Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Les « Privilèges » Des Cheminots


Messages recommandés

Les « privilèges » des cheminots

par Mathieu Magnaudeix

Rémunérations, avantages en nature, durée du temps de travail, retraite… Quand ils font grève, le mythe prend le pas sur la réalité : la voici.

Challenges.fr

C’est le genre de sujet qui peut gâcher un repas de famille. Juste parce qu’un convive disserte sur les « privilèges » des fonctionnaires, des cheminots en particulier. Ce vieux débat, qui rebondit les jours de grève, hante aussi Internet. En décembre, durant la grève des RER B et D, un courriel prétendant dévoiler ces avantages a circulé, suscitant réactions in­dignées, défenses offusquées, et des tombereaux d’insultes. Les cheminots vivent-ils vraiment aux crochets du contribuable ?

Surprise : à la SNCF, on ne fait pas mystère de son salaire, qui dépend de la qualification (une lettre, de A à H), d’un échelon (on progresse à l’ancienneté), et d’une position (25 à 50 % dépend du mérite). Primes comprises, un cheminot gagnait en moyenne 2 242 euros brut par mois en 2002, contre 2 404 euros pour un fonctionnaire et 2 321 euros pour un salarié dans le privé, selon le bilan social de la SNCF et les données de l’Insee. Une fois payées les cotisations sociales, il reste à un che­minot de l’« exploitation » (vente, ­accueil en gare, aiguillage…) 1 300 euros par mois pour un débutant, 1 900 pour un agent de maîtrise en fin de carrière. Un contrôleur peut toucher 2 000 euros, et 200 de plus sur un TGV. Un conducteur commence à 1 500 euros. Philippe, conducteur sur le TGV Méditerranée, seize ans d’ancienneté, touche 2 709 euros par mois et pourra espérer jusqu’à 3 400 euros en fin de carrière. Fort loin de 5 770 euros, chiffre farfelu qui a circulé sur le web. Un salaire de cheminot, c’est « 15 % de primes », selon Nicolas Lecaussin, de l’Ifrap, un think tank qui pourfend les privilèges des statuts protégés. Mais, à y regarder de près, les 15 % ne sont pas si éloignés des 13,4 % du privé. Comme dans beaucoup d’entreprises, chaque cheminot touche une indemnité de résidence, un treizième mois et une prime de vacances. A noter qu’à la SNCF certaines des primes, qualifiées de « primes de travail », sont prises en compte pour le calcul de la retraite. Les autres dépendent des métiers : les contrôleurs sont payés au pourcentage sur ce qu’ils récupèrent à bord sur les amendes et ventes de billets (entre 2 et 10 %). Une certitude : la « prime de charbon », qui incitait les mécanos à économiser du combustible, a bien disparu avec la fin de la vapeur !

Des avantages en nature

En plus du salaire – et de la sécurité de l’emploi : seuls 64 agents ont été licenciés en 2003 –, les cheminots ont de vrais avantages en nature. Sans doute plus que dans le privé, où ces « à-côtés » représentent en moyenne 0,5 % de la rémunération brute. Les cheminots moins qualifiés voyagent pour rien en deuxième classe, les cadres en première. La réservation est parfois payante (1,50 euro sur un Corail Teoz, 10 euros pour un TGV en pério­de de pointe). Leur épouse et leurs enfants ont droit à seize voyages chacun par an, « résa » non incluse. Pour les parents et les beaux-parents, c’est quatre. Souvenir du temps où le cheminot, fils des champs, revenait au bercail le week-end.

Dans les centres SNCF, les soins ne coûtent rien. Des cheminots habitent des logements à loyer modéré. Le comité d’entreprise (90 millions d’euros de budget) gère 500 000 mètres carrés de centres de loisirs et colonies de vacances. Selon Georges Ribeill, auteur d’une Histoire du régime des retraites des cheminots, « la valeur en nature de ces avantages, octroyés par les compagnies privées au début du xxe siècle, est devenue plus faible. Le cheminot est sorti de son univers clos. Quand il part en vacances, comme les autres Français, il prend sa voiture. Et n’envoie pas forcément son gamin en colo SNCF. »

Un temps de travail annualisé

Alors, fainéants les cheminots ? En décembre, le directeur de l’Ile-de-France a mis les pieds dans le plat, affirmant que les conducteurs de RER travaillaient « 182 jours par an […] pour une durée de service de six heures en moyenne » . A la SNCF, le temps de travail – 35 heures, calculé à la minute près – est annualisé. Certaines semaines ont six jours, d’autres deux. Mais on travaille le week-end, les jours fériés, à Noël (ou le jour de l’An), et l’on « découche » plusieurs fois par semaine. Précision : un conducteur ne conduit pas 35 heures. « Sur une journée de 7-8 heures, je fais 4 heures, calcule un conducteur TGV. Le reste du temps il faut préparer la machine. Un train, ça ne se démarre pas comme une voiture ! »

La rancœur vient d’ailleurs. De ces grèves qui hérissent le client, persuadé que le cheminot, quand il débraie, est payé. « Faux, répond la SNCF. Les retenues sont échelonnées, parfois sur plusieurs mois, en fonction des négociations de fin de conflit. » Mais « elles correspondent bien à 1/30 du salaire par jour de grève » , confirme le député UMP Hervé Mariton, qui a effectué un contrôle sur pièces en 2003.

Autre objet de rancœur et de jalousie : la retraite précoce (55 ans, et 50 ans pour les conducteurs) et confortable. Dans le privé, la retraite (après quarante, et bientôt quarante-deux années d’activité) est calculée sur les vingt-cinq meilleures années. Un cheminot, lui, touche entre 75 et 80 %… de son dernier salaire (traitement et prime de travail). « Déficit démographique oblige, les retraites de la SNCF sont largement payées par l’Etat, juge-t-on à l’Ifrap. D’autant que les cheminots cotisent moins que le privé. » La faute à qui ? A l’Etat, dont chaque réforme des retraites a soigneusement épargné ce « régime spécial » pour lequel les cheminots s’étaient mobilisés lors des grèves de 1995. La pénibilité du travail justifie-t-elle une telle spécificité ? Non, répond Georges Ribeill : « Avant, le mécano bouffait du char­bon à longueur de journée. Aujour­d’hui, c’est un presse-bouton dans une cabine climatisée ! » En fait, le régime spécial reste le pilier de la conscience cheminote et la raison d’exister des syndicats. « Les 50 ans, ce n’est pas négociable, assène Philippe Francin, numéro deux de la Fgaac, le syndicat autonome des conducteurs. En service, les gars n’ont pas droit à une seconde d’inat­tention. A 50 ans, ils sont usés. » Et les autres ? « Dans les bureaux, dans les dépôts, bien des cheminots qui font du 9 heures-17 heures aimeraient travailler un peu plus, s’amuse Georges Ribeill. Auprès de leur voisin de palier, ils ont plutôt du mal à justifier leur retraite à 55 ans. »

Un régime spécial

1911 - Loi sur les retraites des cheminots.

1920 - Création du statut.

1938 - Le réseau ferré est nationalisé, la SNCF, créée.

1983 - La SNCF devient un établissement public. Création d’un comité d’entreprise.

1995 - Grèves anti-Juppé. Les cheminots sauvent leur régime de retraite.

Feuille de paie d’Etienne, 32 ans, contrôleur sur TER

Célibataire, entré à la SNCF en 1999

Traitement : 1 316,55 €

+ Prime de travail (incluse dans le calcul de la retraite) : 285,03 €

+ Indemnité de connaissance de langues étrangères (il maîtrise l’anglais et l’italien) : 121,39 €

+ Allocation de déplacement (repos hors résidence) : 113,74 €

+ Autres primes, indemnités et allocations : 156,57 €

Total brut mensuel : 1993.28 €

Retenue absence non rémunérée deux jour de grève : 106,74 €

Cotisation sociale : 265,74 €

Mutuelle 30,90 €

Total net : 1 589,90

Loyer pour un 47 m² dans une résidence SNCF des Yvelines : 284,27 €

Abonnement à la Vie du rail : 6€

Virement fin de mois effectué par la SNCF : 1 299,63 €

http://challengestempsreel.nouvelobs.com/f...hall_19942.html

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • Réponses 64
  • Création
  • Dernière réponse

Les plus actifs dans ce sujet

Les plus actifs dans ce sujet

je trouve que cet article n'est pas si mauvais, succint mais assez bien documenté même si tout ne fait pas plaisir à entendre.

la question des retraites me semble être inexacte par contre. (75 à 80% du dernier salaire : pour un conducteur c'est beaucoup moins et aussi fonction des années de cotisations je crois, de même la sncf cotise plus que les autres entreprises pour ce régime particulier de retraite, ce qui n'est pas dit dans l'article).

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

helpsoso Ce post répond à certaines interrogations et a le mérite de remettre les choses du vrai côté. notamment en ce qui concerne les salaires qui ne sont pas exorbitants.

J'ai une petite question : à quand un sujet sur les avantages des salariés du secteur bancaire, avec les quatorze ou quinze mois de salaires ?

Et sur les gros actionnaires qui s'enrichissent sur le dos des travailleurs ?

Et les paradis fiscaux ?

Etc .....

Bon j'arrête là, car évidemment on peut toujours rétorquer que : oui mais regardez ce qui se passe ailleurs, dans d'autres pays.

Ce n'est pas le problème, il faut que tous les hommes aient le moyen de vivre décemment. Et de l'argent, il y en a puisque les profits ne cessent d'augmenter.

lotrelalotrelalotrelarevoltagesrevoltagesrevoltages revoltages

Modifié par dioler
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

<<Des cheminots habitent des logements à loyer modéré.

Loyer pour un 47 m² dans une résidence SNCF des Yvelines : 284,27 €>>

helpsoso

Ah oui!!!! je me fais arnaquer donc avec mes 470€ pour 40m² dans le 93!!!!!

Qu'on me dise tout de suite où sont ces loyers modérés, que je puisse moi aussi profiter des avantages annoncés!!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Et les avantages c/o Air France ? Et les avantages des dirigeants du CAC 40 avec les malversations qu'il peut t'y avoir.

Retraite des pilotes de lignes : 60 en France et 55 ans au Royaume Uni.

Il faut savoir que Challenges est une revue de droite majoritairement lue par les parasites tout comme le Figaro (parasite = personnes vivant de la bourse).

De toute façon chacun à des avantages et des inconvénients quelque soit l'entreprise dans laquelle il travaille. C'est ce que ce genre de presse oublie fréquamment.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

JUstement pour un article de Challenges, je trouve qu'il est assez "honnête", ils ne tapent pas pour la plaisir. Tout ce qu'ils disent est absolument exact ce qui est déjà pas mal. C'est déjà assez rare..

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

JUstement pour un article de Challenges, je trouve qu'il est assez "honnête", ils ne tapent pas pour la plaisir. Tout ce qu'ils disent est absolument exact ce qui est déjà pas mal. C'est déjà assez rare..

Sauf ce qui est de la retraite 75% maxi

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

effectivement tout à fait d'accord sur ce point. Par contre ils ont raison de dire quand même que c'est assez avantageux comme système de calcul.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

effectivement tout à fait d'accord sur ce point. Par contre ils ont raison de dire quand même que c'est assez avantageux comme système de calcul.

bonjour à tous,

je pose une autre question : on parle de retraite mais moi qui vient de rentrer depuis un an et demie, je ne suis vraiment pas sure d'avoir cela donc arrêtons de spéculer sur des choses qui sont en déperdition.

rappelons le nous avons des avantages par rapport au privé (quoique pour d'autres, c'est plus avantageux notamment en terme de rémunération et d'évolution de celle-ci) ::

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonjour à tous,

je pose une autre question : on parle de retraite mais moi qui vient de rentrer depuis un an et demie, je ne suis vraiment pas sure d'avoir cela donc arrêtons de spéculer sur des choses qui sont en déperdition.

rappelons le nous avons des avantages par rapport au privé (quoique pour d'autres, c'est plus avantageux notamment en terme de rémunération et d'évolution de celle-ci) ::

Oui tu as encore le temps mais un jour tu y seras et il est necessaire de sauvegarder ce que nos anciens ont acquis de longues luttes.

Nous n'avons pas plus d'avantage que le privé si ce n'est la garantie d'emploi.

Modifié par Geisse
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui tu as encore le temps mais un jour tu y seras et il est necessaire de sauvegarder ce que nos anciens ont acquis de longues luttes.

Nous n'avons pas plus d'avantage que le privé si ce n'est la garantie d'emploi.

Juste pour info - aujourd'hui, peu de personnes rentrent directement à la SNCF parce que sécurité de l'emploi !

je m'explique :

je suis rentrée à la SNCF (pour info avec difficulté) parce que j'occupe aujourd'hui un poste super intéressant à responsabilité.. je ne sais pas si dans quelques années, je n'irais pas voir ailleurs..

c'est sur que de rentrer aujourd'hui à la SNCF est une sécurité à court voir moyen terme mais aujourd'hui, je ne peux pas vous dire que je vais rester à la sncf toute ma vie.....

tu as raison lorsque tu dis que le grand avantage de la SNCF c'est la sécurité de l'emploi.. pour le reste, pas tant de différence avec d'autres boites privées, encore moins par rapport aux banques par exemple !!

Arrêtons de spéculer sur des choses qui ne sont pas vraies !!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui tu as encore le temps mais un jour tu y seras et il est necessaire de sauvegarder ce que nos anciens ont acquis de longues luttes.

Nous n'avons pas plus d'avantage que le privé si ce n'est la garantie d'emploi.

Reconnaissons quand même que cette garantie d'emploi n'est pas rien !! Quand tu vois la précarité des emplois dans le privé, ne serait ce avoir rien que cette garantie d'emploi, ouvrez les yeux mais ce n'est pas qu'un simple avantage !! On a un 13ème mois qui n'existe pas partout, nous avons une prime de vacance qui n'existe pas partout, nous avons des aides familiales comme les allocations familiales suplémentaires qui sont un plus donné par la SNCF. Arrêtons de toujours pleurer sur notre sort et ouvrons un peu les yeux surtout par les temps qui court...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

le "13ème mois" est une PFA, soit les 2/3 d'un mois normal, environ, pour un mécano.

j'ai 2,50 € pour mon gamin tous les mois. c'est super.

maintenant je crois comprendre ce que fifise49 veut dire. elle appartient à une génération à qui on a dit et redit qu'elle ne bénéficierait sans doute plus de la retraite par répartition et aussi qu'elle exercerait plusieurs métiers durant sa vie professionnelle, pas forcément par choix mais par nécessité économique.

en tenant compte de ces facteurs, les avantages liés à la retraite et à la sécurité de l'emploi deviennent mineurs puisque menacés à plus ou moins long terme. les mentalités ont évolué de ce fait.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Juste pour info - aujourd'hui, peu de personnes rentrent directement à la SNCF parce que sécurité de l'emploi !

je m'explique :

je suis rentrée à la SNCF (pour info avec difficulté) parce que j'occupe aujourd'hui un poste super intéressant à responsabilité.. je ne sais pas si dans quelques années, je n'irais pas voir ailleurs..

c'est sur que de rentrer aujourd'hui à la SNCF est une sécurité à court voir moyen terme mais aujourd'hui, je ne peux pas vous dire que je vais rester à la sncf toute ma vie.....

tu as raison lorsque tu dis que le grand avantage de la SNCF c'est la sécurité de l'emploi.. pour le reste, pas tant de différence avec d'autres boites privées, encore moins par rapport aux banques par exemple !!

Arrêtons de spéculer sur des choses qui ne sont pas vraies !!

Salut,

Moi ce que j'ai remarqué au commercial c'est que les jeunes qui rentrent fondent beaucoup d'espoir sur la SNCf et leur évolution de carrière.

Les agents sont de plus en plus carriéristes et beaucoup d'agents au bout de quelques années de service déchantent vite fait! : évolution de carrière quasiment impossible, même pour une simple mutation dans la gare voisine les agents attendent des années, manque de dialogue.....

Les agents au bout de 3/4 ans de service deviennent complètement aigris.

Je ne compte même plus les discussions avec mes collègues qui essayent de trouver un travail ailleurs.

En l'espace de quelques années sur notre ligne on a eu plusieurs démissions, un DPX commercial qui a ouvert un resto, un autre agent qui a déménagé au Senegal avec son mari pour ouvrir un magasin de vêtements, d'autres qui ont trouvé un travail ailleurs.

Je pense que la plupart des agents qui rentrent à la SNCf cherchent bien sur la sécurité de l'emploi (encore pour combien de temps?) mais surtout l'épanouissement et pouvoir progresser dans la société et pas stagner comme c'est le cas aujourd'hui. Les agents si ils ont une meilleure occasion d'aller ailleur n'hésitent plus a quitter l'entreprise.

Pour ma part, avant la SNCF j'ai travaillé 10 ans dans le privé et franchement je pense que la "sécurité de l'emploi" à la SNCF on la paie très chère, avec des salaires qui sont bas (par rapport aux horaires décalés des agents ).

Par rapport au prive je trouve qu'a la SNCf tout est très compliqué, un exemple : pour avoir un fauteuil de bureau il faut attendre un an, il y a une lourdeur administrative incroyable, les agents des gares sont envais de paperasses inutiles a remplir, il y a une manque de communication, on incite les gens a rien foutre, de tout façon que tu fasses ton boulot ou pas , à la fin tu n'es jamais remercié.

Quand tu entends par des chefs que pour avoir ta mutation plus vite il faut avoir soit un dossier médical (même bidon) soit travailler mal, des choses pareils c'est impansable de les entendre dans le privé

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je suis entièrement d'accord avec toi polonez.

C'est vrai que rien n'est fait pour inciter de bien bosser sachant que celui qui est palmé ou qui se contente du minimum pourra quand même avoir un déroulement de carrière identique à celui qui s'implique. Y a quand même maldonne à ce niveau là.

Pour le reste, ce que tu décris au commercial, sache que c'est partout ainsi :Smiley_33:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut,

Moi ce que j'ai remarqué au commercial c'est que les jeunes qui rentrent fondent beaucoup d'espoir sur la SNCf et leur évolution de carrière.

Les agents sont de plus en plus carriéristes et beaucoup d'agents au bout de quelques années de service déchantent vite fait! : évolution de carrière quasiment impossible, même pour une simple mutation dans la gare voisine les agents attendent des années, manque de dialogue.....

Les agents au bout de 3/4 ans de service deviennent complètement aigris.

Je ne compte même plus les discussions avec mes collègues qui essayent de trouver un travail ailleurs.

En l'espace de quelques années sur notre ligne on a eu plusieurs démissions, un DPX commercial qui a ouvert un resto, un autre agent qui a déménagé au Senegal avec son mari pour ouvrir un magasin de vêtements, d'autres qui ont trouvé un travail ailleurs.

Je pense que la plupart des agents qui rentrent à la SNCf cherchent bien sur la sécurité de l'emploi (encore pour combien de temps?) mais surtout l'épanouissement et pouvoir progresser dans la société et pas stagner comme c'est le cas aujourd'hui. Les agents si ils ont une meilleure occasion d'aller ailleur n'hésitent plus a quitter l'entreprise.

Pour ma part, avant la SNCF j'ai travaillé 10 ans dans le privé et franchement je pense que la "sécurité de l'emploi" à la SNCF on la paie très chère, avec des salaires qui sont bas (par rapport aux horaires décalés des agents ).

Par rapport au prive je trouve qu'a la SNCf tout est très compliqué, un exemple : pour avoir un fauteuil de bureau il faut attendre un an, il y a une lourdeur administrative incroyable, les agents des gares sont envais de paperasses inutiles a remplir, il y a une manque de communication, on incite les gens a rien foutre, de tout façon que tu fasses ton boulot ou pas , à la fin tu n'es jamais remercié.

Quand tu entends par des chefs que pour avoir ta mutation plus vite il faut avoir soit un dossier médical (même bidon) soit travailler mal, des choses pareils c'est impansable de les entendre dans le privé

je suis d'accord avec une bonne partie de ce que tu dis... c'est vrai qu'aujourd'hui, et c'est important, j'aille de l'avant et espère envers la SNCF. aujourd'hui j'ai un poste qui m'intéresse mais commence à voir les retranchements de l'administratif "rouleau compresseur"

au recrutement, on ne m'a pas menti en me disant que tout était rose, déroulé de carrière type,.... je connais un peu de personnes qui travaillent depuis des années à la SNCF. DOnc je sais a peu près à quoi m'attendre.

Pour les personnes qui quittent la SNCF, c'est normal - dans toute entreprise il y a des départs pour des raisons personnelles ou professionnelles donc cela neme choque pas...

il faut subir parfois le système faire le max pour que ca change (on a pas forcément la main) ..

j'ai choisi ma situation donc il faut aller de l"avant !!!!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

La paperasserie, il n'y en a pas qua la SNCF, même dans le privé cela existe....

Oui il y a paperasserie et paperasserie, avec l'arrivée de Mosaique dans les gares on nous avait dit MOSAIQUE=0 papiers, aujourd'hui, 3 ans après l'arrivée de MOSAIQUE on rempli encore plus de papier qu'avant.

Chiffre d'affaire journalier,ecart de caisse,DSV...... tous ces chiffres sortent de l'ordinateur avec nos fin de service et les agents doivent les recopier sur des papiers! (avec les risques d'erreur en recopiant!).

Quand tu poses la question aux DPX sur l'intérêt et l'utilité de recopier des chiffres déjà édité auparavant par l'ordinateur, personne ne sait répondre!.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je suis entièrement d'accord avec toi polonez.

C'est vrai que rien n'est fait pour inciter de bien bosser sachant que celui qui est palmé ou qui se contente du minimum pourra quand même avoir un déroulement de carrière identique à celui qui s'implique. Y a quand même maldonne à ce niveau là.

Pour le reste, ce que tu décris au commercial, sache que c'est partout ainsi lotrela

pourquoi ne pas denoncer ton petit copain qui glande pour avoir plus rapidement une promotion?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Reconnaissons quand même que cette garantie d'emploi n'est pas rien !! Quand tu vois la précarité des emplois dans le privé, ne serait ce avoir rien que cette garantie d'emploi, ouvrez les yeux mais ce n'est pas qu'un simple avantage !! On a un 13ème mois qui n'existe pas partout, nous avons une prime de vacance qui n'existe pas partout, nous avons des aides familiales comme les allocations familiales suplémentaires qui sont un plus donné par la SNCF. Arrêtons de toujours pleurer sur notre sort et ouvrons un peu les yeux surtout par les temps qui court...

Ce n'est pas en tirant tout le monde vers le bas que nous y arriverons. Je pense plutôt que les personnes doivent se défendrent et aller vers l'avant et tirer le train vers le haut.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est pas un 13ème mois c'est une "PFA" Prime de Fin d'Année. Ce n'est pas la même chose...

Exact, et pour la FGAAC nous revendiquons un véritable 13ème mois

De plus, il est à signaler que la prime de vacances est une misère.

Modifié par Geisse
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant



×
×
  • Créer...

L'extension "AdBlock" anti-pub... on en parle ?

Vous avez installé un outil pour bloquer la publicité sur internet...hors c'est la publicité qui permet à cheminots.net d'exister et de vous permettre d'avoir la meilleure expérience utilisateur possible.

Alors pourquoi ne pas désactiver votre bloqueur de pub pour ce site et ainsi participer à sa pérennité ?

Si vous ne souhaitez pas désactiver Adblock, vous pouvez quand même accéder au site,
et on vous souhaite une bonne visite !

 

Comment désactiver Adblock pour cheminots.net ?

Repérez l'icône Adblock sur votre navigateur internet (Mozilla Firefox, Google Chrome etc.). 
Généralement elle se situe à droite de la barre d'adresse, ou tout en bas à droite de la fenêtre.
adblock.png.b5362a440eebda16ea382664cb9b629f.png

Cliquez sur l'icône puis.. (en fonction du navigateur) :

Mozilla Firefox 
Cliquez sur « Désactiver partout ».

Google Chrome et autres 
Cliquez sur « Ne rien bloquer sur les pages de ce domaine » ou décochez « Activé pour ce site ».

 

Si je n'arrive pas à désactiver Adblock...

Si vous ne trouvez pas le bouton Adblock ou si vous n'arrivez pas à désactiver Adblock, vous pouvez essayer de désinstaller complètement le logiciel dans les options de votre navigateur web:

Mozilla Firefox 
Cliquez sur Firefox, puis Modules complémentaires. Dans Extensions, désactivez/désinstallez Adblock.

Google Chrome 
Cliquez sur la clé à outil en haut à droite, puis Outils et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

Apple Safari 
Cliquez Safari, puis Préférences et enfin Extensions. Désactivez/désinstallez Adblock.

 

FREEBOX
Se connecter à l’interface de gestion mafreebox.freebox.fr puis « Connexion Internet > Configuration > Blocage de la publicité »
Désactiver l’option et cliquer sur Modifier.

Antivirus
Certains antivirus bloquent les bannières, essayez en le désactivant. Si c'est lui qui bloque les pubs, vous pouvez désactiver cette fonctionnalité, ou mettre le site cheminots.net en liste blanche.