Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Il y a 30 ans, l'accident de la Gare de Lyon


Messages recommandés

Petite séquence commémorative...

Il y a 30 ans jour pour jour, un train en dérive entra en collision avec un train à l'arrêt au fond de la gare de Lyon souterraine.

Cette catastrophe fit 56 morts.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Accident_ferr...la_gare_de_Lyon

Ci-après, un article dans le dernier numéro de la revue du CER PSE :

27 juin 1988

La catastrophe de la Gare de Lyon

Le 27 juin 1988 est un jour qui marquera encore pour longtemps les mémoires des cheminots de la région de Paris Sud-Est d'autant que cette catastrophe fait suite à celles de Flaujac, Argenton-sur-Creuse et Issy-les-Moulineaux. Fatalité ou loi des séries pour les uns, conditions de travail, emploi, logique de rentabilité financière pour les autres.

l est 19H09, en ce jour tragique, le train 153944 vient s'encastrer dans le train 153951 qui attendait sur la voie 2 de la gare souterraine banlieue et qui, sous l'effet du choc, devait reculer de 25 mètres. A cet instant, les chaînes de télévision interrompent leur programme pour un flash d'information qui ne laisse aucun doute sur l'ampleur de l'accident. Trois enquêtes seront déclenchées : l'enquête judiciaire, l'enquête du ministère des transports et l'enquête de l'inspection générale de sécurité.

En interne, le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de l'Établissement Traction de Paris Sud-Est avait aussi mené son enquête, bien que le directeur de l'Établissement de l'époque ait affirmé que l'ampleur de la catastrophe dépassait de loin le cadre de cette instance. Et pour cause ; depuis de nombreux mois, les organisations syndicales n'avaient cessé d'interpeller les directions de l'entreprise sur les problèmes d'effec­tifs que connaissait notre région et qui conduisaient à des refus de congés et fériés chez les agents de conduite et les agents du matériel et de la maintenance ; mais aussi sur les problèmes liés à la maintenance du matériel banlieue et les problèmes de fiabilité de la radio sol/train.

Tous ces éléments étaient constitutifs d'une situa­tion perturbée pour les usagers (retard de trains, trains supprimés) et d'une véritable détérioration du service public SNCF sur la banlieue de Paris Sud-Est. Si les différentes enquêtes n'ont pas implicitement reconnu les incidences du manque d'effectifs sur la sécurité, il n'en demeure pas moins que la direction de la SNCF a dû prendre des mesures sur le renforcement des vérifications sur le matériel roulant, la modification des robinets de frein, la suppression des contradictions dans les textes réglementaires et le déblocage de 2 milliards de francs* pour l'amélioration de la sécurité.

Les procès qui s'étaient tenus après les catastrophes de Flaujac et Argenton-sur-Creuse avaient mention­né la responsabilité de la SNCF sans la condamner.

Le procès de la catastrophe de la Gare de Lyon, pour la première fois, reconnaissait la responsabilité pénale et civile de la SNCF en la condamnant au franc symbolique aux dépends des parties civiles et notamment de la fédération CGT des cheminots.

Vingt ans, vingt ans déjà nous séparent de cet acci­dent tragique et nous ne pouvons que nous incli­ner à la mémoire des victimes de cette catastrophe et garder à l'esprit que la sécurité n'a pas de prix, aujourd'hui comme hier.

Michel Renault

* Soit 305 millions d'euro

Modifié par assouan
Mise à jour (30 ans)
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Petite séquence commémorative...

Il y a 20 ans jour pour jour, un train en dérive entra en collision avec un train à l'arrêt au fond de la gare de Lyon souterraine.

Cette catastrophe fit 56 morts.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Accident_ferr...la_gare_de_Lyon

Ci-après, un article dans le dernier numéro de la revue du CER PSE :

27 juin 1988

La catastrophe de la Gare de Lyon

Le 27 juin 1988 est un jour qui marquera encore pour longtemps les mémoires des cheminots de la région de Paris Sud-Est d'autant que cette catastrophe fait suite à celles de Flaujac, Argenton-sur-Creuse et Issy-les-Moulineaux. Fatalité ou loi des séries pour les uns, conditions de travail, emploi, logique de rentabilité financière pour les autres.

l est 19H09, en ce jour tragique, le train 153944 vient s'encastrer dans le train 153951 qui attendait sur la voie 2 de la gare souterraine banlieue et qui, sous l'effet du choc, devait reculer de 25 mètres. A cet instant, les chaînes de télévision interrompent leur programme pour un flash d'information qui ne laisse aucun doute sur l'ampleur de l'accident. Trois enquêtes seront déclenchées : l'enquête judiciaire, l'enquête du ministère des transports et l'enquête de l'inspection générale de sécurité.

En interne, le comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) de l'Établissement Traction de Paris Sud-Est avait aussi mené son enquête, bien que le directeur de l'Établissement de l'époque ait affirmé que l'ampleur de la catastrophe dépassait de loin le cadre de cette instance. Et pour cause ; depuis de nombreux mois, les organisations syndicales n'avaient cessé d'interpeller les directions de l'entreprise sur les problèmes d'effec­tifs que connaissait notre région et qui conduisaient à des refus de congés et fériés chez les agents de conduite et les agents du matériel et de la maintenance ; mais aussi sur les problèmes liés à la maintenance du matériel banlieue et les problèmes de fiabilité de la radio sol/train.

Tous ces éléments étaient constitutifs d'une situa­tion perturbée pour les usagers (retard de trains, trains supprimés) et d'une véritable détérioration du service public SNCF sur la banlieue de Paris Sud-Est. Si les différentes enquêtes n'ont pas implicitement reconnu les incidences du manque d'effectifs sur la sécurité, il n'en demeure pas moins que la direction de la SNCF a dû prendre des mesures sur le renforcement des vérifications sur le matériel roulant, la modification des robinets de frein, la suppression des contradictions dans les textes réglementaires et le déblocage de 2 milliards de francs* pour l'amélioration de la sécurité.

Les procès qui s'étaient tenus après les catastrophes de Flaujac et Argenton-sur-Creuse avaient mention­né la responsabilité de la SNCF sans la condamner.

Le procès de la catastrophe de la Gare de Lyon, pour la première fois, reconnaissait la responsabilité pénale et civile de la SNCF en la condamnant au franc symbolique aux dépends des parties civiles et notamment de la fédération CGT des cheminots.

Vingt ans, vingt ans déjà nous séparent de cet acci­dent tragique et nous ne pouvons que nous incli­ner à la mémoire des victimes de cette catastrophe et garder à l'esprit que la sécurité n'a pas de prix, aujourd'hui comme hier.

Michel Renault

* Soit 305 millions d'euro

je crois qu'il faut faire preuve d'humilité devant ce genre de catastrophe . il ne faut jamais déroger aux règlement de sécurité , il est prouvé que les accidents de ce genre sont le fait d'un concourt de 3 facteurs consécutifs . le signal d'alarme , le freinage isolé , la rame à quai avec les voyageurs dedans !( je ne sais pas comment les aiguilleurs auraient pu réagir autrement dans une telle urgence ) .

bref tout ça pour dire qu'un laisser aller annodin pour nous peut avoir des conséquences catastrophique !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je crois qu'il faut faire preuve d'humilité devant ce genre de catastrophe . il ne faut jamais déroger aux règlement de sécurité , il est prouvé que les accidents de ce genre sont le fait d'un concourt de 3 facteurs consécutifs . le signal d'alarme , le freinage isolé , la rame à quai avec les voyageurs dedans !( je ne sais pas comment les aiguilleurs auraient pu réagir autrement dans une telle urgence ) .

bref tout ça pour dire qu'un laisser aller annodin pour nous peut avoir des conséquences catastrophique !

cestachierpascontentnonmaisnonmais Je ne t'en veux pas, mais je pense ton expression malvenue.... Laisser aller annodin de qui ???? Lorsque tu isoles le frein (cause majeure de la catastrophe), c'est de sécurité qu'on parle !!! Je crois que c'est le seul article du règlement qui te permet de prendre du retard sur la marche :

ART C12.02 Principe : (...) "Quel que soit le temps nécessaire pour faire l'essai de frein, celui-ci doit toujours être éxécuté correctement même s'il doit en résulter un retard".

Je t'accordes que l'article du règlement préconisant une VFF (art 384 du PGM*: Vérification du Fonctionnement du Frein) a été profondément réécrit juste après cette catastrophe. Cependant, je ne pense pas que le conducteur du train percuteur ait fait preuve de laisser aller, et il n'est plus là pour en témoigner (décédé en 2002). Je ne pense pas que les aiguilleurs aient fait preuve de laisser aller, mais qu'ils ont été prévenus trop tard pour modifier les itinéraires tracés (3 mn nécessaires auxquelles les automatismes sont asservis).

Comme toute catastrophe majeure, elle n'est que le résultat d'une succession de malchances, mais pas d'un laisser aller anodin... Pour la mémoire de tous ceux qui sont morts ce jour là, et de tous les acteurs involontaires de ce jour noir, je ne pouvais pas laisser passer cette expression....

*Le PGM était à la fois le référentiel et le Mémento de l'époque.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

cartonrougecartonrougecartonrougecartonrouge Je ne t'en veux pas, mais je pense ton expression malvenue.... Laisser aller annodin de qui ???? Lorsque tu isoles le frein (cause majeure de la catastrophe), c'est de sécurité qu'on parle !!! Je crois que c'est le seul article du règlement qui te permet de prendre du retard sur la marche :

ART C12.02 Principe : (...) "Quel que soit le temps nécessaire pour faire l'essai de frein, celui-ci doit toujours être éxécuté correctement même s'il doit en résulter un retard".

Je t'accordes que l'article du règlement préconisant une VFF (art 384 du PGM*: Vérification du Fonctionnement du Frein) a été profondément réécrit juste après cette catastrophe. Cependant, je ne pense pas que le conducteur du train percuteur ait fait preuve de laisser aller, et il n'est plus là pour en témoigner (décédé en 2002). Je ne pense pas que les aiguilleurs aient fait preuve de laisser aller, mais qu'ils ont été prévenus trop tard pour modifier les itinéraires tracés (3 mn nécessaires auxquelles les automatismes sont asservis).

Comme toute catastrophe majeure, elle n'est que le résultat d'une succession de malchances, mais pas d'un laisser aller anodin... Pour la mémoire de tous ceux qui sont morts ce jour là, et de tous les acteurs involontaires de ce jour noir, je ne pouvais pas laisser passer cette expression....

*Le PGM était à la fois le référentiel et le Mémento de l'époque.

En fait si j'ai bon souvenir,le seul qui se serait "laissé aller" c'est le controleur du train à quai qui n'etait pas là d'où retard au depart et consequences catastrophiques derriere....mais peut etre avait il une raison justifiable d'etre en retard.

Modifié par CHRIS 13
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pourriez vous (pour les plus anciens), décrire ce qui s'est passé sur ce train là ?

Merci

Nico

Ici, un compte-rendu ( orienté puisque du point de vue des victimes ) qui explique tout de même relativement bien les circonstances.

En gros : un banlieue direct VSG-PAA ( 2*5300), une dame s'est trompée et veut descendre au Vert-de-Maisons => elle tire le signal d'alarme ( à l'ancienne, pas SAI ) => difficulté de le réarmer => fausse manip qui isole 7 voitures sur 8 => dérive en descendant dans le trou => encastrement dans une rame blindée en attente voie 4 de PAA... koiquesse

Modifié par Roukmoute
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ici, un compte-rendu ( orienté puisque du point de vue des victimes ) qui explique tout de même relativement bien les circonstances.

En gros : un banlieue direct VSG-PAA ( 2*5300), une dame s'est trompée et veut descendre au Vert-de-Maisons => elle tire le signal d'alarme ( à l'ancienne, pas SAI ) => difficulté de le réarmer => fausse manip qui isole 7 voitures sur 8 => dérive en descendant dans le trou => encastrement dans une rame blindée en attente voie 4 de PAA... zzz

Merci Roukmoute.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

cartonrougecartonrougecartonrougecartonrouge Je ne t'en veux pas, mais je pense ton expression malvenue.... Laisser aller annodin de qui ???? Lorsque tu isoles le frein (cause majeure de la catastrophe), c'est de sécurité qu'on parle !!! Je crois que c'est le seul article du règlement qui te permet de prendre du retard sur la marche :

ART C12.02 Principe : (...) "Quel que soit le temps nécessaire pour faire l'essai de frein, celui-ci doit toujours être éxécuté correctement même s'il doit en résulter un retard".

Je t'accordes que l'article du règlement préconisant une VFF (art 384 du PGM*: Vérification du Fonctionnement du Frein) a été profondément réécrit juste après cette catastrophe. Cependant, je ne pense pas que le conducteur du train percuteur ait fait preuve de laisser aller, et il n'est plus là pour en témoigner (décédé en 2002). Je ne pense pas que les aiguilleurs aient fait preuve de laisser aller, mais qu'ils ont été prévenus trop tard pour modifier les itinéraires tracés (3 mn nécessaires auxquelles les automatismes sont asservis).

Comme toute catastrophe majeure, elle n'est que le résultat d'une succession de malchances, mais pas d'un laisser aller anodin... Pour la mémoire de tous ceux qui sont morts ce jour là, et de tous les acteurs involontaires de ce jour noir, je ne pouvais pas laisser passer cette expression....

*Le PGM était à la fois le référentiel et le Mémento de l'époque.

quand je parle de laisser aller ,ce n'est pas au sujet de la catastrophe de a

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

cartonrougecartonrougecartonrougecartonrouge Je ne t'en veux pas, mais je pense ton expression malvenue.... Laisser aller annodin de qui ???? Lorsque tu isoles le frein (cause majeure de la catastrophe), c'est de sécurité qu'on parle !!! Je crois que c'est le seul article du règlement qui te permet de prendre du retard sur la marche :

ART C12.02 Principe : (...) "Quel que soit le temps nécessaire pour faire l'essai de frein, celui-ci doit toujours être éxécuté correctement même s'il doit en résulter un retard".

Je t'accordes que l'article du règlement préconisant une VFF (art 384 du PGM*: Vérification du Fonctionnement du Frein) a été profondément réécrit juste après cette catastrophe. Cependant, je ne pense pas que le conducteur du train percuteur ait fait preuve de laisser aller, et il n'est plus là pour en témoigner (décédé en 2002). Je ne pense pas que les aiguilleurs aient fait preuve de laisser aller, mais qu'ils ont été prévenus trop tard pour modifier les itinéraires tracés (3 mn nécessaires auxquelles les automatismes sont asservis).

Comme toute catastrophe majeure, elle n'est que le résultat d'une succession de malchances, mais pas d'un laisser aller anodin... Pour la mémoire de tous ceux qui sont morts ce jour là, et de tous les acteurs involontaires de ce jour noir, je ne pouvais pas laisser passer cette expression....

*Le PGM était à la fois le référentiel et le Mémento de l'époque.

je ne juge pas les protagonistes de cet accident ,je dis qu'il faut qu'on soit toujours vigilant en terme de sécurité pour tous nos gestes

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut

en détail pour expliquer ce qui s'est passé.

donc un SAP est actionné et le train freine d'urgence. Le conducteur a du mal à réarmer le signal et conclue à un incident de frein. il décide d'isoler la voiture. Il place donc "par erreur" le robinet d'arret CG sur fermé et retourne en cabine. La fuite CG est résolue mais il ne peut repartir à cause d'un blocage, le conducteur va alors conclure "par erreur" à une anomalie de frein et purge 7 voitures sur 8 du frein. (quand j'entend par erreur, c'est sous la pression et devant des indices erronés qu'il prend de mauvaises décisions).

le train repart avec une CG isolée sur 7 des 8 voitures et on sait ce qu'il adviendra, pas assez de frein, train dirigé dans la souterraine sur voie occupée, collision, plus de 50 morts...

Les procédures depuis ont été modifiées : entre autre, si action sur plsu d'une valve de purge, obligation d'une VFF.

Un triste accident où le mystère plane toujours puisque le conducteur en dérive a communiqué avec les postes d'aiguillages ne verra jamais ses propos ré-écouté car les bandes sont inaudibles.

Yaya

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

je ne juge pas les protagonistes de cet accident ,je dis qu'il faut qu'on soit toujours vigilant en terme de sécurité pour tous nos gestes

Là dessus, totalement d'accord. C'est pourquoi je disais que ton expression était malvenue car pouvant être mal interprétée... :blush:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Soyons très très modestes : tous les jours il peut arriver une catastrophe ferroviaire un peu partout en France...

La technique, les référentiels, les formations, les documents métiers et aussi et beaucoup les Rex, le suivi individuel des agents, l'arrêté aptitude, essayent toujours de nous faire progresser mais nous ne sommes à l'abri de rien.

Du respect, de la modestie, du recul : voila tout ce que je pourrais affirmer dans ce sujet.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Salut

en détail pour expliquer ce qui s'est passé.

donc un SAP est actionné et le train freine d'urgence. Le conducteur a du mal à réarmer le signal et conclue à un incident de frein. il décide d'isoler la voiture. Il place donc "par erreur" le robinet d'arret CG sur fermé et retourne en cabine. La fuite CG est résolue mais il ne peut repartir à cause d'un blocage, le conducteur va alors conclure "par erreur" à une anomalie de frein et purge 7 voitures sur 8 du frein. (quand j'entend par erreur, c'est sous la pression et devant des indices erronés qu'il prend de mauvaises décisions).

le train repart avec une CG isolée sur 7 des 8 voitures et on sait ce qu'il adviendra, pas assez de frein, train dirigé dans la souterraine sur voie occupée, collision, plus de 50 morts...

Les procédures depuis ont été modifiées : entre autre, si action sur plsu d'une valve de purge, obligation d'une VFF.

Un triste accident où le mystère plane toujours puisque le conducteur en dérive a communiqué avec les postes d'aiguillages ne verra jamais ses propos ré-écouté car les bandes sont inaudibles.

Yaya

Purger / isoler : ce n'est pas du tout la même chose.... Et c'est là qu'il y aura toujours un doute : qui a fermé le robinet d'isolement entre la première et la deuxième voiture de l'UM de Z5300? le conducteur pour régler ses problèmes et remettre en bonne position ou un blaireau sur le quai? Cette clé était accessible à n'importe qui. Quelqu'un a très bien pu voir agir le conducteur et "s'amuser" à manoeuvrer la clé. Après l'accident, il y a eu une OM sur les Z5300 pour enfermer la clè d'isolement dans un boitier vérouillé à la clé de Berne.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

le seul "reproche" qu'on aurait pu faire au conducteur, c'est de ne pas avoir "tâté" ses freins dès Maisons-Alfort. Il y avait une obligation de le faire quand j'étais jeune (l'essai se faisait entre M.A. et V.d.M. au départ de Paris) . Même sans obligation, c'était un geste de bon sens. Pour le reste, l'état du matériel a aussi été sérieusement mis en cause, avec la quasi-impossibilté de savoir où on en est réellement sur ces opérations de purge.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 années plus tard...
Invité technicentre

Je viens de lire des énormités dans la katabox... L’accident ferroviaire de la gare de Lyon s'est produit le 27 juin 1988 à 19 h 10 dans la gare de banlieue souterraine de Paris-Lyon. Une collision frontale entre un train SNCF en provenance de Melun via Corbeil-Essonnes, roulant à environ 70 km/h, et un train à l'arrêt en partance pour Melun via Combs-la-Ville et bondé fait 56 morts et 57 blessés. Les deux rames étaient de type Z 5300. Ce lourd bilan est la conséquence d'un concours de circonstances qui ont aggravé cet accident, le plus grave sur le réseau d'Île-de-France depuis la création de la SNCF en 1938.

Tout a été jugé et rejugé en appel. On connait à peu prêt tout de cette hécatombe et les derniers témoins sont encore là, encore en service...

Je vous demande ce qui motive qu'on ressorte ça à quelques jours de mouvements sociaux... J'attends des explications car comme par hasard, il en a été question aujourd'hui au boulot...

Entendre qu'il y a eu faute de conduite (mis à part celle d'accepter de repartir du Vert de Maison), faute de l'ACT (prise de service en retard de 4 mn), actionnement d'un signal d'alarme abusif (la cliente a payé son "erreur" et elle doit encore s'en rappeler en passant devant le monument aux morts de la V4... Pour ceux qui ne le saurait pas, ce monument aux morts n'est pas placé n'importe où... Il a été placé à hauteur de la cabine de la 5300 qui a tapé... Certe, tout a reculé d'une bonne distance, avant que le butoir de queue bloque le tout... Mais imaginez en voyant le repère de positionnement tout ce qui a été écrasé...

Si M6 a encore fait du sensationnel bien sanguinolent comme je crois l'avoir compris, en racontant des conneries plus grosses que leurs auteurs, il serait souhaitable que l'ensemble de la SNCF, l'ensemble des cheminots obtiennent un droit de réponse. Merde, que des gens qui se disent journalistes, donc propriétaires du droit divin de parole, n'enquêtent même pas suite à la mort de 56 personnes... Qu'ils viennent au dépot de Villeneuve voir ce que c'est qu'une 5300... Je proposerais même de leur faire faire une descente en gare souterraine avec seulement les motrices en FRH... (plus de danger si ce n'est se retrouver à Chatelet, maintenant que Gare de Lyon n'est plus en impasse).Qu'ils s'aperçoivent de l'énormité qu'ils ont encore balancé sans vérifier seulement les arrêtés des commissions d'enquête interne et judiciaire... Et alors qu'il y aurait faute grave de conduite, pourquoi est-ce que les 2 mécanos ont été décorés de l'ordre national de la SNCF, un à titre posthume et l'autre alors qu'il était interné? Il n'y avait même pas encore eu d'enquête...

Merde les vieux cons (dont je fais partie, j'espère, et j'en suis fier), on va pas laisser salir la mémoire de nos collègues décédés sans réagir, non???

Je précise que je suis furibard et je présenterais mes excuses au gamin qui a amené la discussion ce matin au boulot. Tout ceci s'appelle une manoeuvre de désinformation.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité technicentre

Après avoir repris les derniers messages sur la Katabox, je tiens juste à préciser que je travaille sur 5300 au dépot de Villeneuve Saint Georges... Dans un des bureaux à côté de celui de mon chef, il y a un des survivants de l'accidents... Et qu'en 88, j'avais comme collègue un des membres de la commission d'enquète interne et du CNHSCT... Faut pas me prendre pour un rigolo sur l'accident de la gare de Lyon.

Bon excusez moi, je vous quitte un moment pour me calmer...

Par contre, si quelqu'un connait un moyen de voir ce "truc merdeux" d'hier au soir, je suis preneur...

Bien sur, info communiquée dès demain matin au CHSCT de VSD... Merde alors!!!

Modifié par technicentre
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je met ici les videos trouvables sur le sujet qui etait

aussi dans la Katabox, pour savoir de quoi on parle, certains n'etaient pas nés

en 1988...

Video en Anglais partie 1

Video en Anglais partie 2

Video en Anglais partie 3

Video en Anglais partie 4

Video en Anglais partie 5

Personnellement, ces videos nous avaient ete montrées en fin de formation agent sol, non pas pour juger l'affaire, mais pour demontrer qu'une suite d'erreurs ou d'incidents pouvaient amener a un desastre, en ce sens l'exemple est efficace.

Modifié par km315
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Excusez - moi encore, je n'ai fait que dire ce qui était dit dans le reportage. Certes je n'étais pas né en 1988 mais j'ai simplement, fait que répété ce qui est dit dans le reportage. En revanche, mon avis sur l'emprisonnement etc ... n'était pas réfléchi et je m'en excuse auprès des personnes que j'ai vexé. J'ai 16 ans, je fais des erreurs je le reconnait.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Excusez - moi encore, je n'ai fait que dire ce qui était dit dans le reportage. Certes je n'étais pas né en 1988 mais j'ai simplement, fait que répété ce qui est dit dans le reportage. En revanche, mon avis sur l'emprisonnement etc ... n'était pas réfléchi et je m'en excuse auprès des personnes que j'ai vexé. J'ai 16 ans, je fais des erreurs je le reconnait.

Ok Poppy excuse-moi aussi je suis montée un peu vite dans les tours sans réaliser que tu étais aussi jeune et que tes mots dépassaient ta pensée.

Un partout, la balle au centre :blush: ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Invité technicentre

Pour moi, Assouan, j'ai envoyé un message en MP à Poopy... Je n'ai rien contre lui, bien au contraire... Mais là, j'explose... Je recherche ce truc sur M6 replay, mais je ne connais même pas le titre de l'émission...

Je me charge de faire bouger les choses pour pas laisser un telle insulte à mes collègues sans réponse... Si tu veux en faire pareil de ton côté gare de Lyon, tu es bien venue...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour info, ayant vu le reportage, celui-ci n'a pas été fait sans une certaine recherche. Différents personnages qui ont participé à l'enquête où même étaient dans le train témoignent. Ensuite l'origine de l'accident est relativement bien expliquée pour des néophytes.

D'ailleurs à ce propos, je me demande ce qu'ils ont voulu dire par "purger les freins", uniquement jouer avec la tirette ou paralyser pour tout vider?

Par contre, c'est clair que le reportage fait croire que le frein électrique aurait pu stopper le train, et là j'ai un peu de peine à comprendre comment personne ne l'a fait changer, car dans les années 60' aucun train ne pouvaient s'arrêter uniquement en frein électrique.

Notons enfin que le reportage n'est pas français,date de plusieurs années et se conclut par "la France dispose aujourd'hui d'un des réseaux les plus sûrs et les plus avancés d'Europe", il n'a pas été conçu pour casser de la SNCF.

Le reportage est passé sur Direct8 il me semble, pas sur M6, tient, voila le lien sur Dailymotion http://www.dailymotion.com/video/xc9tm2_la-minute-de-verite-la-tragedie-de_webcam?start=0#from=embed

Modifié par likorn
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Hier soir, sur Direct 8, un autre sujet sur cet accident de la gare de Lyon dans le documentaire "la minute de vérité" à 21h40. J'ai trouvé l'émission très bien faite, sans aucune polémique, avec juste les faits, ce qu'en a conclu l'enquête et les correctifs apportés par la maison après.

Bertrand

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour moi, Assouan, j'ai envoyé un message en MP à Poopy... Je n'ai rien contre lui, bien au contraire... Mais là, j'explose... Je recherche ce truc sur M6 replay, mais je ne connais même pas le titre de l'émission...

Je me charge de faire bouger les choses pour pas laisser un telle insulte à mes collègues sans réponse... Si tu veux en faire pareil de ton côté gare de Lyon, tu es bien venue...

Salut,

Juste pour dire que cela a été diffusé sur Direct8 et non sur M6.

edit: bertrand a été plus rapide!

Modifié par zobos
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...