Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Aventures en D-Bahnie


Invité 5121

Messages recommandés

J'ai raconté à chaud (c'est le cas de le dire !) mes aventures à Hanovre, je voudrais vous faire profiter du reportage que j'ai fait pendant mon périple.

1 - Cloppenburg-Brême

Commençons par ce dimanche d'août où, au lieu de se morfondre à Cloppenburg, nous sommes allés visiter Brême en train. Un petit saut que nous n'avons pas regretté, tant Brême est une ville pittoresque.

gare de Cloppenburg : deux postes et des signaux mécaniques au style bien marqué et le Talent Lint (Alstom) à destination de Wilheimhaven qui nous emmènera à Oldenburg :

l'intérieur du Lint

arrivée à Oldenburg, changement pour un IC vers Bremen

sous la halle d'Oldenburg, une autre UM de Lint, du NWB (Nordwestbahn), filiale de Véolia

l'intérieur de l'IC

arrivée à Bremen, la voiture pilote de notre IC. On y trouve l'espace vélos

surprise, en face, une UM de 3 Schienenbus en voyage spécial

tandis qu'une diesel Hercules (?) blanche (c'est décidément la mode !) passe HLP

et que démarre une rame Regio-Bahn aux couleurs du NWB d'un type que je ne connais pas

à suivre ....

Modifié par 5121
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

2 - Brême

visite de Brême

détruit à 60 %, le centre de Brême a retrouvé sa splendeur. On est un peu mal à l'aise par rapport à ce que les Anglo-Américains eux-mêmes appelaient des bombardements terroristes quand on pense que ces belles maisons ont été sciemment détruites alors qu'on savait leur valeur culturelle ...

l'esplanade de la gare

la place du Rathaus (Hôtel de Ville). Seul le tram (et les livraisons) peuvent pénétrer dans le centre historique

le quartier de Schnoor (ne pas confondre avec Ch'nord !). Schnoor veut dire ficelle. Ces maisons du 13° siècle où habitaient les pêcheurs a mirculeusement échappé aux destructions ...

Bismark vous salue bien (chacun ses héros !)

retour vers Cloppenburg : surprise sur l'esplanade de la gare, des essieux joliment utilisés !

image aussi typique qu'une 9200 en tête d'un Corail : une 101 en tête d'une belle rame de 11 caisses

notre IC pour Oldenburg, affiché avec +10, arrivé avec +7, chaud, quand la correspondance avec le NWB est de 7 mn ! Comme le NWB ignore la DB et réciproquement ... nous avons sauté dans le NWB alors qu'il n'était déjà plus affiché et que les portes se fermaient ... juste avec la couleur du train et l'emplacement dans la gare !!! inutile de dire que jusqu'au premier arrêt, on ne savait pas trop si on reverrait un jour Cloppenburg ! :Smiley_41:

à suivre ...

Modifié par 5121
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

3 - Osnabrück-Berlin

à Osnabrück, nous avons planté notre 106 qui émettait des grognements inquiétants pour continuer notre voyage vers l'est par le train

la gare d'Osnabrück, gare à deux niveaux, puisque deux lignes se croisent ici

niveau bas pour Berlin. Une 155 héritée de la DR, toujours en activité en tête d'un marchandises assez long

avec un chargement intéressant

hé oui, vous avez bien vu une chose verte à droite ! C'est la 37026 avec tous ses attributs SNCF qui stationne là !

humour noir par anticipation, ce Lint porte une pub : sentez la chaleur .... juste une semaine plus tard, on était en plein dedans !!

voici le 145 en provenance de Schipol (aéroport d'Amsterdam) et à destination de Berlin-Ostbahnhof. Une 101 côtoyant une 37000, je ne voulais pas rater ça !

après être sorti pour desservir Stendal, le train rejoint la ligne à grande vitesse juste au moment où deux ICE-2 se croisent. Je n'ai pas pris garde à la façon dont on est sortis de la NBS avant Stendal (on y repassera au retour), mais ici, notre train va s'insérer juste derrière l'ICE en empruntant la courbe serrée que l'on voit au fond

en une poignée de secondes, la ligne est vide. Elle ne sera en général pas trop chargée, puisqu'on croisera deux marchandises et deux Régio, alors que nous roulons à 200.

Berlin

première rencontre photographiable avec un S-Bahn sur la StadtBahn qui traverse la ville en aérien

la halle de la grande gare de Hauptbahnhof (niveau haut est-ouest), que les ICE, IC et Régio partagent avec le S-Bahn

tandis que le trafic nord-sud est en souterrain sous le parvis

maintenant, Ostbahnhof terminus du 145. Comme toujours, le train s'est pratiquement vidé à Hauptbahnhof.

23 ans après, Ostbahnhof est toujours l'Est.

direction Berlin-Lichtenberg, d'où partent les NEB pour l'est de Berlin et la Pologne .

la rame diesel du Vindobona qui reliait Berlin à Prague ou Budapest (à préciser) du temps de la DDR. Un TGV avant l'heure !

tandis que passent les S-Bahn modernes

ou plus anciens (DDR)

et qu'entre un curieux engin de l'ODEG (Ost-Deutsche Eisenbahn) avec ses montants de baies inclinés que j'ai vu ici à chaque voyage mais jamais identifié

à demain, si vous voulez bien ....

Modifié par 5121
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

dis donc

t'aurais pas pu mettre ton reportage AVANT de poster tes photos en rubrique "c'est où ?"

:Smiley_06: :Smiley_06:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

4 - Berlin-Kostrzyn (PL)

à Lichtenberg encore pour quelques minutes en attendant notre train

puisqu'on a un peu de temps, un petit zoom sur les non-sens auxquels on arrive quand on déifie les marques (c'était juste quelques semaines après qu'on aie commencé à imposer SNCF a fait au lieu de la SNCF a fait ...)

vu que le sigle veut dire Die Bahn, on doit donc lire Die Bahn Bahn ..... comme si on disait les chemins de fer SNCF nonmais

une espèce en voie de disparition, les 218

un mignon locotracteur à 3 essieux à bielles (série 363, ma photo de près est un peu trop ratée) manoeuvre la rame du 450 Berlin-Paris. C'est le chantier de Lichtenberg qui s'occupe de ces CNL. Avant, les rames partaient directement sur Ostbahnhof, tête de ligne. Maintenant, elles passent par la ceinture pour rejoindre Südkreutz, puis Hauptfahnhof (tief , en bas) et filent en évitant la Stadtbahn, hélas ...

voici notre NEB pour Kostrzyn(prononcer Kostchine), à la frontière polonaise. La NEB (Niederbarminer Eisenbahn) était une filiale Véolia. Elle vient d'être vendue à Captrain, c'est donc devenu une filiale de la SNCF ! Salut cousin, donc !

le premier viaduc sur l'Oder. Deux tabliers, dont l'un n'est plus entretenu. On verra ça mieux au retour. La ligne était de toutes façons à voie unique entre Strausberg et Küstrin-Kietz. A noter qu'il s'agit du 2° bras de l'Oder, la signalisation est déjà polonaise

ce soir, si ça vous tente, on revient vers Osnabrück

Modifié par 5121
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

5 - Kostrzyn-Berlin Ostbahnhof

après une semaine en famille, retour à Osnabrück pour récupérer la 106 et tenter de rentrer sans forcer à Paris ....

on est dimanche, deux autobus szynowy (pour ne pas dire scheinenbus ...) dorment à Kostrzyn. Engins de construction polonaise. L'idée de trains directs Berlin-Krzyz (gare de correspondance Varsovie-Szczeczyn) est tombée à l'eau. Chacun chez soi, les Polonais auraient bien aimé que ça se fasse .... mais que l'Allemagne paie ....

le NEB arrive de Berlin. A droite, le poste a reçu une couche de peinture ... c'est lui, en version gris sale, que j'avais posté en devinette il y a quelque temps

les deux viaducs successifs sur l'Oder qui s'étale en deux bras à cet endroit. Le conducteur, voyant que je photographiais m'a ouvert sa porte et relevé son rideau. Merci à lui bigbisous

d'abord le bras polonais

puis le bras allemand. Entre les deux, on a passé la frontière, ici la signalisation est allemande

arrivée à Lichtenberg. En fait notre train était un train du Heidekrautbahn.Le parc de plusieurs lignes de la même OSP détenue par le NEB est banalisé

un coup de S-Bahn et revoici Ostbahnhof. Une belle verrière en deux halls

une rame de la navette de Schönefeld, l'aéroport de la DDR, qui a été relié très tôt au système ferroviaire, contrairement à Tegel en zone occidentale. Schönefeld a été rebaptisé Brandenburg et devrait à terme être le grand aéroport berlinois

on notera les différences de pavillon de la voiture pilote par rapport aux autres. En bout de rame, une 143, petite soeur BB de la CC 155 que je vous ai montrée à Osnabrück

voici le 144 à destination de Schipol. Il commence sa mission ici. La rame est formée à Lichtenberg.

je nous ai installés sans y penser vraiment dans la dernière caisse. Tant mieux, je pourrai photographier à travers la porte d'intercirculation ! Cette caisse assure le transport des vélos. Comme signalé précédemment, entre Ostbahnhof et Hauptbahnhof, le train est pratiquement vide

j'anticipe un peu, mais voici ce que ça donnera après ...

prochain épisode : la StadtBahn. Il me faut d'abord identifier les lieux ... à ce soir

Modifié par 5121
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il me semble que DB signifie Deustche Bundesbahn à l'origine.

exact. Mais au moment de la fusion DB-DR (en 1995 je crois), pour ne pas fâcher définitivement les Ossies, la dénomination est devenue Die Bahn, comme LE chemin de fer

d'où la réflexion qui m'avait inspiré le titre de mon sujet à mon retour : Das ist Die Bahn. C'est un allemand francophone qui m'avait répondu ça quand il m'avait entendu dire quel bordel en gare de Hanovre ... :Smiley_25:

Modifié par 5121
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Superbe reportage :)

D'ailleurs il me semble que la NEB n'utilise que des Bombardier Talent (et peut-être des Siemens Desiro) qui est un matériel m a g n i f i q u e et en plus qui freine du feu de Dieu !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour cette image :

http://www.cheminots.net/forum/index.php?app=core&module=attach&section=attach&attach_rel_module=post&attach_id=27773

Pour cette image, ce sont des Lint 41 d'Alstom et pas des Talent :)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En concertation avec 5121, les divers reportages photo ont été regroupés en un seul sujet.

Reportage très sympa en tout cas!!!

Modifié par CRL COOL
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

6 - Berlin - la Stadtbahn

ayant quitté Ostbahnhof, le train s'engage sur la Stadtbahn, en viaduc en plein coeur de Berlin. En voie courante, il y a deux voies S-Bahn et deux voies IC/ICE et Régio. En gare, le S-Bahn et/ou le réseau principal peuvent avoir 4 voies. Ce qui donne quelques installations assez imposantes.

Quelques photos sont un peu perturbées par les vitres pas forcément très nettes. Néanmoins, les chances de voir de près cette Stadtbahn vaut bien quelques compromis avec la qualité.

J'ai raté la station Janowitzbrücke le long de la Spree, un des points de vue les plus jolis de la ligne. Mais voici déjà l'entrée d'Alexanderplatz

et nous passons sans arrêt en gare (utilisée par S-Bahn et Regio)

la ligne se tortille au milieu des immeubles. La vitesse du train est plutôt vers 60 que 80, ce qui doit limiter les nuisances sonores

voici maintenant Hackescher Markt avec son joli bâtiment à l'usage exclusif du S-Bahn (quai central)

on va vers l'ouest, mais la tour de télévision, dernier symbole de la DDR encore sur pied continuera un moment à dominer le paysage.

4 voies entre deux des bâtiments qui abritent le musée Pergamon, le Louvre de Berlin !

voici déjà l'entrée de Friedrichstrasse

avec 4 voies sous la grande halle (réseau principal) et 2 sous la petite (quai central S-Bahn).

Passage sans arrêt, on voit bien les deux halles inégales

encore quelques zigzags

et par une courbe bien serrée, nous abordons Hauptbahnhof, toujours en chantier

un coup d'oeil sur une remorque pilote d'ICE-2 sous la grande verrière

le costard chic des agents de la DB ... à Hanovre, par 37° à l'ombre, on les plaindra de les voir courir comme ça de la tête à la queue du train, et pour rien

l'assemblage un peu bizarre d'un demi-élément de S-Bahn avec un ensemble de deux autres

Voilà . Jusque là tout va bien, la caisse s'est remplie. Par bonheur, après avoir failli se faire piéger à l'aller, nous avons réussi à prendre des places non réservées. Il a fallu pour ça que je trouve par hasard dans le compartiment à vélos un tableau intitulé (c'est du moins ce que j'ai retraduit dans mon allemand à moi après avoir décortiqué ce barbarisme) sitzplatzreservierungtabel = tableau de réservation des places assises. Faites-y attention, parce les gens ayant réservé sont impitoyables !

Peu après le départ, la clim s'arrête, bien qu'il n'y ait pas de baissez pantos sur la DB. C'est le début de la fin de cette aventure. Pendant encore une petite heure, je serai assez vaillant pour aller prendre des photos, après, on ne bougera plus pour éviter de se trouver mal !

ce soir le dernier épisode : la NBS et son drôle de plancher, et le grand bordel de Hanovre !

Modifié par 5121
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

7 - Berlin - Hanovre

au retour comme à l'aller, les 144/145 et leurs homogues utilisent la NBS en roulant à 200, alors que les ICE peuvent en parcourir une bonne partie à 250.

au bout d'un moment, le train est banalisé, et se met à rouler à gauche. Intrigué par ce constat, ce n'est qu'en arrivant sur la bretelle desservant Stendal que je comprends. Notre train a tout bonnement cédé la place à l'ICE qui nous suivait sur la voie de droite comme il est de règle là-bas. Alors que nous empruntons le saut-de-mouton à voie unique déjà vu à l'aller, cet ICE qui nous suivait déboule à fond.

A Stendal, un dépôt tout droit sorti du catalogue Faller ou Kibri !

retour sur la NBS après le passage par Stendal. Qui sera en mesure de m'expliquer pourqoui il y a un saut de mouton côté est et que les trains cisaillent les deux voies côté ouest ! Toutes ces aiguilles sont tracées pour 160, vitesse de base de la ligne ancienne modernisée avec la réalisation de la NBS

nous voilà sur une section à 250. On y trouve de nombreux types de pose.

voie sur dalle avec ce qui ressemble à des biblocs. Voir le câble LZB au milieu de la voie. Les appareils de voie sont posés sur dalle et traverses monobloc.

on notera l'entrevoie important et la géométrie très approximative des antibalançants

voici maintenant un autre style de pose, apparemment tout béton

ensuite, cet appareillage étrange fait, il me semble, de blocs de béton, déjà vus à faible vitesse à la sortie de la NBS à Berlin. Comment l'interpréter sinon qu'il s'agit d'asseoir la dalle ?

plus loin, cette couverture de béton commence à tomber en lambeaux

est-ce la raison pour laquelle on se trouve d'un coup sur une belle pose ballastée en traverses monobloc ?

8 km plus tard, c'est toujours de la voie ballastée. Je n'ai pas connu cette ligne avant, mais on constate que c'est tout neuf ...

je n'en saurai pas plus. La température monte au-delà du supportable dans la caisse, la clim étant en panne, et les impostes restées fermées. Je vais donc m'asseoir en essayant de bouger le moins possible ...

Hanovre. La délivrance, même si elle est forcée. Les agents de la DB nous font évacuer le train. Vous savez déjà le reste écrit à mon retour. Il fait un peu meilleur à l'ombre sur les quais. J'aurai deux heures pour faire quelques photos.

d'abord notre rame. Elle restera plantée là pendant deux bonnes heures et repartira avec le seul personnel de bord, probablement vers Schipol pour assurer la suite. Notez qu'aucune imposte n'est ouverte, à part dans les WC d'une des caisses !

j'attends patiemment le départ de la 120-112 aux couleurs de Märklin. En vain. Ce train ne partira qu'après que j'aie participé à l'assaut du Régio par les voyageurs normaux et les rescapés des 144 et 142

son train, avec des voitures non climatisées. Il est affiché sur une destination inconnue (de moi ...) alors qu'il va à Heidelberg. Le panneau en folie lui attribuera un bon nombre d'autres directions !

un Régio 2N de je ne sais quel opérateur. Le bleu et jaune indiquerait le NWB (Nord-West Bahn), mais je ne le garantis pas.

une 101 couverte de pub pour gagner un voyage en Afrique du Sud qui sonne un peu creux dans ces circonstances !

la toiture de cette caisse fait un peu cannette de coca !!!

voilà, c'est fini pour le reportage. Je n'ai pas osé photographier l'intérieur du Régio, plein à craquer avec des gens assis partout, sur les escaliers, entre les caisses, bref, la panique.

Arrivés enfin à Osnabrück, on évacuera avec soulagement l'enfer que nous avait promis la rame Lint vue dans cette gare à l'aller !!!

J'espère ne pas avoir été trop long, mais ce voyage improvisé était une occasion inespérée d'en apprendre un peu plus sur nos voisins.

Et la 106 ? mon garagiste a diagnostiqué que les plaquettes de frein, maintenant dépourvues d'amiante, avaient mal supporté les deux FU rapprochés sur l'autoroute. En tous cas, nous sommes rentrés en une journée tranquillement le lendemain sans que les grognements qui nous avaient arrêtés à l'aller se reproduisent.

Modifié par 5121
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...