Aller au contenu

Inharime

Membre
  • Compteur de contenus

    3 711
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    17

Inharime a gagné pour la dernière fois le 15 avril

Inharime a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

5 817 Explosif

À propos de Inharime

  • Rang
    Pendolino
  • Date de naissance 19/10/1947

Infos Personnelles

  • Hobbies
    Buller

Infos Métier

  • Entreprise
    sncf
  • Service
    non
  • Métier & Lieu
    Retraité depuis le 18/10/02 13h00

Visiteurs récents du profil

15 511 visualisations du profil
  1. En fonction de ses fonctions chacun voit midi à sa porte . Pour moi c'était la capacité qui primait (les VB2N avaient montré la voie). Pour ce qui est des relations SNCF/RATP j'ai suffisamment "réunionné" avec eux dans différentes instances ou groupes de travail pour savoir que ça n'était pas toujours simple (et c'est un euphémisme…)
  2. Ben oui mais le matériel ne fait pas que de l'intramuros ou de la petite couronne et il fallait donc, comme souvent, trouver la moins mauvaise solution. Et si le matériel à un niveau avait été suffisant rien n'empêchait de construire des rames du style des Z6400 (aptes à la bonne tension bien sûr). La RATP n'a rien à voir dans la décision.
  3. Réforme du système ferroviaire

    ...et donc, contrairement à ce que certains veulent faire croire, cela aboutira à une augmentation du prix des billets.
  4. Réforme du système ferroviaire

    Il est évident que si cela ne s'avère pas aussi juteux que d'aucuns l'espéraient ils y regarderont à deux fois. Mais c'est plutôt un bien car les obsédés du fric à tout crin ne sont pas fiables et n'hésitent pas à interrompre leurs activités et abandonner leurs salariés si le rendement attendu n'est pas réalisé (voir ce qui s'est passé pour le fret). Certains concurrents n'ont pas manqué de fanfaronner et, s'ils sont aussi bons et novateurs qu'ils le prétendent, Ouigo ne devrait pas être un obstacle. Ils ont certainement une foultitude d'idées et de concepts qui transformeront la moindre desserte en gisement de profit.
  5. Réforme du système ferroviaire

    Tu n'as pas saisi les subtilités de la pensée Jupitérienne. Dans celle-ci l'important est le "en même temps" qui lui permet de dire ou faire tout et son contraire et d'avoir toujours raison. Et en plus c'est lui le chef. Non mais!
  6. ...c'est un constat tout simplement
  7. L'intérêt de la privatisation, pardon, de l'ouverture à la concurrence libre et non faussée, c'est que le CRL (comme tout autre agent) a le choix entre dépasser la durée du temps de travail ou aller pointer à Pôle Emploi. Une entreprise privée responsabilise son personnel et lui permet d'assumer son choix en toute indépendance. C'est quand même mieux que le carcan administratif et réglementaire d'une entreprise publique non?
  8. Le code du travail étant devenu ce que l'on sait et la convention collective n'existant pas encore est il anormal que certains cheminots tentent de se prémunir d'un nivellement par le bas? Pourquoi faudrait il toujours courber l'échine et considérer que le moins disant social doit devenir la règle générale? Peut on être pour une réforme qui n'assure en rien l'avenir du chemin de fer - et encore moins son développement - et n'a, il me semble, d'autre but que de démontrer l'autorité du pouvoir en place?
  9. Réforme du système ferroviaire

    Tu espérais autre chose de la part de Jupiter Junior?
  10. Je ne suis pas encore gâteux et je sais ce que j'écris (ou je crie, parfois, de désespoir…) . La différence entre une société privée et une entreprise publique est uniquement le propriétaire du capital. C'est la suite qui est intéressante: une entreprise privée DOIT rémunérer ses actionnaires, une entreprise publique DEVRAIT équilibrer ses comptes. Après, tout n'est qu'une question de gestion, de choix des dirigeants, d'objectivité et d'honnêteté -au sens large- des différentes parties. Le système ferroviaire, en France comme à l'étranger, implique une participation de fonds publics (et il en est de même pour tous les modes de transport dès lors que l'on veut qu'ils soient utiles au plus grand nombre) et puisqu'argent public il y a autant en confier la gestion à un organisme public. Mais cela ne devrait pas conduire les financeurs à s'autoriser des caprices, passe-droits ou autres interventions, chantages et "combines" en tous genres. Et c'est là que ça se gâte...ce gouvernement étant fermement décidé à tout régenter je crains qu'il n'y ait guère d'amélioration substantielle, les erreurs du passé seront aussi celles de demain.
  11. Le Cévenol est un intercité c'est à dire un train de la compétence responsabilité de l'Etat. Libre à lui de préférer les autocars. Pour les autres trains reliant Clermont à Nîmes il s'agit de TER, trains qui dépendent donc d'une entente entre deux Régions. Libre, là encore, à l'une d'entre elles de ne pas juger ces trains pertinents. On est là dans le vrai problème qui mine le chemin de fer en général et la SNCF en particulier, celui du "partage" des responsabilités (ou plutôt du jet de patates chaudes), chacun s'estimant victime de l'incompétence ou de la mauvaise volonté de son voisin. La seule solution est évidente: une SNCF une et entière, monopolistique et débarrassée de toute ingérence extérieure
  12. Quand on sait que le fret n'acquitte que 3% de l'ensemble des péages était il vraiment scandaleux de lui demander de participer un peu plus? Quant à la promesse du gouvernement actuel, il en est comme de toutes les promesses gouvernementales...il suffit d'y croire.
  13. Un peu c'est pas beaucoup… J'apprécierais d'avantage d'enthousiasme de ta part
  14. Les travaux en cours sur le réseau ferroviaire

    L'expérience (à Compiègne par exemple) montre que l'avis des domaines est purement théorique et qu'un politicien un tant soit peu influent peut, selon le coté où il se place, brader ou acquérir à bon compte un bien "public"...Sans tomber dans la théorie du complot le copinage et la magouille n'ont pas disparu de notre belle démocratie.
  15. Sauf erreur Réseau continue à financer sur fonds propres la régénération de lignes classées 2 à 6 selon les critères de l'UIC (même s'il semble que tous les travaux indispensables ne soient pas réalisés aussi vite que souhaitable faute de moyens, déjà).
×