Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Le Wifi à bord des TGV - Sujet unique


Messages recommandés

« D'un point de vue technique, équiper un TGV en Wi-Fi requiert, du fait de la vitesse du train, la mise en œuvre de solutions plus élaborées que celles utilisées pour équiper un lieu public, comme une gare, ou un véhicule se déplaçant à faible vitesse, comme un bus ». Or, l'installation d’Internet sur le TGV Est « se révèle coûteuse, aussi bien en investissement qu'en maintenance », du coup, « en l'état, ces coûts ne permettent pas de trouver un modèle économique autorisant un déploiement de cette offre de service sur l'ensemble des liaisons TGV à très court terme ».

http://www.pcinpact.com/news/84264-l-internet-dans-tous-tgv-aura-train-retard.htm

A noter que ce genre de question ne passe pas par la comm de la SNCF (ce serait trop simple), ça doit faire l'objet de discussion à l'assemblée nationale via les questions au gouvernement...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 271
  • Création
  • Dernière réponse

Les plus actifs dans ce sujet

Les plus actifs dans ce sujet

Publications qui font réagir

Tout dépend ce qu'on souhaite. Ok pour de l'usage sensible, et encore puisque ceux qui ont les données les plus sensibles passent souvent par un VPN avec connexion cryptée de bout en bout. En revanche

Avec les forfaits 20, 40Go voire illimité (Free... à condition de capter ^^), il y a de la marge avant le hors forfait maintenant, pour qui en a réellement besoin. Avec les données mobiles sur

Avec le wi fi, cela ne sort pas de leurs forfaits, ils ont comme l'impression que c'est gratos.

Si la SNCF communiquait directement elle serait immédiatement accusée d'incompétence et de mauvaise volonté.

Et il se trouverait tout aussi vite une flopée de prétendus experts pour asséner une ribambelle de yaqu'à et de fautqu'on démontrant la justesse (?) de leurs propos.

Impliquer les politiques c'est les obliger à décider puis à devoir assumer leur choix (voir l'écotaxe à ce sujet :Smiley_40: ).

Il reste donc au député Tardy de ne pas se contenter de poser des questions mais de se remuer pour trouver LA solution simple, économique et fiable qui répondra aux besoins de nombreux usagers.

La signature d'un contrat de partenariat public-privé semble donc inévitable... :Smiley_39::Smiley_39::Smiley_39:

  • J'adore 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

de ce fait

on a la wifi (sur les TGVE par ex), mais la connexion internet est payante

sans garantie de continuité (c'est bien marqué sur la page de garde quand tu tu connectes et qu'on t'annonce le tarif)

qq chose comme 5 euros de l'heure

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Me demande bien ce que sont ces coûts de maintenance pour du wifi ...

Des coûts de maintenance informatique, ça peut être assez élevé surtout que technologiquement, ce n'est pas si simple.

Je connais un des ingénieurs qui a travaillé sur le système, l'internet embarqué pose pas mal de défis, la mise au point a été complexe.

L'informatique, c'est comme le chemin de fer, ça ne marche pas tout seul, il y a des hommes derrière.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Me demande bien ce que sont ces coûts de maintenance pour du wifi ...

Il n'y a pas que du Wifi. Il y a aussi les coûts de fonctionnements (en général associés à "maintenance") liés à la communication satellite. Il y a la maintenance de la parabole et du système qui la pilote. Mine de rien, ça doit quand même être assez compliqué techniquement (mobilité sur 3 axes en fonction du déplacement du TGV qui monte, descend, tourne, se penche, résistance aux vibrations).
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

et se servir de la caténaire comme antenne/empli????? nan pas taper :Smiley_39:

Sans même taper, EDF utilise la technologie CPL (courant porteur en ligne) sur ces lignes à haute tension pour véhiculer des informations. Ça serait faisable pour nous aussi, peut être.

Mais l'équipement en wifi à bord doit poser un certain nombre de problème comme son influence potentielle sur les autres équipements embarqués ?

  • J'adore 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sans même taper, EDF utilise la technologie CPL (courant porteur en ligne) sur ces lignes à haute tension pour véhiculer des informations. Ça serait faisable pour nous aussi, peut être.

Mais l'équipement en wifi à bord doit poser un certain nombre de problème comme son influence potentielle sur les autres équipements embarqués ?

Je disais cela moitié en rigolant!!! des infos numériques véhiculées par la caténaire, récupérées par le train à l'aide du ou des pento et redistribuées à bord en wi fi!

simple à imaginer, mais certainement très compliqué à faire.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Avec un sectionnement tous les 50kms pour changer de phase, avec des harmoniques qui sont déjà renvoyées (bien que filtrées) à la caténaire lors de freinage par récupération, avec les fréquences qui peuvent repartir dans le rail et donc perturber le cantonnement, les PN, etc...

Tout est possible, tout est réalisable, ce n'est qu'une question de moyen. Mais bon courage à celui qui arrivera à développer ça.

Sans compter que le système intéresse pour le moment un seul opérateur (la SNCF, plus particulièrement SNCF Voyages), et que l'infrastructure appartient à RFF, qui a autre chose à faire avec son pognon.

  • J'adore 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Avec un sectionnement tous les 50kms pour changer de phase, avec des harmoniques qui sont déjà renvoyées (bien que filtrées) à la caténaire lors de freinage par récupération, avec les fréquences qui peuvent repartir dans le rail et donc perturber le cantonnement, les PN, etc...

Tout est possible, tout est réalisable, ce n'est qu'une question de moyen. Mais bon courage à celui qui arrivera à développer ça.

Sans compter que le système intéresse pour le moment un seul opérateur (la SNCF, plus particulièrement SNCF Voyages), et que l'infrastructure appartient à RFF, qui a autre chose à faire avec son pognon.

Avec un sectionnement tous les 50kms pour changer de phase, avec des harmoniques qui sont déjà renvoyées (bien que filtrées) à la caténaire lors de freinage par récupération, avec les fréquences qui peuvent repartir dans le rail et donc perturber le cantonnement, les PN, etc...

Tout est possible, tout est réalisable, ce n'est qu'une question de moyen. Mais bon courage à celui qui arrivera à développer ça.

Sans compter que le système intéresse pour le moment un seul opérateur (la SNCF, plus particulièrement SNCF Voyages), et que l'infrastructure appartient à RFF, qui a autre chose à faire avec son pognon.

Le courant de signalisation en BA arrive pourtant à s'affranchir des séparations, des harmoniques, à être séparé du courant de retour traction et autres trucs tordus de la fée électrique.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pourtant ça semble bien fonctionner dans l'aviation ?

Pointer une antenne vers un satellite à partir d'un avion volant en altitude assez élevée (pas/peu de nuages à traverser), qui n'est pas sans arrêt en train de tourner, se pencher, se cabrer (en dehors des zones de turbulences), qui vibre aussi moins, me parait moins complexe qu'à partir d'un train. Même si ça parait comparable de prime abord, le système de positionnement de la parabole doit être soumis à moins de contraintes dans un avion.

Enfin j'imagine ça en tant que néophyte qui n'a jamais pris l'avion ^^

Il doit aussi y avoir une histoire de retour sur investissement. Dans un avion, notamment un long courrier, la clientèle susceptible de faire appel à ce genre de service est surement plus importante que sur un trajet TGV de 2h. La proportion de clientèle d'affaire (celle qui pourrait être la plus intéressée par le service) est peut être plus importante dans un avion que dans un train.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans les trains aussi mais...

Le JDD indique un ordre de prix d'environ 1/2 million d'euro par avion pour l'équiper en internet/wifi.

En imaginant un trajet moyen de deux heures et qu'1/4 d'une rame embarque des drogués d'internet prêt à débourser 10€ pour surfer pendant le voyage, il faudra entre 500 et 1000 trajets pour rentabiliser le financement. Une rame fait combien de trajet par an ?

Il manque cette donnée pour savoir à peu prêt si le financement est rentable en moins de cinq ans. Ça ne me semble pas si irréaliste, sauf si une donnée de départ est erronée...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le courant de signalisation en BA arrive pourtant à s'affranchir des séparations, des harmoniques, à être séparé du courant de retour traction et autres trucs tordus de la fée électrique.

"Tout est possible, tout est réalisable, ce n'est qu'une question de moyen." ;) Pense aussi à l'homologation pour un système qui n'a rien à voir avec le fait de faire circuler un train.

  • J'adore 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'ailleurs, toujours sur un hypothétique équipement futur : Y a-t-il des Duplex équipés ? On la met où, l'antenne, sur le Duplex ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"Tout est possible, tout est réalisable, ce n'est qu'une question de moyen." ;) Pense aussi à l'homologation pour un système qui n'a rien à voir avec le fait de faire circuler un train.

Toujours une question de coûts... Argh, l'argent reste toujours le nœud du problème.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité necroshine

Le test wifi sur TGV a coûté les yeux de la tête avec un résultat médiocre... La SNCF en tirait le bilan il y a quelques semaines...

Pourquoi dépenser des centaines de millions d'euros dans cette connerie alors que quasi tout le monde aujourd'hui a son forfait 3G voir 4G...

  • J'adore 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Peut être parce qu'entre le moment où un gars a l'idée et la fin des tests, il se passe beaucoup de temps et que la 3G devient dans le même temps, un truc commun.

C'est exactement ce qui s'est passé.

Pour le dire autrement, avoir une bonne idée est important, les moyens pour le réaliser bien plus important.

En cycle court avec résultat honorable intermédiaire de type méthode Agile, on aurait réussi à innover et se faire de la publicité (comme le Internet dans certains avions).

Seulement voila, pour les innovations technologiques dont informatiques, on ne se donne plus les moyens pour réussir mais bien le minimum pour merder une bonne idée.

Dans les années 80-90, on savait jouer du pognon sur les innovations informatiques et cela rapportait des milliards de francs rapidement (notamment en réorganisation er adaptation des méthodes de travail).

C'était au siècle dernier.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant



×
×
  • Créer...