Jump to content
Sign in to follow this  
Guest radiosoltrains

Appel à la grève

Recommended Posts

il y a 17 minutes, tresorier a dit :

, c'est bien pour les frais de déplacements (repas, hotel,...).  Les primes de nuits, D&F, heures de nuit,.... c'est autre chose

C'est bien ce que j'ai écrit.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Avis de la modération : j'ai déplacé les messages sur l'appel à la grève actuel dans le sujet spécifique :

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Depuis 1947, quelles grèves ont réussi à empêcher des réformes ?

https://www.ouest-france.fr/economie/transports/sncf/sncf-depuis-1947-quelles-greves-ont-reussi-empecher-des-reformes-5625514

Sans.thumb.png.dc69c3b79fa89e311295306e4eca6291.png

attention c'est le nombre de jours perdu  en fonction du nombre total d'agent de l'entreprise car par exemple en 1995 j'ai perdu 24 novembre au15 décembre  22 jours

 et il y a d'autres erreurs sur les résultats exemple: "Ainsi, en juin 1971, au terme d’une grève d’un mois, les cheminots reprennent le travail sans avoir obtenu de concession" c'est faux il y a :la prime de vacances , des aménagements du P4r, une augmentation du nombre de promotions etc 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tous les cheminots doivent faire comme Florence Parly, avoir une grosse paye SNCF, et une encore plus belle prime de départ pour devenir ministre de la guerre. SNCF, un lieu inoui pour faire carrière, y compris pour les femmes. Il y a eu avant Mireille Faugère, grosse paye et petits résultats, dette explosée et parts de marché en chute libre. Voir Wikipedia pour plus de détails sur les résultats des personnes citées, pas les feuilles syndicales très discrètes su ces sujets.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, zorba a dit :

Tous les cheminots doivent faire comme Florence Parly, avoir une grosse paye SNCF, et une encore plus belle prime de départ pour devenir ministre de la guerre. SNCF, un lieu inoui pour faire carrière, y compris pour les femmes. Il y a eu avant Mireille Faugère, grosse paye et petits résultats, dette explosée et parts de marché en chute libre. Voir Wikipedia pour plus de détails sur les résultats des personnes citées, pas les feuilles syndicales très discrètes su ces sujets.

Et une fois que l'on a dit cela ?

C'est quoi la suite de ton analyse ou/et de tes préconisations ? :)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je rejoins Zorba là dessus !

Mes préconisations: lâcher les spécialistes d'Anticor sur ces personnes et être impitoyables en cas de malversation ou de conflit d'intérêt, copinage, etc !

Share this post


Link to post
Share on other sites

https://www.republicain-lorrain.fr/france-monde/2018/03/18/sncf-supprimer-le-statut-de-cheminot-pourrait-couter-cher

 

Citation

SNCF : supprimer le statut de cheminot pourrait coûter cher

C'est l'analyse d'une source proche de la direction de la compagnie ferroviaire qui émet plusieurs réserves sur la suppression des cheminots

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, fabrice a dit :

https://www.capital.fr/entreprises-marches/la-suppression-du-statut-des-cheminots-pourrait-couter-plus-cher-a-la-sncf-1277703

affirmer que la suppression du statut va directement engendrer des économies pour la SNCF, rien n’est moins sûr. D’après une source, proche de la direction, travaillant au sein de la compagnie ferroviaire et souhaitant garder l’anonymat, c’est même le contraire qui pourrait se produire : faire disparaître cette particularité héritée du début du XXe siècle pourrait s'avérer très coûteux.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, jackv a dit :

https://www.capital.fr/entreprises-marches/la-suppression-du-statut-des-cheminots-pourrait-couter-plus-cher-a-la-sncf-1277703

affirmer que la suppression du statut va directement engendrer des économies pour la SNCF, rien n’est moins sûr. D’après une source, proche de la direction, travaillant au sein de la compagnie ferroviaire et souhaitant garder l’anonymat, c’est même le contraire qui pourrait se produire : faire disparaître cette particularité héritée du début du XXe siècle pourrait s'avérer très coûteux.

Ôte moi un doute, Capital c’est le genre de média qui nous aime bien, non ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les exemples de corruption dans les cadres SNCF de haut niveau (ou prétendus tels) ne manquent pas. SNCF est une bonne vache à traire où nombre de hauts fonctionnaires ont touché des rentes ruineuses par les décisions prises et par les salaires et autres avantages prélevés. Ce ne sont pas les salaires des employés SNCF ni les avantages conquis au prix de luttes longues et répétées qui causent le déficit de SNCF, ce sont les magouilles des dirigeants avec les entreprises de BTP qui surfacturent les travaux et les réalisent sans respecter les cahiers des charges (voir par exemple la LGV Nord, le PPP Tours Bordeaux sans écrans anti-bruit, etc) et les innombrables sous-traitants en tous genres qui se gavent sur les budgets SNCF, sans oublier les achats de matériels auprès d'entreprises dirigées par d'anciens ou futurs cadres dirigeants de SNCF (Locomotives BB2700, TGV 2N2 etc), matériels inutiles et facturés au prix fort après de longues études et moult voyages au frais de SNCF, probablement à l'étranger et en First Class Air France pour clore la liste.

SNCF est une vache à lait où les "Zélites se gavent sans honte et sans aucune discrétion, les exemples cités F. Parly et M. Faugères ne sont que des exemples récents d'une histoire qui dure depuis des lustres. Participant de temps en temps au buffet, les dirigeants des syndicats compréhensifs sont également responsables des déficits et leur complaisance aide largement des hauts dirigeants dans leur politique de casse du service public et la désorganisation de l'entreprise. Les dirigeants des syndicats combatifs sont aussi discrets sur les manoeuvres et mènent souvent ceux d'en bas dans le mur ce qui renforce les positions des dirigeants et des politiques, quelque soit les politiques et les décisions prises. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 25 minutes, zorba a dit :

Les exemples de corruption dans les cadres SNCF de haut niveau (ou prétendus tels) ne manquent pas. SNCF est une bonne vache à traire où nombre de hauts fonctionnaires ont touché des rentes ruineuses par les décisions prises et par les salaires et autres avantages prélevés. Ce ne sont pas les salaires des employés SNCF ni les avantages conquis au prix de luttes longues et répétées qui causent le déficit de SNCF, ce sont les magouilles des dirigeants avec les entreprises de BTP qui surfacturent les travaux et les réalisent sans respecter les cahiers des charges (voir par exemple la LGV Nord, le PPP Tours Bordeaux sans écrans anti-bruit, etc) et les innombrables sous-traitants en tous genres qui se gavent sur les budgets SNCF, sans oublier les achats de matériels auprès d'entreprises dirigées par d'anciens ou futurs cadres dirigeants de SNCF (Locomotives BB2700, TGV 2N2 etc), matériels inutiles et facturés au prix fort après de longues études et moult voyages au frais de SNCF, probablement à l'étranger et en First Class Air France pour clore la liste.

SNCF est une vache à lait où les "Zélites se gavent sans honte et sans aucune discrétion, les exemples cités F. Parly et M. Faugères ne sont que des exemples récents d'une histoire qui dure depuis des lustres. Participant de temps en temps au buffet, les dirigeants des syndicats compréhensifs sont également responsables des déficits et leur complaisance aide largement des hauts dirigeants dans leur politique de casse du service public et la désorganisation de l'entreprise. Les dirigeants des syndicats combatifs sont aussi discrets sur les manoeuvres et mènent souvent ceux d'en bas dans le mur ce qui renforce les positions des dirigeants et des politiques, quelque soit les politiques et les décisions prises. 

que du grand n'importe quoi habituel qui ressemble parfois  à la diffamation lorsque tu emploies le mot "corruption" ou tout au moins le colportage de fausses nouvelles voir un genre de calomnie ....pour tout ce qui est travaux c'est avec des appels d'offre cela depuis pas mal de temps ce qui limite pas mal les copinages..tu généralises comme d'habitudes avec des cas particuliers qui ont d'ailleurs étaient évoqués dans la presse

Edited by jackv

Share this post


Link to post
Share on other sites

SNCF : ces trois grandes grèves(3 c'est un peu schématique) qui ont permis aux cheminots d'obtenir gain de cause

https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/sncf/sncf-ces-trois-grandes-greves-qui-ont-permis-aux-cheminots-d-obtenir-gain-de-cause_2661570.html

1953 : le gouvernement Laniel laisse tomber sa réforme des retraites

Hiver 1986-1987 : la direction de la SNCF doit retirer sa grille salariale "au mérite"

1995 : Alain Juppé recule sur les régimes spéciaux des cheminots

 il y en a eu d'autres qui ont apportaient des ameliorations surtout de condition de travail , de salaire, la prime de vacances , des embauches, des promotions en nombre.. et.. sans oublier 68..leur bilan est très réducteur

Edited by jackv

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 18/03/2018 à 11:18, jackv a dit :

https://www.capital.fr/entreprises-marches/la-suppression-du-statut-des-cheminots-pourrait-couter-plus-cher-a-la-sncf-1277703

affirmer que la suppression du statut va directement engendrer des économies pour la SNCF, rien n’est moins sûr. D’après une source, proche de la direction, travaillant au sein de la compagnie ferroviaire et souhaitant garder l’anonymat, c’est même le contraire qui pourrait se produire : faire disparaître cette particularité héritée du début du XXe siècle pourrait s'avérer très coûteux.

Eh oui, faire travailler des gens avec une qualification très spécifique, qui ont été formés ad-hoc, et ont des contraintes de vie significatives (temps de travail, nuits, we, déplacements, pas d'alcool/drogues), ça coûte plus cher quand on les paye au vrai prix tout de suite que quand on nivèle le niveau de rémunération par des "avantages" distants comme la sécurité de l'emploi, un régime de retraite plus souple ou qui ne coûtent pas chers (places dans des trains (qui de toute façon occasionnent rarement une perte de vente); centres de santé (vu qu'il faut assurer la sécurité des trains en contrôlant les personnels et qu'il faut bien prendre en charge les pathologies spécifiques...)) ! Ce n'est pas un hasard si beaucoup des "privilèges" cheminots datent d'avant la SNCF !

Pour le coup, ceux qui tapent aveuglément (ou promeuvent tout aussi aveuglément !) sur le modèle Anglais feraient bien de regarder le niveau de rémunération d'un conducteur britannique ou d'un cadre d'opérateur histoire de comparer... 

 

Plus sérieusement, la fin du statut devrait mécaniquement se traduire par des rémunérations plus attractives pour les personnels avec des qualifications spécifiques et not. de sécurité (histoire d'avoir des candidats sur les postes ouverts...) et leur encadrement, mais également par une rémunération plus basse pour les personnels aux qualifications moins directement liées aux circulations et à la sécurité (même si à mon avis, cela ne se fera pas par la paye, mais par les cotisations/primes et plus de polyvalence). De plus, la diminution des avantages non pécuniers devrait faire pression à la hausse sur les salaires de l'encadrement (compensation en numéraire). 

Or comme il y a dans la pyramide de l'entreprise plus de personnels qualifiés s'occupant des circulations et d'encadrement que de personnel moins qualifié non encadrant, mécaniquement, les dépenses salariales devraient augmenter. D'autant, que :

1- le coût de structure des "avantages" du statut sera toujours là jusqu'au dernier partant

2 - bcp de ces avantages ne coûtent pas à la sncf ce que l'entreprise devra compenser à ses salariés (compte tenu des économies d'échelles induites par une prestation "en nature", sans parler de ceux offerts au coût marginal qui seront compensés au coût complet...)

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 16 minutes, PAZtoNPM a dit :

centres de santé (vu qu'il faut assurer la sécurité des trains en contrôlant les personnels et qu'il faut bien prendre en charge les pathologies spécifiques...))

La SNCF n'a aucune obligation de prendre en charge les pathologies spécifiques comme tu dis, les agents ont le libre choix des médecins et ne sont aucunement obligés de se faire suivre par les médecins des cabinets médicaux SNCF, ce que j'ai fais pendant ma carrière, Les seuls toubibs SNCF que j'ai consulté ce sont les médecins du travail et d'aptitude sécurité, pour le reste, je consulte les médecins que je veux.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 18/03/2018 à 11:37, zorba a dit :

Les exemples de corruption dans les cadres SNCF de haut niveau (ou prétendus tels) ne manquent pas. SNCF est une bonne vache à traire où nombre de hauts fonctionnaires ont touché des rentes ruineuses par les décisions prises et par les salaires et autres avantages prélevés. Ce ne sont pas les salaires des employés SNCF ni les avantages conquis au prix de luttes longues et répétées qui causent le déficit de SNCF, ce sont les magouilles des dirigeants avec les entreprises de BTP qui surfacturent les travaux et les réalisent sans respecter les cahiers des charges (voir par exemple la LGV Nord, le PPP Tours Bordeaux sans écrans anti-bruit, etc) et les innombrables sous-traitants en tous genres qui se gavent sur les budgets SNCF, sans oublier les achats de matériels auprès d'entreprises dirigées par d'anciens ou futurs cadres dirigeants de SNCF (Locomotives BB2700, TGV 2N2 etc), matériels inutiles et facturés au prix fort après de longues études et moult voyages au frais de SNCF, probablement à l'étranger et en First Class Air France pour clore la liste.

SNCF est une vache à lait où les "Zélites se gavent sans honte et sans aucune discrétion, les exemples cités F. Parly et M. Faugères ne sont que des exemples récents d'une histoire qui dure depuis des lustres. Participant de temps en temps au buffet, les dirigeants des syndicats compréhensifs sont également responsables des déficits et leur complaisance aide largement des hauts dirigeants dans leur politique de casse du service public et la désorganisation de l'entreprise. Les dirigeants des syndicats combatifs sont aussi discrets sur les manoeuvres et mènent souvent ceux d'en bas dans le mur ce qui renforce les positions des dirigeants et des politiques, quelque soit les politiques et les décisions prises. 

Que des hauts fonctionnaires ou des politiques  n'ayant aucune compétence dans le ferroviaire soient installés dans un placard doré à la SNCF avec souvent une rémunération très conséquente, ce n'est pas nouveau, les cas Parly ou Faugère ne sont pas isolés, et ce fut  pareil dans d'autres entreprises publiques comme EDF.

Et que dire de Duport ou Boyon, des préfets installés à la tête de RFF, mis à part Martinand et HdM  avec un parcours plus classique X-Ponts ils étaient là pour attendre la retraite (ou un autre fromage) et ne connaissaient absolument rien au ferroviaire.

Que nos 3 magnats français du BTP se soient gavés lors de la construction des LGV, depuis la LGV Nord, ce n'est pas un scoop non plus, et une constante de tous les gros chantiers ferroviaires ou autoroutiers depuis 30 ans, les surfacturations ayant financé tous les partis politiques, de droite comme de gauche...

Et ça recommence avec le Grand Paris, nos chers amis de Bouygues, Vinci, Eiffage, ayant vite compris que la SGP c'est le distributeur de (gros) billets !

 

Edited by NEMO94

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le gouvernement étant une ruche de hauts fonctionnaires très au point pour s'attribuer des postes bien payés entre amis et copains de promotion, il n'y a pas de risque de voir venir une reforme qui s'attaquera à ses abus de positions protégées, aussi bien dans l'administration publique que dans les sociétés publiques ou contrôlées par les Zélites.

Tant que ceux d'en bas supportent ce que leur imposent ceux d'en haut, la situation ne risque pas de changer.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, NEMO94 a dit :

Que des hauts fonctionnaires ou des politiques  n'ayant aucune compétence dans le ferroviaire soient installés dans un placard doré à la SNCF avec souvent une rémunération très conséquente, ce n'est pas nouveau, les cas Parly ou Faugère ne sont pas isolés, et ce fut  pareil dans d'autres entreprises publiques comme EDF.

Que nos 3 magnats français du BTP se soient gavés lors de la construction des LGV, depuis la LGV Nord, ce n'est pas un scoop non plus, et une constante de tous les gros chantiers ferroviaires ou autoroutiers depuis 30 ans, les surfacturations ayant financé tous les partis politiques, de droite comme de gauche...

Et ça recommence avec le Grand Paris, nos chers amis de Bouygues, Vinci, Eiffage, ayant vite compris que la SGP c'est le distributeur de (gros) billets !

 

que Parly et Faugére  n'aient aucune competence en ferroviaire sûrement elle n'en n'ont pas  pour atteler des wagons d'accord , mais ce n'est pas leur boulot ,mais pour le reste tu es complétement a coté de la plaque elles ont fait le boulot pour lequel elles étaient mises en place .. je pense meme que tu n'as aucune compétence pour les évaluer,meme si l'on peut penser que ce qui leurs était commandé est une connerie..

 qu'il y a eu des magouille sur la LGV nord donc avant 1993 c'est certain il y a eu jugement et c'est pour cela qu'il y a maintenant de vrais appels d'offre..après pour de tels travaux c'est forcement des grosses boîtes du BTP qui peuvent y répondre , pas l'artisan du coin qui travaille tout seul.

Edited by jackv

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 20 minutes, ADC01 a dit :

La SNCF n'a aucune obligation de prendre en charge les pathologies spécifiques comme tu dis, les agents ont le libre choix des médecins et ne sont aucunement obligés de se faire suivre par les médecins des cabinets médicaux SNCF, ce que j'ai fais pendant ma carrière, Les seuls toubibs SNCF que j'ai consulté ce sont les médecins du travail et d'aptitude sécurité, pour le reste, je consulte les médecins que je veux.

Euh, comme tout employeur la SNCF a la responsabilité de ses salariés en matière de suivi et de non exposition à un risque de santé sans protection appropriée.

S'agissant des spécificités du ferroviaire, tant en pathologie possible qu'en horaires/lieux de travail (pour le suivi et les soins), le risque légal ne serait pas inexistant sans ces centres à mon avis (avec les conséquences financières afférentes). (Là était surtout mon propos)

Si certains s'y font soigner (et que ça coûte moins cher), c'est du bonus !

Merci pour le complément ;)

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 57 minutes, ADC01 a dit :

La SNCF n'a aucune obligation de prendre en charge les pathologies spécifiques comme tu dis, les agents ont le libre choix des médecins et ne sont aucunement obligés de se faire suivre par les médecins des cabinets médicaux SNCF, ce que j'ai fais pendant ma carrière, Les seuls toubibs SNCF que j'ai consulté ce sont les médecins du travail et d'aptitude sécurité, pour le reste, je consulte les médecins que je veux.

Idem, sauf que j'ai du consulté l'ophtalmo au centre médical pour les lunettes de secours ( et oui, j'en suis là)

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 50 minutes, PAZtoNPM a dit :

Si certains s'y font soigner (et que ça coûte moins cher), c'est du bonus !

Même pas, les consultations de soins en cabinet médical sont soumises à franchise comme chez ton docteur de ville, le seul avantage est que tu n'avances pas les frais, autrement cela te revient exactement au même prix qu'en secteur 1.

 

il y a 52 minutes, PAZtoNPM a dit :

tant en pathologie possible qu'en horaires/lieux de travail (pour le suivi et les soins), le risque légal ne serait pas inexistant sans ces centres à mon avis

Tu sais comment cela se passe ? Non, apparemment, voila, à la médecine d'aptitude ou de soins, le docteur te trouve quelque chose, il demande alors des examens complémentaires que tu fais faire où tu veux, tu leur rapportes les résultats, si jamais ils te le demandent ou tu leur envoies et tu te fais soigner où tu veux.

 

il y a 56 minutes, PAZtoNPM a dit :

, tant en pathologie possible qu'en horaires/lieux de travail (pour le suivi et les soins

Expliques comment tu fais quand tu es roulant pour les horaires quand le spécialiste ne vient qu'une ou 2 demi journée par semaine ? 

 

 Je ne parle pas des délais pour avoir un RDV, plusieurs semaines ou mois pour certaines spécialités, je ne te parle non plus du tyrajet à faire de son domicile au cabinet médical sur son temps personnel car contrairement à la rumeur, la médecine de soins, c'est sur son temps personnel et non sur son temps de travail même si certains en abusent.

il y a 53 minutes, fabrice a dit :

Idem, sauf que j'ai du consulté l'ophtalmo au centre médical pour les lunettes de secours ( et oui, j'en suis là)

Oui dans ce cas, c'est le plus simple sinon c'est un peu le parcours du combattant pour la seconde paire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, ADC01 a dit :

Même pas, les consultations de soins en cabinet médical sont soumises à franchise comme chez ton docteur de ville, le seul avantage est que tu n'avances pas les frais, autrement cela te revient exactement au même prix qu'en secteur 1.

Ce n'est pas parce qu'en tant que patient ça te coûte le même prix que ça ne revient pas moins à l'entreprise ;)

Il y a 3 heures, ADC01 a dit :

Expliques comment tu fais quand tu es roulant pour les horaires quand le spécialiste ne vient qu'une ou 2 demi journée par semaine ? 

Sauf que la boîte est couverte parce que justement il vient et que normalement ce centre t'es accessible. Là où pour des spécialités rares et pour les sédentaires c'est pas forcément évident de trouver dans un rayon décent.

(Je parle bien de disponibilité suffisante pour se couvrir au au niveau de la boîte)

Il y a 3 heures, ADC01 a dit :

Tu sais comment cela se passe ? Non, apparemment, voila, à la médecine d'aptitude ou de soins, le docteur te trouve quelque chose, il demande alors des examens complémentaires que tu fais faire où tu veux, tu leur rapportes les résultats, si jamais ils te le demandent ou tu leur envoies et tu te fais soigner où tu veux.

 Je ne parle pas des délais pour avoir un RDV, plusieurs semaines ou mois pour certaines spécialités, je ne te parle non plus du tyrajet à faire de son domicile au cabinet médical sur son temps personnel car contrairement à la rumeur, la médecine de soins, c'est sur son temps personnel et non sur son temps de travail même si certains en abusent.

Sauf que du coup, tu peux pas trainer la boîte en justice en disant que tu n'étais pas en mesure de te soigner, puisque le spécialiste qui va bien était dans un centre normalement accessible pour toi.

Juste de la médecine du travail, dans un environnement industriel très complexe comme le ferroviaire, ça prêterait le flanc aux procédures, je pense.

Quand je parlais coûts/gains, je parlais pour la SNCF, par pour les salariés, d'où manifestement notre incompréhension..

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, PAZtoNPM a dit :

Ce n'est pas parce qu'en tant que patient ça te coûte le même prix que ça ne revient pas moins à l'entreprise ;)

Mais la médecine de soins n'a rien a voir avec la trésorerie de l'entreprise quand tu te fais soigner en ville, c'est la CPR qui rembourse de m^me que dans les cabinets médicaux SNCF.

 

Il y a 6 heures, PAZtoNPM a dit :

Sauf que la boîte est couverte

Couverte de quoi ?

 

Il y a 6 heures, PAZtoNPM a dit :

Sauf que du coup, tu peux pas trainer la boîte en justice en disant que tu n'étais pas en mesure de te soigner, puisque le spécialiste qui va bien était dans un centre normalement accessible pour toi.

Pourquoi est ce que tu parle de traîner la boite en justice ? 

Edited by ADC01

Share this post


Link to post
Share on other sites

Du public au privé, les foyers de contestation sociale se multiplient

SNCF, Air France, Carrefour, Pimkie... Les salariés font entendre leurs voix, avec en point d’orgue l’appel à une journée de mobilisation jeudi.

22  mars

Les syndicats appellent à une journée de mobilisation générale dans la fonction publique, à la SNCF, la RATP, chez les retraités, les contrôleurs aériens, Pimkie…

23  mars

L'intersyndicale d'Air France appelle à la grève les personnels, navigants et au sol, pour obtenir une hausse des salaires de 6  %

31  mars

FO et la CGT appellent les salariés de Carrefour à se mobiliser après l'annonce par le PDG, Alexandre Bompard, d'un plan d'économies. Nouvelle journée de grève prévue aussi chez Air France


http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/03/19/du-public-au-prive-la-contestation-sociale-s-etend_5273057_3234.html#C7dQX5HjpfYVQ84k.99

re.thumb.png.d07379e998f175861552914e802be5aa.png

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, jackv a dit :

Du public au privé, les foyers de contestation sociale se multiplient

SNCF, Air France, Carrefour, Pimkie... Les salariés font entendre leurs voix, avec en point d’orgue l’appel à une journée de mobilisation jeudi.

22  mars

Les syndicats appellent à une journée de mobilisation générale dans la fonction publique, à la SNCF, la RATP, chez les retraités, les contrôleurs aériens, Pimkie…

23  mars

L'intersyndicale d'Air France appelle à la grève les personnels, navigants et au sol, pour obtenir une hausse des salaires de 6  %

31  mars

FO et la CGT appellent les salariés de Carrefour à se mobiliser après l'annonce par le PDG, Alexandre Bompard, d'un plan d'économies. Nouvelle journée de grève prévue aussi chez Air France


http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/03/19/du-public-au-prive-la-contestation-sociale-s-etend_5273057_3234.html#C7dQX5HjpfYVQ84k.99

re.thumb.png.d07379e998f175861552914e802be5aa.png

 

 

... et puis, on peut toujours rêver ! ...

Mai 1968 : tout commence le 22 mars 1968 à Nanterre (source La Nouvelle République - 20/03/2018)

Citation

Emportée par une révolte étudiante, la France a connu en mai 1968, il y a 50 ans, la grève générale la plus massive de son histoire, marquée par la jonction de mécontentements de fond et d'aspirations au changement ...

Les trois coups sont frappés à la "fac" de Nanterre, à l'ouest de Paris. Le 22 mars 1968, Daniel Cohn-Bendit, étudiant allemand en sociologie, et une centaine de ses camarades occupent une tour pour protester contre l'arrestation de camarades des "Comités Vietnam" ...

https://www.lanouvellerepublique.fr/france-monde/mai-1968-quand-la-france-s-embrase

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 6 minutes, Pascal 45 a dit :

 

 

... et puis, on peut toujours rêver ! ...

Mai 1968 : tout commence le 22 mars 1968 à Nanterre (source La Nouvelle République - 20/03/2018)

https://www.lanouvellerepublique.fr/france-monde/mai-1968-quand-la-france-s-embrase

oui je l'avais lu aussi et j'en avais fait mention qq par. Outre le fait que cela réactive la nostalgie ,pour le reste c'est a dire une grève générale et payée, je n'y crois pas beaucoup du tout..par contre s'il pouvait faire aussi beau que cette année là je suis preneur..(le nuit de piquet étaient agréables)

Edited by jackv

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...