Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Les gares laitières de Paris


Messages recommandés

(oui c'est l'été, on se repose, on a le temps de s'intéresser 😏)

Donc la découverte du jour, pour moi, sera qu'il existait des gares "laitières" à Paris.

A priori il y en avait 5 :

  • Chevaleret - Paris-Orléans (1930) - vers le n°38 de la rue
  • Vouillé - Etat (1931)
  • Est-Flandres - Paris Villette (1933) - vers le n°12 de la rue du chemin de fer ?
  • La Chapelle-Charbon - réseau du Nord (1934) - vers le n°150 de la rue de la Chapelle
  • Bercy - PLM (1935)

On trouve un historique très bien fait ici : https://journals.openedition.org/rhcf/1199?lang=fr

Mais quasiment pas de traces photographiques ou de plans (côté "laiterie" on trouve quelques trucs mais côté ferroviaire...) 😞

Un wagon ici : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9029011f

Quelques articles :

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k11758012/f8.item.r="gare laitière".zoom

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k587659v/f1.item.r="gare laitière".zoom

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k46227492/f1.item.r="gare laitière".zoom

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k603529p/f1.item.r="gare laitière".zoom

Modifié par assouan
  • J'aime 5
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 54 minutes, CGO a dit :

La gare laitière de Vouillé devait fonctionner encore dans les années 1970 et une rame de wagons inutilisés y a longtemps stationné dans les années 1980...

En 1964 ça roulait encore 😉

"En juin 1964, ce HA 588 857 stationne voie 104 au Plateau de Vouillé de la gare de Paris-Vaugirard. Il vient d’être restitué par l’EP des Messageries Laitières et il attend d’être réétiqueté vide pour retour dans une gare de la ligne Paris/Argentan/Granville où il a ses habitudes. C’est un « PV étoilé », autorisé au régime accéléré en France seulement. En Basse-Normandie, il circule dans des trains de messageries tractés par des 141 P."

http://fr.1001mags.com/parution/ferrovissime/numero-34-janvier-2011/page-50-51-texte-integral

  • J'aime 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 5 heures, Pascal 45 a dit :

Je ne savais pas qu'il a existé des acheminements de lait par wagons, du vin ok, mais du lait !

Le lait arrivait en bon état à destination dans des citernes non réfrigérées ?

Ben le principe c’est que, justement, ce trafic a explosé avec des wagons isothermes ? A creuser : cela viendrait de la 1ere guerre mondiale et d’un besoin de transport de viande congelée (!) et autres… Après guerre d’aucuns ont eu l’idée pour le lait…

  • J'aime 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

A noter qu'une partie des wagons réformés qui ont traîné sur le plateau de Vouillé une dizaine d'années étaient des wagons frigorifiques à 2 essieux (sans doute pour le poisson)

Aujour d'hui cette gare qui a été "laitière" et de "marée"  a toujours une activité fret , puisqu'elle reçoit des trains de pétrole...

  • J'aime 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 48 minutes, CGO a dit :

 

Aujour d'hui cette gare qui a été "laitière" et de "marée"  a toujours une activité fret , puisqu'elle reçoit des trains de pétrole...

Bonjour.

Pour une centrale de la compagnie parisienne de chauffage urbain, il me semble.

Bruno.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 1 heure, CGO a dit :

Tout à fait Bruno la CPCU alimentée par la géothermie ET un peu de fioul lourd arrivant par train à Vouillé...

Merci à toi.

  • J'aime 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 6 heures, CGO a dit :

Tout à fait Bruno la CPCU alimentée par la géothermie ET un peu de fioul lourd arrivant par train à Vouillé...

Et peut-être les usines d'incinération des ordures ménagères ( Vitry, Issy...)

  • J'aime 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 4 heures, Laroche a dit :

Et peut-être les usines d'incinération des ordures ménagères ( Vitry, Issy...)

On va éviter de partir sur ce qui alimente la CPCU siouplait ? C’est vraiment loin des gares laitières en 1931 ? Merki. 

Modifié par assouan
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 10 heures, assouan a dit :

On va éviter de partir sur ce qui alimente la CPCU siouplait ? C’est vraiment loin des gares laitières en 1931 ? Merki. 

Pour revenir sur de bons rails 😘. J'ai le souvenir de ma prime enfance, que la laiterie de Migennes (fermée depuis de longues années), embranchée fer, expédiait quotidiennement 1 où 2 wagons de lait sur Paris au départ de Laroche

Modifié par Laroche
  • J'aime 3
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 

Jusqu'à la fin 19 ème siecle , il y avait des "vacheries "dans Paris.

Plus de 500  établissements fournissaits  des produits laitiers frais. ll y avait 5000 têtes de bétail dans la capital. Avec leur disparition,  il a fallut ravitaillé les parisien.

 l'utilisation du train pour livrer les marchandises a  développé des gares spécifiques ( vin, charbon, lait,...)

Le marché des Halles etait lui lui-même alimenté par le rail .

  • J'aime 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 5 heures, bruyerois a dit :

(...)

Le marché des Halles etait lui lui-même alimenté par le rail .

Débordons un peu :) : quel était le réseau/raccordement ? J'ai du mal à voir depuis quelle grande gare les Halles, en plein milieu de Paris, pouvaient être alimentées ? Certes il y avait l'Arpajonnais 🙂 mais  cela me semblait modeste par rapport aux tonnes débitées tous les jours aux Halles ? Curieuse je suis !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Les trains  à vapeur utilisaient les voies du tram 8 (actuel bus 38) établies sur l'avenue d'Orléans Bd St Michel ,etc
Il semble que le trafic ait été toujours assez faible (un ou deux trains par nuit) et encore ils devaient être assez courts.
Il y avait un autre train qui venait de St Germain et qui passait à l'Etoile avant d'arriver aux Halles.
Je ne serais pas étonné que même dans les années 20 le plus gros des marchandises arrivaient aux Halles en camions !
Ca veut pas dire que tout le trajet était routier !
Par exemple le lait et les poissons arrivant par train à Vouillé étaient sans doute transbordés sur des camions pour les derniers kilomètres jusqu'au Halles...

Evidemment les wagons des grands réseaux ne pouvaient pas utiliser les voies du tram à cause de leur gabarit, les wagons qui arrivaient aux Halles étaient au gabarit de 2m et tamponnement central style tramway, une loco des Halles  à gabarit réduit, est préservée à la Transvap...

Modifié par CGO
  • J'aime 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 7 heures, assouan a dit :

Débordons un peu :) : quel était le réseau/raccordement ? J'ai du mal à voir depuis quelle grande gare les Halles, en plein milieu de Paris, pouvaient être alimentées ? Certes il y avait l'Arpajonnais 🙂 mais  cela me semblait modeste par rapport aux tonnes débitées tous les jours aux Halles ? Curieuse je suis !

un début de réponse ici : 

Citation

Incidence économique[modifier | modifier le code]

Le trafic de marchandises eut toujours un rôle majeur pour l'Arpajonnais et les trains de desserte des Halles de Paris fonctionnèrent de 1894 à 1936. Au-delà de Porte d'Orléans, terminus du Paris - Arpajon, les trains empruntaient les voies de la ligne TG de la CGO jusqu'à Châtelet, puis les voies implantées rue des Halles, puis, plus tard, le boulevard de Sébastopol et la rue Réaumur.

En 1926, on transporte vers les Halles, 15 000 tonnes de légumes. Jusqu'à 42 wagons arrivent par nuit. En 1929, le tonnage atteint 19 300 tonnes ; en 1927, 24 400 tonnes, dont 411 tonnes de fraises. Une part du trafic marchandises est aussi constitué des pavés extraits des carrières de Seine-et-Oise.

Mais la circulation croissante dans Paris empêche de plus en plus ce type de transport, concurrencé par le ramassage par camions. Le trafic marchandises est autorisé uniquement la nuit entre 1 h et 4 h du matin jusqu'aux Halles. Le terminus voyageurs se situant à l'Odéon. Au retour, du fumier et des gadoues reviennent de la capitale pour servir d'engrais aux exploitants, ce qui provoque l'été, des « désagréments » aux riverains des gares.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chemin_de_fer_Paris_-_Arpajon

tout ça a cessé en 1937.....soit 34 ans avant le transfert  "du ventre de Paris" vers RUNGIS.

Modifié par capelanbrest
  • J'aime 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 5 heures, capelanbrest a dit :

les trains empruntaient les voies de la ligne TG de la CGO jusqu'à Châtelet

Ligne TG qui devient ligne 8 en 1921, à la reprise de la CGO par la STCRP et qui deviendra 38 sous la RATP...

Exploitée par bus le 31 aout 1936, du coup le train des halles n'avait plus de voies...

Modifié par CGO
  • J'aime 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...