Aller au contenu
Pascal 45

Accident de PN de Millas (66) le 14/12/2017

Recommended Posts

à l’instant, ADC01 a dit :

Tu as l'art de vouloir réinventer l'eau chaude, si le gus est près à franchir le PN fermé, il grillera ton feu tricolore.

En grillant le feu tricolore, il a encore 100 mètres  à parcourir avant d'arriver au PN, 100 mètres durant lesquels il est filmé et où des petits panneaux clignotent pour l'avertir qu'il peut dire au revoir à son permis !

En gros, il se trouve dans la même situation que le gars qui a ouvert une issue de secours sous alarme, qui a déclenché une super sirène :"on est mal chef !"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonne année à tous, et espérons un rétablissement du trafic ferroviaire sur cette ligne.

 

Transformer la ligne en voie verte, c' est jeter l' argent du contribuable par les fenêtres.

Malgré que j' aime bien faire du vélo, je veux conserver le TER électrique.

Modifié par BAISIN

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 50 minutes, Mak a dit :

Pourquoi ne pas installer là où c'est possible un feu tricolore à100 mètres du PN ?

A l'approche du train cette zone de 100 mètres devient "interdite" aux voitures.

Si une voiture est détectée dans la zone interdite, il y a allumage d'une torche pour le train et évidemment une sanction très lourde pour la voiture qui a grillé le feu tricolore...

+1

il y a 22 minutes, ADC01 a dit :

Tu as l'art de vouloir réinventer l'eau chaude, si le gus est près à franchir le PN fermé, il grillera ton feu tricolore. <-- la cible n'est pas le chauffard qui joue à le roueltte russe sachant que sa famille réclamera des €€€€€ à SNCF car "le PN" ne fonctionnait pas, mais  95% des automobilistes qui ne s'occupent que de la posiiton des barrières.

au point où l'on en est, c'est la meilleur idée la plus rapide, pragmatique et économique.

Le constat est simple: "personne ne regarde les feux clignoter, tout le monde est rivé sur les barrières".

Sauf à équiper les barrières de guirlandes de Noël qui clignoteront en même temps que les feux, je ne vois plus comment faire pour tuer les mauvaises habitudes. En cas d'accident de franchissement de PN, il y aura 2 fautes: griller un feu + le PN et, la justice pourra facilement inculper le chauffard pour la 1ère infraction, la SNCF  ouvrir le parapluie juridique et accuser le fou au volant.

Alors un classique tricolore à 100m du PN, pourquoi pas (associé à un radar !)

 

Modifié par ZorbecLeGras

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 34 minutes, Mak a dit :

En grillant le feu tricolore, il a encore 100 mètres  à parcourir avant d'arriver au PN, 100 mètres durant lesquels il est filmé et où des petits panneaux clignotent pour l'avertir qu'il peut dire au revoir à son permis !

En gros, il se trouve dans la même situation que le gars qui a ouvert une issue de secours sous alarme, qui a déclenché une super sirène :"on est mal chef !"

 

il y a 17 minutes, ZorbecLeGras a dit :

Alors un classique tricolore à 100m du PN, pourquoi pas (associé à un radar !)

Autant ne mettre que le radar de franchissement de PN fermé, c'est beau coup simple que d'installer des feux tricolores qui je le rappelle sont une signalisation purement routière contrairement à ce qui se fait pour les PN

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 15 minutes, ADC01 a dit :

 

Autant ne mettre que le radar de franchissement de PN fermé, c'est beau coup simple que d'installer des feux tricolores qui je le rappelle sont une signalisation purement routière contrairement à ce qui se fait pour les PN

Tu as les deux, un feu tricolore à 100m, plus l'installation classique (rouge clis + barrières) sur place, il faut donc griller 2 signaux d'arrêt pour percuter le train...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, tresorier a dit :

Les détecteurs d'obstacle de dernière génération, on les teste depuis 5-6 ans, mais ce n'est pas la technique qui gène pour les mettre en place. Ce serait plutot "à quel moment l'obstacle détecté va agir sur les trains ?". Si c'est pendant l'annonce, c'est trop tard. Si c'est avant, comment définir qu'une voiture qui s'arrête sur le PN (sans train) et repart ensuite, est un obstacle ? On arrêterait les trains pour rien. La difficulté est dans la réglementation (routière et ferroviaire) et pas vraiment du ressort de la recherche.

Il faut agir directement sur l'usager qui serait sourd et/ou aveugle à l'arrivée du train !

vous avez mis beaucoup de temps pour cerner le problème du choc fatal inévitable (en 2014, déjà...mais aussi sur les véicules autonomes donnant leur position par rapport aux véhicules du secteur...)

Je propose de poursuivre cette conversion interessante quand la communication sera faite début 2019 sur le sujet 

 

afin de pas polluer inutilement Millas 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et si la barrière devant le car était levé

Et la barrière devant le conducteur de l autombile en face baissé

un problème de simultanéité dans l abaissement des barrières ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, paulolau a dit :

Et si la barrière devant le car était levé

Et la barrière devant le conducteur de l autombile en face baissé

un problème de simultanéité dans l abaissement des barrières ?

Et le feux clignotant ? Même barrières ouverte et feux clignotant en fonction, on ne doit pas franchir un PN, combien de fois faudra t'il le dire ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, paulolau a dit :

Et si la barrière devant le car était levé

Et la barrière devant le conducteur de l autombile en face baissé

un problème de simultanéité dans l abaissement des barrières ?

Au niveau du code de la route, seuls font foi les feux rouges clignotants et non les barrières.

Les barrières sont des "gadgets" rajoutées pour l'attention de l'automobiliste.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
Il y a 5 heures, paulolau a dit :

Et si la barrière devant le car était levé

Et la barrière devant le conducteur de l autombile en face baissé

un problème de simultanéité dans l abaissement des barrières ?

Citation

Veuillez vous connecter ou vous inscrire afin de voir le contenu masqué.

Tout conducteur doit marquer l’arrêt absolu devant un feu de signalisation rouge, fixe ou clignotant.

L’arrêt se fait en respectant la limite d’une ligne perpendiculaire à l’axe de la voie de circulation.

  • Lorsque cette ligne d’arrêt n’est pas matérialisée sur la chaussée, elle se situe à l’aplomb du feu de signalisation ou avant le passage piéton lorsqu’il en existe un.
  • Lorsqu’une piste cyclable traversant la chaussée est parallèle et contiguë à un passage réservé aux piétons dont le franchissement est réglé par des feux de signalisation lumineux, tout conducteur empruntant cette piste est tenu, à défaut de signalisation spécifique, de respecter les feux de signalisation réglant la traversée de la chaussée par les piétons.

Le fait, pour tout conducteur, de contrevenir aux dispositions du présent article est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe.

Toute personne coupable de cette infraction encourt également la peine complémentaire de suspension, pour une durée de trois ans au plus, du permis de conduire, cette suspension pouvant être limitée à la conduite en dehors de l’activité professionnelle.

Cette contravention donne lieu de plein droit à la réduction de quatre points du permis de conduire

 

Modifié par fabrice

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
Il y a 2 heures, Pascal 45 a dit :

Au niveau du code de la route, seuls font foi les feux rouges clignotants et non les barrières.

Les barrières sont des "gadgets" rajoutées pour l'attention de l'automobiliste.

 

Pas tout à fait quand même !

Art 422-3

II. - Aucun conducteur ne doit s'engager sur un passage à niveau si son véhicule risque, du fait de ses caractéristiques techniques ou des conditions de circulation, d'y être immobilisé. Lorsqu'un passage à niveau est muni de barrières ou de demi-barrières, aucun usager de la route ne doit s'y engager lorsque ces barrières sont soit fermées, soit en cours de fermeture ou d'ouverture.

Même dans l'hypothèse de feux cli en dérangement ou masqués ( par des branchages, etc..) l'automobiliste qui s'engage alors que les barrières

"sont soit fermées, soit en cours de fermeture ou d'ouverture. " risque quand même les sanctions rappelées plus haut par l'ami Fabrice !

(On peut comparer les barrières à un dispositif physique axial de séparation des voies, comme une bordure en granit, du point de vue du code de la route, ce dispositif équivaut à une bande blanche continue, même s'il a été laissé brut de coffrage ! )

Modifié par Mak

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, fabrice a dit :

Veuillez vous connecter ou vous inscrire afin de voir le contenu masqué.

Article datant d'un an.

Je me demande qui, de l'ambulancier ou de celle qui a écrit le torchon, est le plus c*n...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 10 minutes, TER200 a dit :

Article datant d'un an.

Je me demande qui, de l'ambulancier ou de celle qui a écrit le torchon, est le plus c*n...

Les 2 mon capitaine !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 32 minutes, TER200 a dit :

Article datant d'un an.

Je me demande qui, de l'ambulancier ou de celle qui a écrit le torchon, est le plus c*n...

il m'est impossible de le determiner et ce n'est pas le but, mais la video en elle meme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je rappelle qu’une ambulance hors SAMU n’est pas un véhicule prioritaire en France.

Ne grillez donc pas des feux ou des stops même pour laisser passer une ambulance avec sirène et/ou gyrophare en service, ça pourrait côuter cher en cas d’accident.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Posté(e) (modifié)
Il y a 4 heures, fabrice a dit :

Veuillez vous connecter ou vous inscrire afin de voir le contenu masqué.

ce n'est pas vraiment un médiat d'info mais un médiat qui veux faire du buz

 

il y a 15 minutes, aldo500 a dit :

Je rappelle qu’une ambulance hors SAMU n’est pas un véhicule prioritaire en France.

Ne grillez donc pas des feux ou des stops même pour laisser passer une ambulance avec sirène et/ou gyrophare en service, ça pourrait côuter cher en cas d’accident.

En toute circonstance, chaque conducteur est tenu de laisser passer les véhicules d’intérêt général prioritaires lors de leurs interventions (article

En toute circonstance, chaque conducteur est tenu de laisser passer les véhicules d’intérêt général prioritaires lors de leurs interventions (article R415-12 du Code de la route). Un coup d’œil suffit pour les reconnaître : leurs feux clignotants sont activés, tout comme leur sirène à deux tons. On retrouve dans cette catégorie :

Les services de police ;

La gendarmerie ;

Les douanes ;

Les pompiers ;

Les ambulances privées, à la demande du service d’aide médicale urgente (SAMU) ;

Les véhicules d’intervention des unités mobiles hospitalières (SAMU et SMUR) ;

Les véhicules affectés au transport de détenus ;

Les véhicules escortés par la police ou la gendarmerie.

Seules ces catégories de véhicules ont le droit d’enfreindre le Code de la route lorsque l’urgence de leur mission le justifie et sous réserve de ne pas mettre en danger la sécurité des autres conducteurs. Il est également bon de préciser que les voitures ministérielles, diplomatiques ou présidentielles ne sont jamais prioritaires, sauf dans le cas d’une escorte.

 

Veuillez vous connecter ou vous inscrire afin de voir le contenu masqué.

Décret n° 2007-786 du 10 mai 2007 relatif aux véhicules d'intérêt général et modifiant le code de la route
 

L'article R. 311-1 du code de la route est modifié comme suit :
I. - Après les mots : « véhicule d'intérêt général prioritaire : véhicule des services de police, de gendarmerie, des douanes, de lutte contre l'incendie, d'intervention des unités mobiles hospitalières », sont insérés les mots : « ou, à la demande du service d'aide médicale urgente, affecté exclusivement à l'intervention de ces unités » et, après les mots : « et du ministère de la justice affecté au transport des détenus », sont ajoutés les mots : « ou au rétablissement de l'ordre dans les établissements pénitentiaires ».
II. - Après les mots : « véhicule d'intérêt général bénéficiant de facilités de passage : ambulance de transport sanitaire, véhicule d'intervention d'Electricité de France et de Gaz de France, du service de la surveillance de la Société nationale des chemins de fer français, de transports de fonds de la Banque de France, des associations médicales concourant à la permanence des soins, des médecins lorsqu'ils participent à la garde départementale, », sont insérés les mots : « de transports de produits sanguins et d'organes humains, ».

 

Veuillez vous connecter ou vous inscrire afin de voir le contenu masqué.

Il est fait obligation au conducteur de tout véhicule d'intérêt général, quelle que soit sa catégorie, de ne pas mettre en danger les autres usagers de la route dans la conduite de son véhicule.

aux motifs propres qu'aux termes de l'article R. 311-1 du code de la route, une ambulance de transport sanitaire ne fait pas partie des véhicules prioritaires, auxquels s'applique l'article R. 432-1 du même code ; qu'il s'agit en fait d'un « véhicule d'intérêt général bénéficiant des facilités de passage », justiciable de l'article R. 432-2 du code de la route et ceci, quand bien même le transport serait effectué sur une prescription médicale émanant d'un médecin du Samu comme c'était le cas en l'espèce ; quoi qu'il en soit, aussi bien l'article R. 432-1 que l'article R. 432-2 du code de la route comportent des restrictions aux facultés accordées aux conducteurs de ces véhicules, et prévoient tous deux que leur exercice ne doit pas « mettre en danger les autres usagers »

Modifié par jackv

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 6 minutes, aldo500 a dit :

Je rappelle qu’une ambulance hors SAMU n’est pas un véhicule prioritaire en France.

Ne grillez donc pas des feux ou des stops même pour laisser passer une ambulance avec sirène et/ou gyrophare en service, ça pourrait côuter cher en cas d’accident.

Visiblement, il faut surtout rappeler que malgré tous les gyrophares du monde, le feu rouge clignotant impose l'arrêt à tout le monde. Même si on conduit l'abulance qui transporte le président.

Rouge clignotant = impossibilité physique de passer, pour cause d'obstacle plus gros que toi (train, avion) ou canal. :Smiley_63:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 10 heures, paulolau a dit :

Et si la barrière devant le car était levé

Et la barrière devant le conducteur de l autombile en face baissé

un problème de simultanéité dans l abaissement des barrières ?

Dysfonctionnement assymétrique du PN ?

N'oublions pas que ce PN est équipé de 6 feux rouges : 4 groupés sur 2 mats, et 2 séparés.

D'un côté tout fonctionne SAUF le feu rouge dirigé pour le sens inverse de circulation.

De l'autre côté on devrait avoir une barriére levée, au moins 2 feux rouges éteints, et la cloche éteinte.

On doit ajouter aussi que le témoignage visuel direct de deux personnes serait erroné.

On doit négliger aussi la barriére cassée et le bloc moteur verrouillé fermé.

Les probabilités de réunir l'ensemble de ces conditions sont tout de mėme extrêmement faibles.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La sonnerie ne retentit que quelques secondes avant et pendant la fermeture des barrières, ensuite les barrières sont fermées et les feux clignotent, mais il n'y a plus de sonnerie...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 43 minutes, Mak a dit :

La sonnerie ne retentit que quelques secondes avant et pendant la fermeture des barrières, ensuite les barrières sont fermées et les feux clignotent, mais il n'y a plus de sonnerie...

Si je me souviens bien, la séquence de fermeture du PN commence par la sonnerie et le fonctionnement des feux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 2 minutes, ADC01 a dit :

Si je me souviens bien, la séquence de fermeture du PN commence par la sonnerie et le fonctionnement des feux.

Tout à fait la sonnerie démarre des l'allumage des feux

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je re-cite cette transcription des auditions des témoins, diffusée par france-info : 

Veuillez vous connecter ou vous inscrire afin de voir le contenu masqué.

Au moment de la collision, ces deux techniciens de la Saur, le groupe spécialisé dans la distribution de l'eau, se trouvaient à l'arrêt, dans leur Citroën Jumpy, de l'autre côté du passage à niveau. Ils ont été entendus par les gendarmes le jour même du drame et leurs récits sont identiques. Le conducteur raconte qu'à l'approche du passage à niveau, il a vu le feu se mettre à clignoter, les deux barrières s'abaisser de chaque côté et trois bus arriver en face. "J'ai vu le premier bus qui ne s'arrêtait pas à la barrière", dit-il aux enquêteurs. Son collègue confirme ses dires. "Je suis formel : le bus conduit par une femme a forcé le passage à niveau alors qu'il était fermé et que le signal lumineux clignotant rouge était actif."

Si on émet l'hypothèse d'un dysfonctionnement parmi les 6 feux clignotants et les 2 barrières du PN, alors implicitement ces deux témoignages sont faux. Donc faire le choix entre 2 témoignages sérieux et crédibles, et une hypothèse assez tarabiscoté...

On avait aussi parlé de la pédale d'annonce, mais là aussi c'est binaire, soit ça déclenche tout le PN, soit rien, mais pas la moitié.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 4 minutes, cc27001 a dit :

Je re-cite cette transcription des auditions des témoins, diffusée par france-info : 

Veuillez vous connecter ou vous inscrire afin de voir le contenu masqué.

Au moment de la collision, ces deux techniciens de la Saur, le groupe spécialisé dans la distribution de l'eau, se trouvaient à l'arrêt, dans leur Citroën Jumpy, de l'autre côté du passage à niveau. Ils ont été entendus par les gendarmes le jour même du drame et leurs récits sont identiques. Le conducteur raconte qu'à l'approche du passage à niveau, il a vu le feu se mettre à clignoter, les deux barrières s'abaisser de chaque côté et trois bus arriver en face. "J'ai vu le premier bus qui ne s'arrêtait pas à la barrière", dit-il aux enquêteurs. Son collègue confirme ses dires. "Je suis formel : le bus conduit par une femme a forcé le passage à niveau alors qu'il était fermé et que le signal lumineux clignotant rouge était actif."

Si on émet l'hypothèse d'un dysfonctionnement parmi les 6 feux clignotants et les 2 barrières du PN, alors implicitement ces deux témoignages sont faux. Donc faire le choix entre 2 témoignages sérieux et crédibles, et une hypothèse assez tarabiscoté...

On avait aussi parlé de la pédale d'annonce, mais là aussi c'est binaire, soit ça déclenche tout le PN, soit rien, mais pas la moitié.

de l'autre coté, certains ne reconnaissent que le témoignage de la jeune fille dans le bus ( témoignage qui va dans leur sens bien évidement )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×