite ceinture quel qu'en soit l'usage actuel.
  9. Livrée Tgv Style Lacroix

    Si il était possible de réparer les sièges de première classe qui ne sont plus capables de rester en position haute ça m'éviterait de voyager avec le menton sur mon durillon de comptoir. D'autant plus qu'en redescendant certains fauteuils émettent des bruits incongrus qui provoquent des regards suspicieux. Heureusement qu'il n'y a pas d'odeur...
  10. Genre d'interdiction qui me parait absurde. Garer SA voiture devant la porte de SON garage au lieu d'à coté c'est laisser de la place aux autres. C'est ce que je fais quotidiennement. D'ailleurs il y a un tel foutoir dans mon garage que je serai bien incapable d'y faire entrer ma voiture . Sauf si c'est la fourrière que tu veux faire exploser...
  11. Et si on arrêtait de lapider la SNCF ?

    Ce doit être le cas de bon nombre de professions ou corporations...
  12. Hors sujet pour hors sujet (Roukmoute ), deux ou trois mois ce n'est pas suffisant pour appréhender toute la complexité du chemin de fer (même dans un domaine limité) et certains agents, qui pourtant ont une solide expérience, se dépêchent de tout oublier lorsqu'ils accèdent à un poste supérieur.
  13. Grand Jeu

    trousse===> pinette (tout bon Vendéen comprendra )
  14. Prenez-vous le train de nuit ?

    Ces sandwiches ne sont ni pires ni meilleurs que ceux vendus par milliers chaque jour dans les superettes, supermarchés et autres magasins (même sur les autoroutes). Et là personne ne se plaint. Mais c'est bien connu seuls les "sandwiches SNCF" sont dégueulasses, tout comme les trains sont toujours en retard et que les cheminots sont des feignasses alcooliques toujours en grève... Les idées préconçues ont la vie dure et c'est comme ça qu'on crée un peuple de moutons qui bêlent à l'unisson et se laissent manipuler à longueur de temps. Le Rome express devait transporter plusieurs centaines de passagers et la voiture restaurant offrait une quarantaine de places, soit pour deux services environs quatre vingt "privilégiés". Sa disparition, pour regrettable qu'elle soit, n'a guère affecté que peu de gens mais reste dans les mémoires -surtout de ceux qui n'y ont jamais mis les pieds- pour entretenir le mythe du "c'était mieux avant".