Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Collision frontale entre deux trains en Suisse -Granges, 29 juillet 2013.


Messages recommandés

Le signum dispose de trois positions transmises aux travers de deux aimants placé dans les voies (un à gauche, l'autre entre les deux rails): voie libre (pas de transmission), avertissement/restriction (annonce visuel et sonore en cabine à quittancer dans les 5 secondes) et arrêt (mise à l'air libre de la CG). Le système est ancien mais fiable et très simple puisque ne nécessitant pas de courant pour être sécuritaure, les aimants se plaçant en position "arrêt" par gravité.

Le ZUB envoie un message au calculateur au travers d'un émetteur placé à droite de la balise Signum. Ce message peut comprendre toutes ou partie des informations suivantes: vitesse maximum au but, distance du but, vitesse maximum du tronçon, longueur du tronçon. Le tout sera ensuite couplés aux informations entrées par le mécanicien pour être adapté selon la longueur, la vitesse maximum et la catégorie de train. Le ZUB ne transmet aucune annonce, mais il affiche l'état de la surveillance en cours. Contrairement au KVB le ZUB calcule une vitesse au but de 0km/h sur un signal fermé, le mécanicien doit dès lors, dès qu'il a reconnu que le signal correspondant s'est ouvert, se libérer en actionnant un interrupteur. Le ZUB surveillera alors une vitesse d'approche de 40km/h jusqu'au droit du signal.

L'installation d'une balise ZUB ne permet pas de remplacer le Signum, les deux systèmes étant complémentaires par essence.

Aucune idée quant au PZB

Ouais enfin faut pas déconner, j'ai fait le référentiel en 4 jours. Sauf qu'évidemment un tas de trucs ne nous concernant pas on n'a que regardé la page et évidemment on n'a pas été interrogé la dessus. J'ose imaginer que pour vous c'est pareil et que l'accent fut mis avec raison sur ce que vous trouverez sur votre parcours.

Le PZB fonctionne par frequence 500 , 1000 et 2000 HZ ( http://fr.wikipedia.org/wiki/PZB )

Jusqu'au 6 juillet ont été sous Intégra entre la frontière et le triage de Muttenz ( faisceau D) , depuis nous sommes sous PZB, comme les allemands

  • J'adore 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 208
  • Création
  • Dernière réponse

Les plus actifs dans ce sujet

Les plus actifs dans ce sujet

Publications qui font réagir

Je suis chef du mouvement en Suisse, et je suis en colère. Je suis en colère parce que le patron des CFF ne cesse de pleurnicher dans la presse qu'améliorer la sécurité coûterait deux milliards, m

Ceci sans parler de la réglementation pléthorique, mouvante et illisible. Modifiée tous les six mois sans raisons par des services auto-suffisant qui visent avant toutes choses la productivité et le r

C'était écrit, c'était dit ... on ne savait juste pas quand. Le chemin de fer est plus rigide mais il fonctionne comme le reste : on met en place des mesures qu'on laisse progressivement se faire man

Images publiées

Contrairement au KVB le ZUB calcule une vitesse au but de 0km/h sur un signal fermé

Le KVB établit les courbes de freinage (FU établi, déclenchement FU et alerte) avec un pied de courbe calé sur 0 au niveau du signal d'arrêt, il fonctionne donc de manière analogue au ZUB sur ce plan. Les pieds de courbes sont tronquées à 40 (FU) et 35 km/h (alerte) ou 15 et 12,5 km/h (sans possibilité de lever le COVIT) en fonction de la nature du signal rencontré. Aucun COVIT ne peut fonctionner sans troncage ou libération manuelle, sauf à positionner les pieds de courbe en aval du signal annoncé fermé.

quand je vois la liste des incidents 2013 je suis effaré qu'il y en ai autant pour un si petit réseau .

A relativiser tout de même (malgré l'accident relaté ici) car il faut raisonner par rapport au volume de trains-km et à la densité du trafic... bien plus importante en Suisse que dans d'autres pays d'Europe. La taille du réseau n'est pas l'indicateur le plus approprié pour faire ce type de stat.

Christian

Modifié par Thor Navigator
  • J'adore 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On est d'accord, je voulais juste dire que sans action du mécanicien le ZUB te plante sur un signal fermé, car il ne tronque pas la courbe.

Sinon, non, il n'y a pas grand chose à relativiser sachant que tous ces accidents et incidents étaient évitables et pour peu de moyen.

  1. A Granges-Marnand il y a eu des dizaines de rapport, dont certains suite à des départs sur signal fermé; et ce n'est de loin pas le premier accident (Voir le poste de Vinci), incident ou mise en danger sur un signal de groupe. Résultat? Rien, nada, alors qu'on aurait pu ajouter une petit étoile dans la colonne "Départ" - uniquement pour le train régional qui s’arrêtait pour croiser - et utiliser le personnel forcément sur place pour l'éviter. Voir bien sur installer une nouvelle signalisation, ou un répétiteur, ou une balise ZUB...
  2. Un accident semblable à ce qui a eu lieu à St-Jacques-de-Compostelle a été évité, 140km/h au lieu de 85, par chance les voitures sont restées sur les voies, c'était le dernier train, il n'y avait pas grand monde, personne n'en a parlé. Et cette courbe est surveillée, il y en a plein qui ne le sont pas et avec des transitions 140-100, 140-95,110-40, etc...
  3. On a évité le pire il y a quelques mois, sur la même ligne, suite à un éboulement dans une zone réputée peu stable et où aucun travaux n'est entrepris à titre préventif (trafic régional, donc bas de gamme).
  4. A Neuhausen le train, heureusement, redémarrait. Nous n'aurons pas toujours cette chance.
  5. Olten fut le dernier prémice
  6. Il y a encore Martigny (Collision), Genève-triage (déraillement sur une aiguille pourtant annoncée, je suis l'auteur d'un rapport donc je sais de quoi je parle), Genève-Aéroport (Collision lors d'un accouplement, de nombreux mécanos avaient indiqué que le système de réglage de la vitesse engendrerait des problèmes, il a été modifié une semaine après cet incident...), Flammat (Déraillement, on a juste arraché le rétroviseur du RER croiseur, juste...), Volketswill (Déraillement, heureusement le train est resté en ligne. Le choc avait été annoncé par le train précédant, aucune mesure n'a été prise).

Vue d'ensemble 2013

On n'oubliera pas nos deux collègues de l'entretien caténaire, en 2012.

Et ce ne sont que les cas dont parlent les journaux.

Non alors non, désolé, énormément de ces cas sont évitables. Soit en utilisant le personnel à disposition, soit en plaçant une balise ZUB, soit en faisant suivre d'effet une annonce "choc à la voie", soit en prenant en compte l'avis du personnel concerné, soit enfin en entretenant les voies, bref en redonnant le priorité à la sécurité et non plus à la productivité-ponctualité.

  • Mais on préfère installer des balises ETM en lieu et place des balises Signum+ZUB déjà en place, ça ne change absolument rien mais que c'est euro-compatible et donc trop cool. Sauf que bien sur ça coûte cher alors que ça n'apporte aucun gain en terme de sécurité, du coups on manque de crédit pour moderniser les installations..
  • On presse sur les agents-circulations en leur disant "sécurité, mais vite! Et si retard, rapport!", du coups on leur demande de faire quelque chose d'impossible soit assurer la sécurité des circulations tout en respectant l'horaire.
  • On supprime le personnel "redondant" (agent de train, agent-circulation, sous-chef de quai) en faisant porter toute la responsabilité sur une personne (le conducteur) mais en utilisant les installations d'origine prévues pour fonctionner avec ce personnel dit "en trop". Et ce n'est pas un signal qui est éteint lorsqu'il y a un danger (un annonciateur de voie libre) qui va limiter les problèmes.
  • On augmente, pour tout le monde, la pression "productivité", quitte à ne plus avoir le temps pour rien, en parlant de la sécurité, mais en faisant le contraire (en cas de dérangement aux système de fermeture des portes, le chef de train ne doit pas prendre plus de 15 secondes pour les contrôler. 15 secondes pour des trains allant jusqu'à 350 mètres et roulant à 200...)
  • On raccourcit les formations, on gère uniquement sur check-liste sans savoir de quoi on parle (expliquer ce qu'est un distributeur à un mécano, expliquer ce qu'est une éclisse à un agent-circulation, expliquer ce qu'est un compresseur à la régulation des locs, expliquer ce qu'est une voiture à la planification des manœuvres, tout ça c'est du vécu).
  • On place un agent-circulation en télécommande pour une zone géographique immense et ingérable en cas de perturbation Résultat, on dicte n'importe comment nos bulletins sous le coups du stress et de la peur du ErZu, et un jour on se trompera (m'est déjà arrivé qu'au milieu du rapport un agent-c me demande "mais tu es quel train au fait?"), et on cartonnera.

Cet accident, ce n'est qu'un début.

Je reviens de la cérémonie, et je suis en colère maintenant. Notre collègue, il est mort pour rien.

Modifié par likorn
  • J'adore 8
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Malheureusement, les post ressemblent de trop près à ce que l'on vit partout.

Il ne s'agit pas de dire que le train n'est pas sécuritaire, mais qu'on est dans une dérive importante, signalé de longue date mais caché sous des termes de rentabilité, fégnants, production.

Notre collègue, il est mort pour rien.

Si seulement il était possible de te contredire, mais intimement convaincu que c'est exacte.

  • J'adore 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sur le MBE côté france, certains conducteurs lui ont aussi rendu hommage!!

Merci à eux: c'est quelque chose de positif cet esprit. Un collègue disait "solitaire mais solidaire", c'est une jolie tournure.

Malheureusement, les post ressemblent de trop près à ce que l'on vit partout.

Il ne s'agit pas de dire que le train n'est pas sécuritaire, mais qu'on est dans une dérive importante, signalé de longue date mais caché sous des termes de rentabilité, fégnants, production.

Si seulement il était possible de te contredire, mais intimement convaincu que c'est exacte.

Oui, et je peux, tu peux, nous pouvons et vous pouvez être les prochains. ... Au moins, à Brétigny, il a quelque chose lié à la malchance, il a fallu un sacré coup de dès aux probabilités négatives pour que l'éclisse tombe là où elle s'est bloquée; chez nous c'était si prévisible, si tristement prévisible.

  • J'adore 4
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les mots me manquent beaucoup d'émotions a Lausanne plus de 100 personnes cheminots et ferroviphiles

Faites gaffe les gars...

  • J'adore 9
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça m'a fait penser à la séquence des sifflets dans la Bataille du Rail...

Tout rapprochement entre les otages fusillés et la cause de la mort de jeune conducteur si fier de son métier ne serait que pur mauvais esprit.

  • J'adore 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'abonde en ton sens...

J'y ai pensé aussi mais je peux vous dire que sur le quai ce jour là ferroviphiles et cheminots nous étions tous cheminots...

Mon amie Marielle fille de chef de gare à la SNCF m'a dit qu'elle sentait une grande émotion et qu'elle trouvait formidable cet hommage a Jonathan que j'ai moi-même connu quand il voulait rentrer aux CFF...

Pour ne pas l'oublier une idée est en train de germer pour qu'il continue de rouler sur les voies CFF...

Modifié par Jacques Beaud
  • J'adore 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vidéo envoyée par un ami suisse.

Je ne sais pas vous mais ces video m'ont fichu la chair de poule (voire plus)...et je ne suis pas du genre à m'émouvoir facilement.

Très belle (et poignante) initiative de la part de nos collègues suisses.

J'espère ne jamais avoir à les imiter.

  • J'adore 7
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sinon, non, il n'y a pas grand chose à relativiser sachant que tous ces accidents et incidents étaient évitables et pour peu de moyen.

Le terme que j'ai utilisé ("relativiser") était inapproprié, même s'il ne se référait évidemment pas à ce tragique événement. Je voulais juste dire que le réseau suisse écoule un trafic important, la référence à un "petit pays" (faite en début de fil) n'ayant de ce fait pas trop de sens, de mon point de vue.

Je comprends ta colère, vu le contexte décrit.

L'hommage rendu par ses collègues est très digne et de circonstance.

Christian

  • J'adore 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En France, le même genre d'hommage rendu à la suite d'un accident similaire provoquerait la désapprobation de Jean-Claude Delarue, de Willy Colin, de l'IFRAP, du Figaro, des associations de riverains, des élus UMP....et peut-être d'une partie de la hiérarchie ferroviaire.

Autre lieu, autre moeurs.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En France, le même genre d'hommage rendu à la suite d'un accident similaire provoquerait la désapprobation de Jean-Claude Delarue, de Willy Colin, de l'IFRAP, du Figaro, des associations de riverains, des élus UMP....et peut-être d'une partie de la hiérarchie ferroviaire.

Autre lieu, autre moeurs.

En France, on préfère les minutes de silence,

c'est moins bruyant c'est sur.

Chacun sa méthode, c'est quand il y a trop de caméras que ça me dérange.

Tout est question de dignité, et les gens dont tu parles l'ont perdue depuis longtemps...

Modifié par Ray
  • J'adore 4
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui bien sur, c'est différent. Nous ne sommes que cousins, et nous avons nos cultures et nos moeurs chacun,

Mais bon, les éventuelles râleriez de vos concitoyens, présentateurs nationaux et autres journaux importants sont exactement la raison même des problèmes de la France, le respect.

Personnellement, j'ai trouvé A.Meyer sincère dans sa tristesse: ça ne changera rien aux faits et aux problèmes, mais pour la famille c'est important et c'est ce qui compte. Par contre, je préférerais qu'il y ai autant de remue-ménage, de soutient, à chaque mort d'un employé à son poste, pas uniquement pour les mécaniciens de locomotives.
Mon collègue mort sur sa nacelle d'entretien caténaire percuté par un train croiseur, le policier abattu, le pompier asphyxié, ils mériteraient tous ce genre d'honneur.

Mais je suis quand même en colère, seulement c'est tellement vain la colère contre un système.

Bon par contre, le point positif, c'est que nous sommes encore une grande famille, à l'enterrement il y avait toute la direction, certes, mais aussi des agents de manœuvre, des agents-circulations, des sous-chefs de quai et du personnel de la répartition du personnel (la feuille). Je crois quand même que les grands patrons, qui ont été présents durant toute la nuit, ils ont quand même réfléchis un petit peu et ont été personnellement impliqués et touchés.

Y a une petite lueur d'espoir, très mince, mais présente.

  • J'adore 6
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tant qu'il y a de l'humain, il y a de l'espoir, parait il....je partage hélas une idée plus pessimiste sur les remises en cause personnelles que ces événements pourraient induire...

Avoir une multitude de personnes qui pourraient se sentir impliqués, necessite, pour la continuité de la logique des profits, d'oeuvrer sur l'individualité des situations, des carrières, afin qu'un minmum de personnes puissent avoir une opinion commune, toujours ça de pris pour briser l'union sur des idées reconnues par tous...

avec une grande majorité de suiveurs, incapables de casser la baraque, même si quelquepart celà leur inspirerait quelquechose... existe une grosse force d'inertie, habitudes de stabilité, donc peu favorables au changement...

Il reste ensuite les cas particuliers, suffisement peu nombreux pour risquer un desordre du système, tolérant pour de rares coups d'eclats mais de visibilité trop faible afin de le perturber en profondeur...

Fabrice

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je crois quand même que les grands patrons, qui ont été présents durant toute la nuit, ils ont quand même réfléchis un petit peu et ont été personnellement impliqués et touchés.

Y a une petite lueur d'espoir, très mince, mais présente.

Remettre en cause fondamentalement les principes d'exploitation ? revenir en arrière avec du personnel en plus ? chacun des hauts dirigeants, dans son domaine de responsabilité et dans son champ de compétence, sait ce qu'il faudrait faire pour qu'un accident comme celui de Granges-Marnand ne se reproduise plus, mais les conditions économiques s'y opposeront et on continuera à concentrer la responsabilité de la sécurité sur les conducteurs sans boucle de sécurité...

Il a fallu en France Flaujac, Melun, la gare de Lyon pour faire évoluer les protections ...

  • J'adore 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Remettre en cause fondamentalement les principes d'exploitation ? revenir en arrière avec du personnel en plus ? chacun des hauts dirigeants, dans son domaine de responsabilité et dans son champ de compétence, sait ce qu'il faudrait faire pour qu'un accident comme celui de Granges-Marnand ne se reproduise plus, mais les conditions économiques s'y opposeront et on continuera à concentrer la responsabilité de la sécurité sur les conducteurs sans boucle de sécurité...

Il a fallu en France Flaujac, Melun, la gare de Lyon pour faire évoluer les protections ...

Un bémol pour l'accident de Paris gare de Lyon, à l'heure actuelle dans les mêmes circonstances, il faut être conscient qu'AUCUN automatisme ne peut empêcher que cet accident ne se reproduise.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'echelle d'Interêt à Bruxelles reste l' Europe, qui veut des trains Transeuropéens..la politique d'investissement suit donc la logique...l'echellon Regional, le TER reste la Region, et ses fonds..chez vous probablement les Cantons...

Fabrice

Oui, c'est vrai. Les tunnels du Lötschberg sont financés par des caisses différentes; au niveau fédéral

- impôt sur huiles et essence (un impôt auquel peu de contribuables peuvent échapper)

- TVA (donc un impôt auquel personne n'échappe)

- la RPLP (dite taxe pids-lourds; répercutée par les distributeurs sur les prix à la consommation: donc au final, que le contribuable paye)

Le financement cantonal est assuré ... par les impôts

Donc au final, on peut utiliser l'acronyme qu'on veut; l'anglicissme qu'on désire, faire des montages financiers ou des écrans de fumée, mais au final, c'est le contribuable qui paye.

N'oubliez pas ce discours de Margareth Thatcher (vraiment très exact)

N’oublions jamais cette vérité fondamentale : l’État n’a aucune autre source d’argent que l’argent que les gens gagnent eux-mêmes. Si l’État souhaite dépenser plus, il ne peut le faire qu’en empruntant votre épargne ou en vous taxant davantage. Il n’y a rien de bon à ce que quelqu’un d’autre paie; cette autre personne, ce sera vous. L’argent public n’existe pas, il n’y a que l’argent des contribuables. La prospérité ne viendra pas de l’invention de programmes de dépenses publiques de plus en plus somptueux. Vous ne devenez pas riches en commandant un carnet de chèques à votre banque et aucune nation n’est jamais devenue plus prospère en taxant ses citoyens au-delà de leur capacité. Nous avons la mission de nous assurer que chaque penny levé par l’impôt soit dépensé de manière sage et bonne. Les gens parlent de service ‘gratuit’. Ce n’est pas gratuit. Vous devez payer pour !

  • J'adore 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne suis pas naïf, quand je parlais d'éspoir, c'était de ne pas briser le peu qu'il reste, je sais pas bien que cela ne s'améliorera pas.

Edit

L'Etat étant l'organisme regroupant toute une population, il est normal qu'il ne puisse dépenser que notre argent. D'ailleurs globalement cela ne me dérange pas, ce qui me dérange - et là je te rejoins Vinci - c'est d'oublier que cet argent est le notre et que rien n'est gratuit. La solidarité, c'est dans les deux sens que ça doit fonctionner et il n'y a aucune raison d'aider ceux qui ne bougeraient pas un doigt.

Mais, paradoxalement, si la solidarité fonctionnait naturellement, il n'y aurait pas besoin d'un état pour faire illusion là dessus.

Modifié par likorn
  • J'adore 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant



×
×
  • Créer...