Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Eurostar veut renouveler ses rames.


Messages recommandés

Borloo ferait mieux de s'occuper de redresser le fret plutôt que polémiquer, et Alstom faire un AGV qui soit capable d'aller en Allemagne et plus confortable que l'ICE voilà. De plus les allemands commande eux pas mal de trains à alstom et c'est pas pour autant qu'on entend leur gouvernement dire que c'est un scandale et qu'il fallait commander siemens. Bref le bon vieux protectionisme à la française

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bref le bon vieux protectionisme à la française

.. à la tout le monde serait plus juste, même s'ils commandent chez Alstom, les Allemands ne sont pas les derniers ...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

AGV qui soit capable d'aller en Allemagne et plus confortable que l'ICE voilà.

Alstom s'est positionné sur le marché allemand et a été jeté par la DB sans ménagements (offre pas sérieuse ...)

A vrai dire sans arguments non plus, l'expérience qu'a subi la DB elle-même avec ses ICE aurait dû les marquer d'une pierre noire !

Quant au confort, c'est quand même avant tout un bon comportement en ligne. Tu peux mettre des sièges pour nababs dans un TGV, par contre, dans un panier à salades, tu resteras tout aussi secoué.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La plainte d'Alstom contre la décision d'Eurostar d'acheter du matériel Siemens suit son cours:

http://www.romandie.com/infos/news2/101026173100.jr4j5u0i.asp

Plainte d'Alstom contre Eurostar : l'audience se poursuit à Londres

LONDRES - Le groupe industriel français Alstom a continué mardi à plaider devant la Haute Cour de Londres, en vue d'obtenir la suspension d'un appel d'offres de la compagnie ferroviaire transmanche Eurostar, remporté par son grand rival allemand Siemens.

L'avocate d'Alstom, Sarah Hannaford, a critiqué devant le tribunal londonien la procédure d'évaluation des offres, qui a conduit Eurostar à retenir la proposition de Siemens au détriment d'Alstom. Eurostar a commandé 10 nouveaux trains à grande vitesse au constructeur allemand, pour quelque 600 millions d'euros.

La représentante d'Alstom a reproché à Eurostar d'avoir usé de critères d'évaluation "non transparents" et contraires aux règles européennes censées assurer l'équité entre les entreprises candidates à des appels d'offres.

Alstom s'est plaint également que les spécifications des trains voulus par Eurostar ne soient pas conformes aux normes de sécurité en vigueur dans le tunnel sous la Manche.

L'audience, présidée par le juge Geoffrey Vos, a débuté lundi et était censée durer deux jours. Mais le magistrat a indiqué qu'elle pourrait être prolongée pour laisser le temps aux deux parties d'exposer leurs arguments.

Selon des sources proches de l'audience, celle-ci pourrait en fait se poursuivre jusqu'à jeudi. Le juge a manifesté son désir de rendre sa décision "assez rapidement", mais sans avancer de date pour autant, a-t-on ajouté.

Eurostar, filiale à 55% de la SNCF, a commencé à présenter ses arguments mardi après-midi.

Elle conteste vigoureusement le recours d'Alstom, qui vise selon elle à "retarder la finalisation d'un contrat passé avec un des concurrents, sélectionné au terme d'un appel d'offres conduit dans le respect des procédures". Siemens, qui n'était pas concerné par la plainte d'Alstom, s'est joint à la procédure aux côtés d'Eurostar.

Le gouvernement français a lui même jugé "nulle et non avenue" la commande passée par Eurostar à Siemens, du fait que les trains allemands ne respectent pas les normes de sécurité en vigueur à l'heure actuelle dans le tunnel.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

Elle pue cette histoire !!!!! revoltages

Le grand, ou plutot, le petit bonhomme, mais grand copain du groupe Bouygues, (actionnaire d'Alstom)

mettra peut etre ses talonettes dans le plat.....

Il a bien fait commander 400 BB75000 en 2004, avec 100 supplémentaires en option...

Il fera commander 500 AGV, (des simples niveaux, des doubles, des triples a l'imperiales, des hybrides......)

Faut bien aider Alstom de nouveau !!!!

Comme ca, cela ruinera totalement la SNCF, et on pourra la démenteler et la découper en parts,

qui, comme par magies seront tres rentables, et surtout tres courtisées par les entreprises du CAC.....

J'ai dis une grosse connerie ??? :blink:

Modifié par necroshine
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Heureusement qu'il ne s'agissait que de 10 trains, car pour une "commande du siècle" cela aurait été quoi ? Une 3e guerre mondiale entre la France et l'Allemagne ?

:Smiley_53:

600 millions de commande ça représente tout de même du boulot pour pas mal de monde pendant quelques temps. Reste à savoir dans quelle situation est le carnet de commande d'Alstom transport en ce moment ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

600 millions de commande ça représente tout de même du boulot pour pas mal de monde pendant quelques temps. Reste à savoir dans quelle situation est le carnet de commande d'Alstom transport en ce moment ?

Cela va bien pour eux, merci... les québécois !

"

(CercleFinance.com) - Le consortium composé de Bombardier Transport et d'Alstom Transport, a signé un contrat avec la Société de transport de Montréal (STM) pour fournir 468 voitures de métro (52 rames de neuf voitures).

La valeur de ce contrat est d'environ 864 millions d'euros. On estime que la part de Bombardier sera d'environ 519 millions d'euros et que la part d'Alstom sera d'environ 345 millions d'euros.

La rame prototype doit être prête en juin 2013. Les livraisons de la commande doivent s'étaler de février 2014 à septembre 2018.

Le métro de Montréal se compose de quatre lignes et compte 68 stations et 66 kilomètres de voies. Il assure en moyenne plus de 850 000 déplacements par jour en semaine.

Copyright © 2010 CercleFinance.com. Tous droits réservés. "

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un article du Dauphiné parle de l'ouverture d'une ligne Londre genève en Eurostar en 2014:

http://www.ledauphin...-geneve-londres

Comment faire du 320 de moyenne avec du matériel dont la vitesse de pointe est de 320? Sans compter qu'au delà de Macon le trajet se fera sur ligne classique et que sur la ligne du Haut Bugey, si on roule à 320, çà ressemblera fort à une attraction de Disneyland....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La justice rejette la plainte d'Alstom contre Eurostar

L'aricle de Challenges

http://www.challenges.fr/actualites/entreprises/20101029.CHA9674/la_justice_rejette_la_plainte_dalstom_contre_eurostar.html

La justice rejette la plainte d'Alstom contre Eurostar

Alstom reprochait à Eurostar d'avoir passé commande de dix trains auprès du concurrent allemand Siemens.

La Haute Cour de Londres a estimé, vendredi 29 octobre, que la plainte d'Alstom contre la compagnie ferroviaire transmanche Eurostar n'était pas fondée. L'audience, présidée par le juge Geoffrey Vos et à laquelle assistait notamment le patron d'Eurostar, Nicolas Petrovic, a débuté en début de semaine par l'exposé des griefs du groupe industriel français qui reproche à Eurostar d'avoir passé commande de trains à grande vitesse au constructeur allemand Siemens.

600 millions en jeu.

Alstom réclamait la suspension de l'appel d'offres portant sur 10 trains d'une valeur de 600 millions d'euros et avançait l'argument que les spécifications des trains voulus par Eurostar ne sont pas conformes aux normes de sécurité en vigueur dans le tunnel sous la Manche. Cette commande est d'autre part contraire aux règles européennes sur les appels d'offres, selon lui.

Pour Eurostar, "ce recours a pour unique objectif de retarder la finalisation d'un contrat passé avec un des concurrents, sélectionné au terme d'un appel d'offres conduit dans le respect des procédures".

Siemens, qui n'était pas concerné par la plainte d'Alstom, a décidé la semaine dernière de soutenir Eurostar dans ce litige. Le gouvernement français a rejoint le camp d'Alstom, considérant cette commande comme "nulle et non avenue".

Un appel ?

Mais le juge Geoffrey Vos a estimé qu'"accorder une suspension (de l'appel d'offres) serait injuste pour Eurostar et contre l'intérêt public". Si l'injonction avait été accordée, elle aurait suspendu le contrat le temps qu'un jugement soit rendu sur le fond, c'est-à-dire pas avant 2011 "au plus tôt", et "cela aurait coûté cher à Eurostar" qui aurait été "privé d'un nouveau parc" ferroviaire, a-t-il ajouté.

La décision de la Haute Cour est susceptible d'appel.

Or Alstom a "pris note" du jugement, précisant que le groupe se réservait le droit de contester la décision en appel.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Comment faire du 320 de moyenne avec du matériel dont la vitesse de pointe est de 320? Sans compter qu'au delà de Macon le trajet se fera sur ligne classique et que sur la ligne du Haut Bugey, si on roule à 320, çà ressemblera fort à une attraction de Disneyland....

tu sais bien qu'en ICE-3 tout est possible ....

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bonsoir

petit état des lieux des trains a grande vitesse

en 2020 la France aura doublé son réseau TGV

aujourd'hui 1884 KM de LGV sur un total de 29 473km

en 2020 4064 Km de LGV

en 2025 les LGV

chine 25000km

Europe 17500km

japon 2700km

états unis 900km

Maroc 700km

brésil 500km

la bataille des constructeurs (rames en circulation)

Alstom 611 rames en circulation (a venir le "Speedalia" 360km/h)

hitachi-kawasaki 345 rames

CNR (chine) 214 rames

Siemens 160 (a venir le "velaro D" 320km/h)

bombardier 106 rames (a venir le "Zefiro 380km/h)

on voit que siemens et bombardier se lancent dans la bataille des tgv et ttgv avec en ligne de mire une échéance vers 2012,l'ouverture à la concurence sur les liaisons internationales..

source le monde magazine du 30/10

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/11/04/eurostar-le-pdg-d-alstom-denonce-une-situation-invraisemblable_1435249_3234.html#xtor=RSS-3208

Alstom traverse une passe difficile : les bénéfices du groupe français, spécialisé dans les équipements pour la production d'énergie et les transports, ont plongé de 29% au premier semestre. Son PDG, Patrick Kron, 57 ans, explique les raisons de cette baisse de régime.

Alstom va mal, son carnet de commandes a fondu. Est-ce seulement imputable à la crise ?

Je réfute l'idée qu'Alstom va mal ! Mais le groupe ne vit pas en dehors de ses marchés. Il subit les évolutions conjoncturelles avec retard : quand les marchés baissent, on baisse après les autres, quand ils repartent, on repart après. Tout simplement parce que nous vendons des biens d'équipement, un secteur dont les variations sont amplifiées et décalées.

De nouveaux concurrents apparaissent dans l'énergie et les transports. Quelle est l'ampleur de la menace ?

Certes, il y a une concurrence asiatique forte, notamment chinoise. C'est un risque et une chance. Un risque, car nos rivaux cherchent à être des acteurs globaux. Mais aussi une chance, car ce sont des marchés considérables que nous connaissons bien et où nous avons une culture de partenariat avec des acteurs locaux. Je ne sous-estime pas cette menace, mais je la mesure à l'aune de nos forces. Un exemple récent : le grand électricien indien NTPC a préféré nos turbines pour centrales au charbon à celles de tous nos concurrents, y compris chinois.

Vous ne pâtissez pas de votre refus de transférer de la technologie ?

Il faut se méfier des approches simplistes. En Chine, nous avons eu une démarche ciblée. Nous avons fait des transferts en direction de nos partenaires, par exemple sur des locomotives ou l'hydroélectricité. On ne l'a pas fait quand on a jugé que ce n'était pas dans l'intérêt d'Alstom, dans la très grande vitesse notamment.

Vous contestez, devant la Haute Cour de Londres, la validité de l'appel d'offres d'Eurostar remporté par Siemens. Seriez-vous mauvais perdant ?

Pas du tout ! Nous sommes absolument ouverts à la concurrence. A condition qu'elle soit équilibrée et transparente. Je suis scandalisé par la manière dont cet appel d'offres a été mené et je continuerai à faire valoir les droits d'Alstom devant les tribunaux. Certes, la cour a rejeté notre référé, mais le juge a pointé des carences nombreuses et graves sur le fond. Et c'est sur le fond que nous allons poursuivre nos actions.

La situation est invraisemblable : Eurostar choisit un train et se fait fort, ensuite, de faire adapter en conséquence les règles de sécurité. Pour maîtriser les risques d'incendie, ces règles prévoient des trains à motorisation concentrée (motrice à chaque extrémité), alors que le train voulu par Eurostar a une motorisation répartie sur toute la longueur. En clair, Eurostar veut acheter un train dont il ne sait pas s'il pourra rouler un jour dans le tunnel !

Après l’annonce de 4 000 suppressions de postes dans vos activités liées à l’énergie, les salariés doivent-ils redouter des licenciements secs?

Les mesures prises dans le secteur de l’énergie sont ciblées. Elles portent sur 20 % des effectifs dans l’activité des centrales thermiques en Europe et en Amérique du Nord. Elles ne touchent pas les énergies renouvelables (éolien…), les services ou les activités dans les pays émergents. Avec les syndicats, nous aurons le souci d’en limiter l’impact social. Je ne peux malheureusement pas garantir qu’il n’y aura pas de licenciements.

Le secteur du ferroviaire n’est-il pas, lui aussi, menacé par des suppressions d’emplois ?

Sur le transport ferroviaire, tout dépendra de la demande, et donc des commandes. L’activité du transport de voyageurs, sur laquelle nous sommes plus positionnés, a mieux résisté que celle du fret ou de l’énergie. Le carnet de commandes représente environ trois ans de ventes. Mais il est clair que certains Etats endettés pourraient revoir leurs projets d’infrastructures ferroviaires à la baisse. D’une façon générale, quelles que soient les activités – transport, transmission et génération d’électricité –, nous ne procéderons à des ajustements que là où ils pourraient être nécessaires.

Propos recueillis par Jean-Michel Bezat et Jean-Michel Normand

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

http://www.lemonde.f...l#xtor=RSS-3208

Vous contestez, devant la Haute Cour de Londres, la validité de l'appel d'offres d'Eurostar remporté par Siemens. Seriez-vous mauvais perdant ?

Pas du tout ! Nous sommes absolument ouverts à la concurrence. A condition qu'elle soit équilibrée et transparente. Je suis scandalisé par la manière dont cet appel d'offres a été mené et je continuerai à faire valoir les droits d'Alstom devant les tribunaux. Certes, la cour a rejeté notre référé, mais le juge a pointé des carences nombreuses et graves sur le fond. Et c'est sur le fond que nous allons poursuivre nos actions.

La situation est invraisemblable : Eurostar choisit un train et se fait fort, ensuite, de faire adapter en conséquence les règles de sécurité. Pour maîtriser les risques d'incendie, ces règles prévoient des trains à motorisation concentrée (motrice à chaque extrémité), alors que le train voulu par Eurostar a une motorisation répartie sur toute la longueur. En clair, Eurostar veut acheter un train dont il ne sait pas s'il pourra rouler un jour dans le tunnel !

Propos recueillis par Jean-Michel Bezat et Jean-Michel Normand

pathétique quand on sait qu' Alstom a présenté aussi une rame à moteurs répartis !

Et puis ce n'était pas un appel d'offre, nuance juridique qui a son importance pour la suite du dossier.

Alstom a répondu à un ITN Invitation To Negociate moins contraignante qu'un appel d'offre Call For Tender.

Malheureusement pour Alstom, seul les Velaro de Siemens sont des trains à grandes vitesse multi-pays, pour des parcours comme GB-->Allemagne ou Suisse.

L'AGV reste un prototype non encore homologué dans les pays étrangers visés par l'ambition d'Eurostar.

En plus les allemands ont trouvé la faille technique pour interdire l'AGV sur leur territoire: l'absence à priori de dispositif de freinage à courants de Foucault.

Et là l'Europe si prompt à garantir l'ouverture des marchés pour une meilleure concurrence ne dit rien revoltages

LaVieDuRail revient sur ce flop, très politique.

Modifié par 2D2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

pathétique quand on sait qu' Alstom a présenté aussi une rame à moteurs répartis !

Et puis ce n'était pas un appel d'offre, nuance juridique qui a son importance pour la suite du dossier.

Alstom a répondu à un ITN Invitation To Negociate moins contraignante qu'un appel d'offre Call For Tender.

Malheureusement pour Alstom, seul les Velaro de Siemens sont des trains à grandes vitesse multi-pays, pour des parcours comme GB-->Allemagne ou Suisse.

L'AGV reste un prototype non encore homologué dans les pays étrangers visés par l'ambition d'Eurostar.

En plus les allemands ont trouvé la faille technique pour interdire l'AGV sur leur territoire: l'absence à priori de dispositif de freinage à courants de Foucault.

Et là l'Europe si prompt à garantir l'ouverture des marchés pour une meilleure concurrence ne dit rien revoltages

LaVieDuRail revient sur ce flop, très politique.

Les déclarations du 4 novembre du PDG d'Alstom Patrick Kron dans Challenges :

http://www.challenges.fr/actualites/entreprises/20101104.CHA9821/eurostar__kron_poursuit_laction_en_justice.html

Eurostar : Kron poursuit l'action en justice

Après avoir été débouté en référé, le P-DG d'Alstom veut toujours obtenir l'annulation de l'appel d'offre d'Eurostar, soit devant la justice britannique soit devant les autorités européennes

Patrick Kron, le P-DG d'Alstom, a annoncé jeudi 4 novembre qu'il allait poursuivre son action en justice pour obtenir l'annulation de l'appel d'offres d'Eurostar.

La Haute Cour de justice de Londres a débouté le 29 octobre le groupe français qui cherchait, dans une action équivalant au référé, à obtenir la suspension de l'appel d'offres au terme duquel Eurostar a annoncé l'achat de dix trains à grande vitesse à son rival allemand Siemens pour 600 millions d'euros.

"Nous allons poursuivre l'action sur le fond, d'une part devant les autorités anglaises, car le référé n'a pas éteint l'action sur le fond - elle se poursuit -, et devant les autorités européennes", a indiqué Patrick Kron à la presse, en marge de la présentation des résultats semestriels du groupe.

"J'ai un objectif simple : que cet appel d'offres soit arrêté"

"J'ai un objectif simple : que cet appel d'offres soit arrêté", a-t-il ajouté. "Nous considérons que cet appel d'offres ne s'est pas déroulé dans des conditions normales et que nous n'avons pas été traités de manière équitable", a résumé Patrick Kron.

Alstom reproche surtout à Eurostar d'avoir anticipé une future réforme des normes de sécurité en vigueur dans le tunnel sous la Manche pour définir les spécifications de son appel d'offres.

"On est dans une situation invraisemblable d'un opérateur qui choisit un train sans savoir si ce train pourra un jour rouler, et si jamais il roulera, dans quelles conditions il roulera", a lancé le P-DG d'Alstom.

La compagnie transmanche a expliqué s'être appuyée sur des recommandations de la commission intergouvernementale franco-britannique au tunnel sous la Manche (CIG), publiées fin mars, préfigurant ce que devraient être les futures règles de sécurité.

Eurostar et Siemens auraient fait appel au même consultant

En outre, l'appel d'offres d'Eurostar n'était pas équitable, selon le patron d'Alstom. "Les règles du jeu ont été opaques, non transparentes, et ne sont aujourd'hui même pas encore disponibles", a noté Patrick Kron, pour qui "la moindre des choses (est de) savoir sur quels critères on sera jugé".

"Dans le cadre des différentes auditions qui ont eu lieu à Londres on a appris que Eurostar avait utilisé un consultant reconnu pour l'aider dans son appel d'offres et l'analyse des réponses données (...) Ce qui peut-être pourrait créer un conflit d'intérêts, c'est qu'on a aussi appris que Siemens avait utilisé le même consultant, Interfleet", a relevé Patrick Kron, s'interrogeant sur cette "coïncidence".

"On a fait une offre qui n'était pas très bonne, on était déboussolés", a ironisé Philippe Mellier, le président d'Alstom Transports. "Avec le consultant technique, ils étaient moins déboussolés, bizarrement", a-t-il ajouté à propos du concurrent Siemens.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

http://www.challenges.fr/actualites/entreprises/20101104.CHA9836/la_chronologie_de_la_bataille_alstomsiemens_sur_leurost.html

Voici en quelques dates la chronologie du contrat passé entre Eurostar et Siemens, au détriment d'Alstom, pour la livraison de 10 Trains à grande vitesse.

2010

- 18 août : Un contrat préliminaire est signé entre Eurostar et Siemens dans lequel la compagnie transmanche charge le groupe allemand de mener des travaux comprenant notamment la formation d'une équipe "en anticipation de la finalisation du contrat principal pour la production des trains" à grande vitesse empruntant le tunnel sous la Manche.

- 22 septembre : Le groupe allemand Siemens présente le premier train à grande vitesse entièrement conçu et fabriqué par lui, le "Velaro D". Il roulera à partir de décembre 2011 pour la compagnie allemande Deutsche Bahn.

- 1er octobre : L'AFP annonce que le groupe allemand Siemens est pour le moment le choix de la compagnie Eurostar pour une prochaine commande de trains à grande vitesse, citant une source proche du dossier.

- 7 octobre : Eurostar annonce la commande de 10 trains au groupe allemand Siemens, livrables en 2014, pour un montant de 600 millions d'euros. Alstom réagit en indiquant que "les règles de sécurité en vigueur (...) dans le tunnel sous la Manche n'autorisent pas le passage des trains qu'Eurostar affirme avoir retenus". Le moteur de ces modèles n'est plus dans la locomotive, mais ses éléments sont répartis tout le long de la rame, ce qui permet de gagner de la place. Cette formule augmente aussi les risques d'incendie, selon ses détracteurs. Dans un communiqué commun, le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, et le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, font part de leur "stupéfaction quant à la non prise en compte par Eurostar des règles de sécurité applicables dans l'appel d'offres engagé pour renouveler ses rames". Les deux ministres somment l'exploitant de la ligne à grande vitesse Paris-Londres de "mettre en conformité son appel d'offres avec les règles de sécurité actuelles". Eurostar assure que la partie française a donné son accord il y a six mois aux spécifications techniques de l'appel d'offres qui a débouché sur la sélection de Siemens pour une commande de nouveaux trains.

- 8 octobre : le gouvernement français affirme qu'Eurostar n'aurait pas dû anticiper le changement à venir des règles de sécurité dans le tunnel sous la Manche.

- 13 octobre : Un train à grande vitesse allemand ICE3 de la Deutsche Bahn (DB) roule pour la première fois dans le tunnel sous la Manche à partir de Calais pour des tests à vide qui doivent démontrer sa capacité à circuler sur cette ligne.

- 13 octobre : Le P-DG d'Eurotunnel Jacques Gounon se dit persuadé que le train à grande vitesse allemand ICE3 de Siemens remplit les conditions de sécurité permettant son exploitation dans le tunnel sous la Manche.

- 14 octobre : Le secrétaire d'Etat français aux Transports Dominique Bussereau affirme sur LCI que la décision d'Eurostar est "nulle et non avenue". Le secrétariat d'Etat aux Transports indique plus tard que le contrat passé ne peut pas être signé tant qu'il n'était pas prouvé que les trains de Siemens peuvent circuler dans le tunnel sous la Manche.

- 15 octobre : Dix institutions françaises et allemandes du rail, dont les compagnies Deutsche Bahn et SNCF, inaugurent des consultations sur les dossiers importants en Europe.

- 17 octobre : Un exercice d'évacuation d'un train à grande vitesse allemand ICE3 de Siemens, composé de deux rames de 200 mètres, se déroule dans la nuit de samedi à dimanche dans le tunnel sous la Manche.

- 18 octobre : Le gouvernement allemand indique que Paris n'a aucune raison de critiquer la décision d'Eurostar, Plusieurs personnalités politiques allemandes dénoncent cette forme de protectionnisme.

- 19 octobre : Alstom dépose une plainte devant la High Court de Londres contre la décision d'Eurostar d'acheter 10 TGV à Siemens. La Commission européenne reçoit également une plainte détaillée d'Alstom qui estime que cette commande est contraire aux règles européennes sur les appels d'offres.

- 19 octobre : Le ministère de l'Ecologie indique que le chef de la délégation française au comité de sécurité de la Commission intergouvernementale au tunnel sous la Manche (CIG), Françoise Deygout, a été récemment "remplacé".

- 19 octobre : Un train allemand ICE de la compagnie allemande des chemins de fer Deutsche Bahn (DB) traverse pour la première fois le tunnel sous la Manche dans la nuit de lundi à mardi. Le train est officiellement présenté dans la gare londonienne de St Pancras.

- 21 octobre : La CGT indique qu'elle n'admettra "ni la baisse des conditions de sécurité ni la baisse des conditions sociales des salariés", après l'attribution à l'allemand Siemens de la commande d'Eurostar.

- 22 octobre : Siemens annonce qu'il va soutenir devant la justice la compagnie Eurostar face au français Alstom.

- 25 octobre : La Haute Cour de Londres commence l'examen de la plainte d'Alstom contre Eurostar. Le groupe français cherche dans une action équivalant au référé, à obtenir la suspension de l'appel d'offres de la compagnie ferroviaire transmanche.

- 26 octobre : Bruxelles demande des informations aux autorités britanniques au sujet du respect des règles communautaires concernant les marchés publics.

- 29 octobre : La Haute Cour de justice de Londres déboute Alstom. Le juge Geoffrey Vos estime que les arguments du groupe français sont insuffisants, et qu'il est "improbable" qu'il puisse l'emporter lors d'un procès sur le fond

- 4 novembre : Patrick Kron indique qu'Alstom va poursuivre son action en justice sur le fond pour obtenir l'annulation de l'appel d'offres.

(Challenges.fr)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité necroshine

http://www.lepoint.fr/economie/eurostar-doit-livrer-a-la-justice-ses-evaluations-favorables-a-siemens-11-11-2010-1261192_28.php

La Haute Cour de justice de Londres a "ordonné" à Eurostar de lui fournir les évaluations qui l'ont amené à commander ses nouveaux trains au groupe allemand Siemens, au détriment du français Alstom, jusqu'alors son unique fournisseur, a indiqué Alstom dans un communiqué jeudi. Cette décision a été prise lors d'une première audience, la veille, dans une nouvelle procédure engagée "sur le fond" par Alstom pour tenter d'obtenir l'annulation de l'appel d'offres remporté par son rival, a précisé le groupe français.

Le 29 octobre, la Haute Cour de Londres a rejeté une requête en référé d'Alstom qui réclamait la suspension de l'appel d'offres, au terme duquel Eurostar a annoncé l'achat de dix trains à grande vitesse à son rival allemand Siemens pour 600 millions d'euros. Alstom était jusqu'à présent l'unique fournisseur en trains à grande vitesse du groupe SNCF, maison mère d'Eurostar à 55 %. Dès le 4 novembre, le P-DG d'Alstom, Patrick Kron, a annoncé son intention de poursuivre son action en justice sur le fond pour obtenir l'annulation de l'appel d'offres.

Jeudi, dans un communiqué, le groupe a confirmé avoir "engagé" cette procédure devant la Haute Cour de justice de Londres et indiqué qu'une première audience avait eu lieu mercredi. Au cours de cette audience, "la Cour a établi le calendrier de la procédure et fixé la date du procès en octobre 2011". La Haute Cour a également ordonné à Eurostar de "produire les documents relatifs à l'évaluation des offres qu'il avait refusé de transmettre lors de la procédure de référé", a affirmé Alstom. Alstom fait valoir que l'attribution de ce contrat ne serait pas légale, car Eurostar aurait anticipé une réforme des normes de sécurité en vigueur dans le tunnel sous la Manche.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Et voici un communiqué officiel d'Alstom:

Procédure Eurostar

11 Novembre 2010

Alstom a engagé une procédure sur le fond devant la High Court de Londres pour contester l'équité de l'appel d'offre d'Eurostar pour des trains à grande vitesse. Au cours de la première audience, le 10 novembre, la cour a établi le calendrier de la procédure, fixé la date du procès en octobre 2011 et ordonné à Eurostar de produire les documents relatifs à l’évaluation des offres qu'il avait refusé de transmettre lors de la procédure de référé.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Etant donné les réactions d'Alstom, Eurostar devrait tenir un conseil de guerre pour consolider ses positions.

Il est bien possible qu'un actionnaire minoritaire d' Eurostar demande à la SNCF de se désengager pour calmer la tempète médiatique.

Ou alors, comme cela s'envisageait avant 2009, de faire une place à DN dans le capital Eurostar.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...