Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Statut candidature site recrutement SNCF


Messages recommandés

Bonjour,

On connait 3 grandes étapes d'une candidature : "en cours", "retenue" et "non retenue".

Mais je m'interroge sur ce statut "désactivée".

C'est une opération manuelle ? automatisée ? Pour quelles raisons ce statut est utilisé ?

Merci pour vos réponses.

Modifié par jybert
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 2 heures, jybert a dit :

Mais je m'interroge sur ce statut "désactivée".

A mon avis, c'est plutôt une bonne nouvelle.

Je pense en effet que ça signifie que la candidature est sortie du service dédié au recrutement. Et puisqu'elle n'a pas fait l'objet précédemment d'une décision "non retenue", c'est qu'elle a été transmise à un établissement pour la poursuite du processus d'entrée dans l'emploi. Une prise de contact ne va certainement pas tarder à suivre.

Sous toutes réserves.

Il est possible de poser la question à l'équipe recrutement ici https://www.facebook.com/SNCFrecrutement/

La réponse sera assurément de meilleure qualité et surtout plus certaine que ma simple hypothèse ici par déduction.

Ce serait bien de venir confirmer dans cet échange pour les lecteurs à venir qui seraient également intéressés par la réponse.

 

 

  • J'aime 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Wait & see..

Quand je pose des questions sur le groupe Facebook, malheureusement il y a rarement des réponses, ou des réponses automatiques. Je vais retenter. Merci !

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 16 heures, jybert a dit :

Quand je pose des questions sur le groupe Facebook, malheureusement il y a rarement des réponses, ou des réponses automatiques. Je vais retenter. Merci !

Je vous avoue que pour votre question je n'avais aucune réponse à vous apporter, c'est la première fois qu'on me parle de "candidature désactivée".
Sur Facebook il faut envoyer un message privé à la page citée, un recruteur (en chair et en os, pas un bot) vous répondra dès que possible car ils ne peuvent pas lire la totalité des messages en commentaires. Si toutefois ils ne vous répondent pas, c'est qu'ils sont noyés dans une masse de message, à titre d'exemple les candidatures pour le métier de conducteur ça représente 420 000 personnes par an sur toute la France, et potentiellement autant de conversations, CV à lire, etc... et j'imagine qu'il y a des périodes calmes et des périodes d'activité intense.

Dans tous les cas, comme l'a dit PLANONYME ce serait intéressant quand vous aurez la réponse de venir la partager avec nous! 🙂

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Je sais qu'il y a de nombreuses candidatures à gérer mais je ne m'attendais pas à autant ! D'où sans doute des erreurs d'aiguillages pour une partie d'entre elles. C'est comme ça. Je ne leur en tiens pas rigueur. Je présume qu'il y a un premier tri de fait par des algorithmes pour filtrer les lettres et les CV arrivés sur le site de recrutement. Aussi, j'aimerais bien savoir sur quels critères sont faits ces filtres et combien de dossiers sont sélectionnés pour la première étape. On dit que les postes sont ouverts à tous sans distinction de sexe, d'âge, d'origine etc. mais à "compétence" égale, quels filtres secondaires prennent-ils en considération ? Mystère !

Je vous tiens informé sur ce statut "désactivé".

Cordialement.

Modifié par jybert
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je me suis trompé dans mon précédent message, les 420 000 candidatures sont réparties sur les 150 métiers de l'entreprise, pas uniquement la conduite.
Chacun est en droit de présenter sa candidature, les "erreurs d'aiguillage" comme vous dites sont généralement vite repérées...

A titre d'exemple, prenons concrètement l'année 2015. Cette année -là, sur 5 millions de visites sur le site emploi.sncf, il y a eu 411 165 candidatures déposées. Seules 181 800 candidatures ont passé le premier filtrage. Ensuite ces candidats ont été convoqués à différentes étapes : présentation du métier et des inconvénients qui y sont liés, tests psychotechniques et psychologiques, visite médicale d'embauche, etc... A ce stade, il restait plus que 27 200 candidats encore en lice, après les départs volontaires, échec aux tests ou découverte d'une inaptitude médicale... Et sur ces 27 200 candidats qui sont entrés en formation, seuls 4993 ont réussi la formation et ont pu signer un contrat.

Pour schématiser, un collègue m'a dit une fois: sur tous ceux qui passent la première étape de recrutement, on arrive à la journée de présentation, quand le recruteur dit "faut travailler les weekends, jours fériés, vacances scolaires + horaires décalés + salaire moyen + etc...", la moitié de la salle se lève et part. Sur tous ceux qui restent, la moitié échoue aux tests psychotechniques ou se découvrent une inaptitude médicale. Et sur tous ceux qui restent et qui entrent en formation, la moitié ne réussira pas, soit par abandon au cours de l'année soit par échec à l'examen final.
Et je trouve que c'est parfaitement résumé.

Comme vous le constatez, l'écrémage est radical. D'autant que parmi la myriade de candidatures, les recruteurs doivent repérer ceux qui ont le plus de potentiel pour aller "au bout". Sans être à l'abri d'une inaptitude médicale ou d'un échec aux tests ou en formation, ils doivent sélectionner ceux dont le profil et la motivation semblent compatibles avec une réussite au bout du tunnel. Comment peut-on juger de ça? Au-delà des filtres secondaires, je trouve quand même que l'éventail de candidats autorisés à poursuivre est très large. Faut aussi bien se dire que tout cela a un coût pour l'entreprise, toutes ces journées organisées. Donc c'est pour les recruteurs un pari permanent sur "le bon cheval" si j'ose dire. Et au vu du taux de réussite final, heureusement qu'un tri est fait en amont.
 

  • J'aime 5
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 25/08/2021 à 12:05, Colargol a dit :

heureusement qu'un tri est fait en amont
 

Il doit y avoir des biais dans ces critères de tri car l'entreprise regrette et s'inquiète d'un taux de démission en progression constante.

En retenant des candidats davantage ordinaires  (comme moi en son temps !) elle s'en sortirait peut-être aussi bien, sinon mieux.

  • J'aime 3
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a une heure, PLANONYME a dit :

Il doit y avoir des biais dans ces critères de tri car l'entreprise regrette et s'inquiète d'un taux de démission en progression constante.

En retenant des candidats davantage ordinaires  (comme moi en son temps !) elle s'en sortirait peut-être aussi bien, sinon mieux.

Qu'appelles-tu PLANONYME par des "candidats davantages ordinaires" ?

Il faut dire que le contexte a bien changé ces décennies. Maintenant il y a d'autres entreprises ferroviaires, susceptibles de recruter des employés SNCF (qui se rapprochent peut être de leur domicile ou auront peut être une proposition de meilleur salaire par exemple). Après, ce n'est pas là le seul motif des démissions...

  • J'aime 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 25/08/2021 à 12:05, Colargol a dit :

Je me suis trompé dans mon précédent message, les 420 000 candidatures sont réparties sur les 150 métiers de l'entreprise, pas uniquement la conduite.
Chacun est en droit de présenter sa candidature, les "erreurs d'aiguillage" comme vous dites sont généralement vite repérées...

A titre d'exemple, prenons concrètement l'année 2015. Cette année -là, sur 5 millions de visites sur le site emploi.sncf, il y a eu 411 165 candidatures déposées. Seules 181 800 candidatures ont passé le premier filtrage. Ensuite ces candidats ont été convoqués à différentes étapes : présentation du métier et des inconvénients qui y sont liés, tests psychotechniques et psychologiques, visite médicale d'embauche, etc... A ce stade, il restait plus que 27 200 candidats encore en lice, après les départs volontaires, échec aux tests ou découverte d'une inaptitude médicale... Et sur ces 27 200 candidats qui sont entrés en formation, seuls 4993 ont réussi la formation et ont pu signer un contrat.

Pour schématiser, un collègue m'a dit une fois: sur tous ceux qui passent la première étape de recrutement, on arrive à la journée de présentation, quand le recruteur dit "faut travailler les weekends, jours fériés, vacances scolaires + horaires décalés + salaire moyen + etc...", la moitié de la salle se lève et part. Sur tous ceux qui restent, la moitié échoue aux tests psychotechniques ou se découvrent une inaptitude médicale. Et sur tous ceux qui restent et qui entrent en formation, la moitié ne réussira pas, soit par abandon au cours de l'année soit par échec à l'examen final.
Et je trouve que c'est parfaitement résumé.

Comme vous le constatez, l'écrémage est radical. D'autant que parmi la myriade de candidatures, les recruteurs doivent repérer ceux qui ont le plus de potentiel pour aller "au bout". Sans être à l'abri d'une inaptitude médicale ou d'un échec aux tests ou en formation, ils doivent sélectionner ceux dont le profil et la motivation semblent compatibles avec une réussite au bout du tunnel. Comment peut-on juger de ça? Au-delà des filtres secondaires, je trouve quand même que l'éventail de candidats autorisés à poursuivre est très large. Faut aussi bien se dire que tout cela a un coût pour l'entreprise, toutes ces journées organisées. Donc c'est pour les recruteurs un pari permanent sur "le bon cheval" si j'ose dire. Et au vu du taux de réussite final, heureusement qu'un tri est fait en amont.
 

De toute façon, il faut bien faire un choix, un tri avec quelques milliers (3 à 5000) de postes à pourvoir devant plus de 400000 candidature

Modifié par ADC01
  • J'aime 6
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour, merci pour vos réponses.

"SNCF recrutement" sur Facebook, n'a pas répondu concernant le statut "désactivé". En revanche j'ai reçu une réponse en MP qui pourrait être la suivante : le candidat s'est désisté. Bizarre...

Pour revenir au sujet connexe, face à cette loi du nombre, une multitude de subtilités font que depuis l'extérieur, on y perd son latin.

Nous ne sommes plus à l'époque où on n'avait qu'à se baisser pour trouver la bonne personne. Aujourd'hui il faut mettre en place une usine à gaz pour trouver quelqu'un qui va peut-être convenir. Je grossis le trait évidemment...

Mon profil et mon projet entre en pleine adéquation avec le poste et pourtant je ne passe pas le premier filtre. C'est frustrant.

Depuis 2015, les choses ont un peu changé puisque j'ai participé à une session de recrutement en 2018 et la moitié des candidats qui sont partis ont échoués aux tests.

En 2021, les premiers entretiens se font en vidéo différée. Les tests se font à distance également.

Citation

Et sur ces 27 200 candidats qui sont entrés en formation, seuls 4993 ont réussi la formation et ont pu signer un contrat.

Je suis tout de même étonné que malgré le processus de recrutement, il y ait autant d'échec à la formation : 18% de réussite seulement me parait peu.

On dirait que les gens découvrent les difficultés du poste bien tardivement et que le processus de recrutement ne semble pas s'améliorer pour faire monter ce chiffre.

J'ai fait récemment un MRS (recrutement par simulation) pour REGIORAIL. Sur les 160 candidats pour 10 postes de conducteurs fret proposés, je faisais partie des 30 sélectionnés pour l'entretien. Même si j'ai échoué à cette étape, je trouve que il y a une meilleure égalité des chances car pas besoin de CV ou de lettre de motivation.

Pour la SNCF, je soupçonne qu'un algorithme filtre les centaines de candidatures reçus tous les jours. Et mon score en sortie de cet algorithme fait que mon dossier se retrouve au fond de la pile.

J'ai discuté avec un jeune conducteur sur Facebook. Il ne comprends pas pourquoi je veux faire ce métier ! Il me dit que dès qu'il a fait ses 5 ans, il s'en va. Trop loin de chez lui, trop de stress, horaires décalés trop contraignants. Il croyait quoi ? Que c'était un jeu ? Bref...

  • J'aime 1
  • J'adore 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 7 minutes, jybert a dit :

J'ai discuté avec un jeune conducteur sur Facebook. Il ne comprends pas pourquoi je veux faire ce métier ! Il me dit que dès qu'il a fait ses 5 ans, il s'en va. Trop loin de chez lui, trop de stress, horaires décalés trop contraignants. Il croyait quoi ? Que c'était un jeu ? Bref...

oui certains viennent là "parce qu'ils voient de la lumière.. ils ont du mal a bien comprendre ce qui leurs est expliqué sur les conditions de travail .. bien souvent il n'ont aucun repère sur les conditions en général du monde du travail... a part peut être que les cheminots sont des nantis qui sont toujours en repos.. et pour eux c'est parfois dur de se confronter a la réalité.. en plus dans ce cas particulier il a peut être pris la place d'un autre qui serait très content de ce genre de boulot

Modifié par jackv
  • J'aime 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 2 heures, jackv a dit :

oui certains viennent là "parce qu'ils voient de la lumière.. ils ont du mal a bien comprendre ce qui leurs est expliqué sur les conditions de travail .. bien souvent il n'ont aucun repère sur les conditions en général du monde du travail... a part peut être que les cheminots sont des nantis qui sont toujours en repos.. et pour eux c'est parfois dur de se confronter a la réalité.. en plus dans ce cas particulier il a peut être pris la place d'un autre qui serait très content de ce genre de boulot

Certainement alléché par le  fameux tract

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Certains viennent aussi avec l'image de la boite qui leur est donnée par des anciens qui ne sont plus dans la boite. Puis une fois embauchés, ils constatent déjà une différence. Puis ils discutent avec des collègues, souvent plus expérimentés, qui vont leur expliquer que cette boite est en constante évolution et dans une direction qui dégrade de plus en plus la vie privée. Ça peut aussi aider à comprendre la perte de motivation.

  • J'aime 3
  • Etonné 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 9 heures, jybert a dit :

Pour revenir au sujet connexe, face à cette loi du nombre, une multitude de subtilités font que depuis l'extérieur, on y perd son latin.

Nous ne sommes plus à l'époque où on n'avait qu'à se baisser pour trouver la bonne personne. Aujourd'hui il faut mettre en place une usine à gaz pour trouver quelqu'un qui va peut-être convenir. Je grossis le trait évidemment...

Eh oui, c'est là un des nombreux problèmes typiquement Français: la bureaucratie. Plus on rajoute de couches, et donc d'intermédiaires, plus ça devient complexe d'obtenir ce dont on a besoin rapidement et de manière fiable.
A noter que SNCF tente de faire des efforts sur le sujet, avec par exemple le réseau Ambassadeurs Métier: un groupe d'agents volontaires qui renseignent les candidats sur les conditions de travail réelles, le processus de recrutement, etc.
C'est un début, le problème est que la SNCF est étendue sur toute la France, et tous les agents ne sont pas forcément au courant des nouveautés du recrutement. Pire encore avec les retraités. Du coup, là où la SNCF voudrait mettre en place un parcours coordonné unique, si on interroge des agents ou des retraités ils vont sûrement dire qu'on peut déposer une candidature spontanée dans n'importe quelle gare et qu'elle sera transmise à qui de droit au courrier interne.
Et dans l'absolu, ce n'est pas faux, car en pénurie d'agents l'entreprise peut de moins en moins se permettre de refuser (d'au-moins lire) un CV venu "hors parcours". Du coup ça rend le truc totalement flou.
 

Alors on va me dire "ouais mais la solution est simple, y'a qu'à refuser moins de candidats". Oui, sauf qu'on bosse dans une domaine dangereux, où la moindre inattention peut avoir des conséquences dramatiques. Donc je continue à penser qu'un gros tri est nécessaire, pour ne pas embaucher "n'importe qui" (j'ai déjà vu le cas où on a embauché par nécessité alors que la personne ne satisfaisait pas aux critères... comment vous dire... ça s'est mal soldé).
Après toute la question est de savoir COMMENT le tri est fait, on a parfois l'impression que des "bons" profils sont laissés de côté de manière incompréhensible. Mais n'étant pas dans le domaine, je me garderai bien de juger, je pense que les recruteurs connaissent leur boulot, et si certains sont écartés c'est qu'il y a sûrement une raison.
 

Citation

Je suis tout de même étonné que malgré le processus de recrutement, il y ait autant d'échec à la formation : 18% de réussite seulement me parait peu.

On dirait que les gens découvrent les difficultés du poste bien tardivement et que le processus de recrutement ne semble pas s'améliorer pour faire monter ce chiffre.

Pourtant il s'agit là bel et bien des chiffres officiels.
Et comme l'a dit jackv, la réputation que taillent les médias aux cheminots n'aide pas: on nous voit comme des privilégiés, souvent à la maison, avec un travail peu pénible et un salaire mirobolant. On se tue à longueur d'année à dire aux gens que ce n'est pas la vérité, que la représentation est erronée même si on est pas les plus à plaindre, rien n'y fait.
Et je pense aussi que la société telle qu'elle est aujourd'hui donne de moins en moins aux jeunes l'occasion de chercher l'information par eux-mêmes. Ils attendent que tout tombe tout cuit dans le bec. Du coup ils ne cherchent pas à s'informer au préalable, et découvrent avec horreur la réalité du monde du travail le jour de la session de recrutement...et fuient.
 

Citation

J'ai discuté avec un jeune conducteur sur Facebook. Il ne comprends pas pourquoi je veux faire ce métier ! Il me dit que dès qu'il a fait ses 5 ans, il s'en va. Trop loin de chez lui, trop de stress, horaires décalés trop contraignants. Il croyait quoi ? Que c'était un jeu ? Bref...

Et là on a aussi toute la subtilité entre se faire expliquer quelque chose à l'oral, et le vivre: pour une personne qui n'a jamais travaillé en horaires décalés, c'est difficile d'imaginer la fatigue intense qui découle parfois de ce mode de vie. Et quand on le vit, ça pique. Même chose pour le stress, même si une partie des tests évalue la résistance au stress, c'est pour voir si on garde ses moyens en situation de stress intense. Mais ça ne prend pas en compte le stress sur le long terme. On a des métiers à fortes responsabilités, on a des vies entre les mains. Et quand certains réalisent vraiment ce que ça signifie, la charge que ça représente, des fois ça fait tilt et ils se rendent compte qu'ils ne sont pas forcément faits pour ça. Si c'est pour venir bosser la boule au ventre...

Sans compter les changements très rapides qui surviennent à la SNCF dans le contexte actuel: entre ce qui aura été vécu en formation et ce qui est vécu une fois le contrat signé 1 an plus tard, il peut y avoir un monde. En termes de roulements qui changent pour devenir plus pourris (parfois juste histoire de gratter quelques centimes ça et là), en termes de responsabilités attribuées à un autre agent auparavant et qui sont transférées sans augmentation de salaire, en termes de rapports à la hiérarchie qui deviennent moins cordiaux, etc... bah parfois ça change radicalement l'image qu'on se faisait du métier, même avec un an de formation dans les pattes. Et ça peut devenir invivable selon la résistance de tout un chacun.

Par exemple, je discutais moi avec un conducteur chevronné, dont c'était le rêve depuis ses 8 ans de conduire les trains (donc a priori il s'était bien renseigné sur le sujet et aurait pu tolérer et encaisser pas mal de choses pour vivre sa passion): il n'en peut plus. Il m'a dit "si c'était à refaire, je le ferai pas". Car il y a eu tellement d'évolutions, pas forcément dans le bon sens, que ça l'en dégoûte. Pour dire. Et il songe à démissionner.

 

  • J'aime 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 31/08/2021 à 19:05, jackv a dit :

oui certains viennent là "parce qu'ils voient de la lumière.. ils ont du mal a bien comprendre ce qui leurs est expliqué sur les conditions de travail .. bien souvent il n'ont aucun repère sur les conditions en général du monde du travail... a part peut être que les cheminots sont des nantis qui sont toujours en repos.. et pour eux c'est parfois dur de se confronter a la réalité.. en plus dans ce cas particulier il a peut être pris la place d'un autre qui serait très content de ce genre de boulot

En outre, c'est son premier emploi ! Je ne vais pas le blâmer. Arriver à décrocher un tel poste pour un premier emploi, c'est déjà énorme. Après cette expérience, il saura rebondir, je ne m'en fais pas pour lui.

  • J'aime 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines plus tard...

Bonjour,

J'ai enfin eu une réponse du compte Facebook SNCF Recrutement et ça commence fort : "Il est probable que"...

Il est probable que la personne qui répond ne sait pas non plus ce que signifie une candidature désactivée ! 😁 Peut-être un bug informatique ? 🤔

Idem sur le site https://sncf.career-inspiration.com/app/home, pas de réponses à cette question, chacun se renvoient la balle...

Bref, à suivre... 😅

  • Etonné 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 1 mois plus tard...

Bonjour !

Mon statut est passé à "non retenu" et contre toute attente quelques jours plus tard, c'est repassé sur l'étape 1 !

J'ai eu l'entretien téléphonique, les tests et finalement un entretien P3 en visio.

La psy me dit au tout début : "il n'y aura pas de questions pièges". Plus tard, le responsable TER me demande : "Comment va se passer la concurrence TER ?" Si ça c'est pas une question piège, je ne sais pas ce que c'est. 😝 Plus sérieusement, j'ai répondu que ça allait se faire par lots de lignes. Je ne sais pas si j'ai été clair...

Sur le site de recrutement en revanche, toujours ce bug d'affichage : statut vide et état d'avancement à 0.

Trois jours plus tard, réponse négative. See you next year !!! 🙄

Modifié par jybert
  • Etonné 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tout d'abord, merci à Jybert d'avoir alimenté ce sujet en informant des suites données à sa candidature. 

Désolé pour la réponse négative, il faut digérer cela.

Le recrutement SNCF est très compliqué à comprendre. Des pistes de compréhension intéressantes ont été évoquées ci-dessus.

Je suis conducteur expérimenté dans le privé depuis plus de 10 ans et je tente depuis un certain temps de postuler à la sncf et toujours sans succès sans explication particulière.

Cela tient peut être à l'âge, à la localisation, etc.... je ne sais pas. 

J'ai l'impression qu'aujourd'hui, on a très peur de faire des erreurs de recrutement et on en arrive à chercher tout ce qui peut motiver un refus plutôt que de chercher les qualités d'un candidat pour le poste considéré.

  • J'aime 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Comme dirait l'autre, les voix des RH sont impénétrables ! 🙂

En théorie, il ne peut pas y avoir de discrimination à l'age. Mais en pratique, dès qu'on dépasse 45 ans, ça devient compliqué de retrouver un job, en reconversion ou pas. Où que ce soit. Ce problème est beaucoup reproché aux recruteurs !

Si les statistiques de recrutement de CRL en termes de réussite de formation et en pérennité de carrière sont en faveur des moins de 30 ans, je vois pas en quoi ils se priveraient ! C'est très facile refuser une candidature au profit d'une autre, et difficile de faire la preuve d'une discrimination.

Personnellement, à mon âge, lorsque j'obtiens un job, c'est qu'on était au maximum 2 à postuler. Au delà je n'arrive jamais en tête. 😆 Une fois un recruteur me l'a dit franchement : "Vous êtes arrivé en tête mais nous avons préféré donner la chance à un jeune". 😤

Ceci dit ça m'étonne pour vous. Vous êtes déjà conducteur mais vous n'avez jamais été contacté une seule fois ? J'avais discuté avec un pilote d'avion en reconversion qui avait "atterri" dans le vivier mais n'avait jamais été contacté pour son lieu de formation. Espérons que ce soit un cas isolé.

C'est peut-être un détail mais j'ai appris qu'il fallait faire une lettre et un CV simples, en se limitant aux compétences clés en adéquation avec le poste. Cela favorise la pré-sélection par les algorithmes. Si ça peut aider...

Cordialement.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...