Aller au contenu
Le Web des Cheminots

Réforme du système ferroviaire


Messages recommandés

Il y a 5 heures, r2d2 a dit :

douche froide pour les syndicats qui ont laissé un fol espoir s'installer chez les grévistes car :

(1) oh la baffe magistrale contre G.Pépy et ses équipes à St Denis qui déjà avaient une liste de petites lignes non rentables à proposer. Il y a une brèche où les syndicats peuvent s'engouffrer pour sauver des emplois régionaux, si cela leur ait prioritaire évidemment.

Pourquoi tu parles de douche froide ? Il n'a jamais dit autre chose que cela !

Il y a 5 heures, r2d2 a dit :

«si vous voulez avoir une discussion, c'est que par définition, vous êtes ouvert. Si vous avez déjà décidé, c'est pas la peine de discuter», explique-t-il

Il est rigolo Philippe quand il dit ça !

"Si vous venez me voir, c'est que vous êtes ouvert au dialogue." Par contre il précise qu'il reçoit les OS mais "pas pour parler de Statut, pas pour parler de l'ouverture à la concurrence, pas pour parler de la réorganisation de l'entreprise"... bah qu'il ne les reçoive pas ça ira plus vite s'il n'est pas disposé à discuter non plus ! Pour vouloir discuter il faut être 2, lui n'est pas disposé, il se fout ouvertement de notre gueule.

  • J'aime 3
  • J'adore 4
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 2,9k
  • Création
  • Dernière réponse

Les plus actifs dans ce sujet

Les plus actifs dans ce sujet

Publications qui font réagir

Il ne faut pas croire tout ce que l'on entend... Certains ne sont pas d'accord avec ce chiffre et ce ne sont pas des cheminots : "Le rapport Spinetta évoque un surcoût du travail à la SNCF de 30 

Selon le Larousse, définition du mot fusion: Réunion en un seul groupe de divers éléments distincts Application à la SNCF: c'est passer de 2 à 4 entités. J'ai du rater un truc... Pourtant, j'a

A Nantes, ça roule encore, mais de façon très sporadique, pour les Journées du Patrimoine ainsi que pour des groupes (style pour le COPEF, AFAC...). Voici la motrice 144 de Nantes, vue dimanche dernie

Images publiées

Il y a 5 heures, r2d2 a dit :

douche froide pour les syndicats qui ont laissé un fol espoir s'installer chez les grévistes car :

(1) oh la baffe magistrale contre G.Pépy et ses équipes à St Denis qui déjà avaient une liste de petites lignes non rentables à proposer. Il y a une brèche où les syndicats peuvent s'engouffrer pour sauver des emplois régionaux, si cela leur ait prioritaire évidemment.

y a pas plus de baffe que de coup de pied au cul.... la liste de base est prête avec l'accord du GVT depuis xxx temps  après pour ce qui sera gardé ou pas (on est dans l'enfumage), ce sera en discutions avec les élus nationaux ,ou régionaux..et en fonction se leur comportement et de leurs finances.. contrairement au statut et à la concurrence ou là il faut lui appuyer fort sur le ventre pour que cela bouge..

Modifié par jackv
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Depuis 8h, le Premier Ministre reçoit les organisations syndicales, l'une après l'autre, et c'est l'UNSA qui a ouvert le bal

Citation

« Nous ne reviendrons pas sur l’ouverture à la concurrence, la réorganisation de l’entreprise et la fin du recrutement au statut », répète à l’envi Édouard Philippe

« S’il veut sortir du conflit », a répondu Laurent Brun, n°1 de la CGT Cheminots, « il faudra que le gouvernement bouge sur sa réforme ». « Les grévistes iront au bout »

http://www.letelegramme.fr/france/sncf-les-syndicats-recus-a-matignon-ce-lundi-07-05-2018-11951304.php

Citation

Selon l'UNSA, le Premier ministre a promis de nouvelles "discussions en mai" avec les organisations syndicales. Il a également indiqué que le gouvernement allait déposer des amendements au projet de loi de réforme ferroviaire qui doit être examiné fin mai au Sénat.

http://fr.euronews.com/2018/05/07/les-syndicats-de-cheminots-recus-a-matignon

Parallèlement à ces entrevues ministérielles, Sud organise ce jour une manifestation des Invalides à Montparnasse. De son coté la CFDT, par la voie de son numéro 1 confédéral, qui voit en ce rendez-vous un "acte d'ouverture", il réitère sa demande d'engagements forts  de la reprise de la dette de la mis en place d'une politique d’investissement de l"Etat et « la garantie  d’une convention collective de haut niveau »

 

 

 

  • J'adore 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

enfin les choses bougent dans les médias le plus hargneux habituellement:

http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/2018/04/13/29001-20180413ARTFIG00288-sncf-ces-47-milliards-de-dette-qui-posent-probleme.php

out y est, dont la somme de la dette SNCF a faire soit même (46,6 G€ + 7,9 G€ au 31/12/2017); donc on rajoute allègrement +1 G€ aujourd'hui, pour contredire la 1ère ligne de l'article: bien avant 2020, les 50 G€ de dette ferroviaire sont déjà dépassés depuis la torpille du président Hollande qui a accolé ex-RFF à SNCF sans prendre un € de dette.

Cet article coïncide avec la 1er audition des syndicats cheminots par le 1er ministre: cela bouge, l'Etat doit reprendre TOUTE la dette ferroviaire pour relancer le secteur (et pas que SNCF). Plusieurs bons arguments de l'article peuvent nous faire comprendre que Macron marche sur des oeufs et soit cela passe (par le désendettement total), soit le résultat sera une mauvaise omelette qui peut faire capoter définitivement de chemin de fer à court terme sauf miracle.

NB: palme de l' "Autruche d'Or" pour ce tract du syndicat FIRST: mieux vaut avoir la tête dans le sable que d'affronter la réalité économique. Et leurs conclusions sont pitoyables: heureusement que First n'est pas représentatif avec de telle analyse!

http://syndicatfirst.over-blog.com/2018/05/sncf-et-si-la-dette-n-etait-plus-un-probleme.html

Modifié par r2d2
  • J'aime 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le référendum à Air France donne des idées à la CGT, qui souhaite donner ce "caractère aérien" à la SNCF, va proposer cette idée demain à l'interfédérale, G. Pépy et I. Borne en sont totalement opposés.

Citation

"On va faire une proposition, qui a déjà été acceptée sur le principe avec nos partenaires, et qui sera probablement sous la forme d'un référendum", a annoncé Laurent Brun sur LCI. "L'objectif c'est qu'on montre au gouvernement qu'il va falloir qu'il recule sur le cœur de sa réforme"

https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/sncf/greve-a-la-sncf/greve-a-la-sncf-la-cgt-cheminots-souhaite-organiser-un-referendum-en-interne-sur-la-reforme_2741849.html

De son coté, le président de la SNCF a donc écarté cette idée arguant que cette réforme appartenait au peuple à travers la représentation nationale, via les parlementaires de l'Assemblée Nationale et du Sénat

Citation

"La réforme ne peut pas se régler à l’intérieur de la SNCF", a souligné Guillaume Pepy. L’entreprise est publique, il revient donc aux députés et sénateurs de décider de son statut, de la reprise de sa dette et des autres "gros sujets", a-t-il estimé. Les salariés de la SNCF qui participeraient à élaborer la réforme, "C’est comme si c’était les inspecteurs des impôts qui faisaient les réformes fiscales", a-t-il considéré.

http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/guillaume-pepy-la-reforme-ne-peut-pas-se-regler-a-l-interieur-de-la-sncf-1439926.html

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

https://www.nouvelobs.com/economie/20180508.OBS6337/la-fin-du-statut-des-cheminots-generera-100-millions-d-economie-par-an-promet-borne.html

 

100 millions d'euros d'économies par an selon la ministre, rien que l'emploi du terme "économies" démontre que la fumeuse théorie du "sac à dos social" n'est qu'une aimable plaisanterie....

  • J'adore 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, NEMO94 a dit :

https://www.nouvelobs.com/economie/20180508.OBS6337/la-fin-du-statut-des-cheminots-generera-100-millions-d-economie-par-an-promet-borne.html

 

100 millions d'euros d'économies par an selon la ministre, rien que l'emploi du terme "économies" démontre que la fumeuse théorie du "sac à dos social" n'est qu'une aimable plaisanterie....

100m€ d'économie, c'est ridicule vis à vis des intérêts annuels de la dette (+1,5Md€/an).

C'est là que l'on se rend compte que la réforme proposée part sur de mauvaises bases: le problème n'est pas le personnel mais bien l'endettement abyssal.

En plus j'ai un gros doute sur ces 100m€ d'économie car en recrutant en PS25, il faudra bien payer des cotisation chômage et une mutuelle complémentaire aux salariés, sans parler de l'augmentation quasi automatique du salaire par ancienneté à un rythme qui fera pâlir d'envie les cheminots au statut. Et que dire des services rendus inutiles comme la médecine interne SNCF (pas pour les PS25) dont le coût sera toujours là pour des années, tant qu'il restera des cheminots au statut en activité.

En plus, un embauché PS25 avec expérience professionnelle sera embauché bien plus cher qu'un cheminot au statut et il y aura négociation du salaire à l'embauche. On l'a déjà vu avec les salaires des pointures en haut de l'organigramme: ce ne sont pas des salaires de qualif H !

  • J'aime 1
  • J'adore 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sur qu'il va y avoir des candidats de haute valeur pour suivre l'exemple de Florence Parly qui touchait 50.000 euros par mois. Avec de tels niveaux de salaire, il ne devrait pas manquer de candidats ni de candidates, pour des postes dans des bureaux climatisés et horaires de bureau une fois que la réforme sera bouclée, pour le reste la sous traitance avec de la main-d'oeuvre européenne ça devrait faire l'affaire et permettre d'éponger les dettes. À suivre. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, r2d2 a dit :

100m€ d'économie, c'est ridicule vis à vis des intérêts annuels de la dette (+1,5Md€/an).

C'est là que l'on se rend compte que la réforme proposée part sur de mauvaises bases: le problème n'est pas le personnel mais bien l'endettement abyssal.

En plus j'ai un gros doute sur ces 100m€ d'économie car en recrutant en PS25, il faudra bien payer des cotisation chômage et une mutuelle complémentaire aux salariés, sans parler de l'augmentation quasi automatique du salaire par ancienneté à un rythme qui fera pâlir d'envie les cheminots au statut. Et que dire des services rendus inutiles comme la médecine interne SNCF (pas pour les PS25) dont le coût sera toujours là pour des années, tant qu'il restera des cheminots au statut en activité.

En plus, un embauché PS25 avec expérience professionnelle sera embauché bien plus cher qu'un cheminot au statut et il y aura négociation du salaire à l'embauche. On l'a déjà vu avec les salaires des pointures en haut de l'organigramme: ce ne sont pas des salaires de qualif H !

Je ne sais pas comment est obtenu ce chiffre de 100 M€ il faudrait des chiffrages précis, mais ça montre bien que cette obsession gouvernementale d'éteindre le statut est plus idéologique qu'autre chose, et la dette, c'est aussi au moment de la création de RFF qu'il aurait fallu la reprendre, mais à l'époque déjà Maastricht, Euro toussa...

  • J'adore 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 5 heures, NEMO94 a dit :

https://www.nouvelobs.com/economie/20180508.OBS6337/la-fin-du-statut-des-cheminots-generera-100-millions-d-economie-par-an-promet-borne.html

 

100 millions d'euros d'économies par an selon la ministre, rien que l'emploi du terme "économies" démontre que la fumeuse théorie du "sac à dos social" n'est qu'une aimable plaisanterie....

Non mais sans déconner, tout ça pour ça.... tout ce raffut pour 100 M d’économies ? C’est bien ce qu’on pense depuis le début, Pepy veut se faire les cheminots car c’est bien lui qu’il est derrière tout ça. Écœurant...

  • J'adore 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce qui est remarquable dans ces chiffres c'est que ces 100 millions d'euros rapportés aux 131000 cheminots au statut concernés selon les propres chiffres du ministère, cela fait une économie potentielle annuelle de 763 euros par cheminot au statut soit 63,58 euros mensuels par cheminot.

Tout cela pour cà ? Notre statut ne 'vaut' et ne coûte pas grand chose financièrement parlant et Jupiter a voulu faire tout simplement un coup politique sur notre dos dans la préparation de 2022, le trophée "Cheminots 2018" étant un élément à mettre à son bilan apprécié par un certain électorat.

Par contre, les intérêts de la dette s'élèvent annuellement à 1,5 milliards d'euros soit  plus de 4 millions d'euros par jour (1500000000/365) soit plus de 171000 euros par heure (150000000/365/24) soit 2853 euros d'intérêts à la minute  (150000000/365/24/60) soit quasiment 50 euros à la seconde versés par la SNCF aux banques, rien qu'en intérêts. Chaque minute la SNCF verse quasiment 3000 euros d'intérêts aux banques !! Les bras m'en tombent !! Le capital n'est même pas remboursé !

Avec la réforme projetée, la SNCF nouvelle version n'aura plus la garantie de l'Etat sur ses emprunts et les taux d'intérêts versés aux banques augmenteront. Ce sont elles les seules gagnantes dans cette réforme.

Quant au projet de référendum à l'intérieur de l'entreprise, c'est là une bonne idée qui est même prévue par la loi Travail permettant - en cas de blocage - de connaître le sentiment des employés.

Certes, le référendum est à l'initiative de l'employeur mais il n'est pas interdit d'innover.

Il est assez révélateur que la Démocratie fasse si peur ces dirigeants.

Avec plus de 80% de cheminots au travail, logiquement le projet gouvernemental devrait obtenir un large satisfecit ...

Référendum ? Chiche ?

 

  • J'aime 2
  • J'adore 4
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Consultation menée par l'intersyndicale auprès des Cheminots du 14 au 21 mai

Citation

L’intersyndicale (CGT, Unsa, SUD et CFDT) de la SNCF a décidé mercredi 9 mai d’organiser une « vote-action » pour demander aux salariés de l’entreprise s’ils sont « pour ou contre » la réforme de la SNCF, a annoncé à la presse Laurent Brun (CGT-cheminots)

https://www.ouest-france.fr/economie/transports/sncf/sncf-l-intersyndicale-decide-de-faire-voter-les-cheminots-sur-la-reforme-5749823

Le Monde cite G. Pépy qui désapprouve cette initiative en arguant que c'est à la représentation nationale de mener le processus législatif à son terme.

Citation
Contrairement à Air France, où la direction avait organisé un référendum, à la SNCF la direction ne cautionne pas cette initiative, considérant que le sujet est principalement législatif. « Les cheminots sont bien évidemment concernés par la réforme, déclare au Monde Guillaume Pepy, le président de la SNCF. Mais celle-ci touche tous les Français. C’est donc à leurs représentants élus de se prononcer. Personne ne peut leur confisquer ce débat. »

http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2018/05/09/les-syndicats-de-cheminots-preparent-un-referendum-sur-la-reforme-a-la-sncf_5296671_1656994.html

 
 
  • J'aime 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 11 heures, Greg4546 a dit :

Consultation menée par l'intersyndicale auprès des Cheminots du 14 au 21 mai

 
 

 

Il y a 11 heures, Greg4546 a dit :
Contrairement à Air France, où la direction avait organisé un référendum, à la SNCF la direction ne cautionne pas cette initiative, considérant que le sujet est principalement législatif. « Les cheminots sont bien évidemment concernés par la réforme, déclare au Monde Guillaume Pepy, le président de la SNCF. Mais celle-ci touche tous les Français. C’est donc à leurs représentants élus de se prononcer. Personne ne peut leur confisquer ce débat. »

c 'est pas tant que la réforme des cheminots touche tous les français...car le terme est mal choisi sémantiquement parlant,

c'est juste que l’État étant l' actionnaire majoritaire, on pourrait penser que les français pourraient avoir voix au chapitre en tant que contribuables.

ce qui n'était pas le cas pour Air France puisque L’État ne détient désormais plus que 15 % du capital. ( ce qui n’empêche pas "son avis et ses recommandations" de compter double au triple...impensable dans une SA normalement constituée).

Pépy n'a certainement pas envie de se sacrifier sur l'autel d'un référendum du personnel.

Dans ces cas là autant demander à l’État de le remercier et de nommer un nouveau PDG.

Bref la comparaison avec Air France n'est pas judicieuse tant la situation avec SNCF n'est pas comparable sauf peut être sur un point :

Ce sont ceux qui "tiennent le manche" qui sont la clef de voute de la poursuite ou de la fin du mouvement.

et pour Air France si KLM lassé par les mouvements venait à se retirer du capital, Etat ou pas, la compagnie serait direct au tapis.....comme la Sabena ou la Panam en leur temps... ;)

 

Modifié par capelanbrest
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 08/05/2018 à 20:35, Tophe a dit :

Non mais sans déconner, tout ça pour ça.... tout ce raffut pour 100 M d’économies ? C’est bien ce qu’on pense depuis le début, Pepy veut se faire les cheminots car c’est bien lui qu’il est derrière tout ça. Écœurant...

100 Millions d'économie par la ministe, que 10 millions d'économie par la SNCF....si 100 millions represente 63,58 mensuel par cheminot, alors cela represente 6,358 mensuel pour 10 millions d'economie..

combien coute une journée entière de grève a la SNCF? c'est pas autour de 20 millions par jour???

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le ‎09‎/‎05‎/‎2018 à 00:32, jeanpaulmichel a dit :

 

Avec la réforme projetée, la SNCF nouvelle version n'aura plus la garantie de l'Etat sur ses emprunts et les taux d'intérêts versés aux banques augmenteront. Ce sont elles les seules gagnantes dans cette réforme.

 

 

Ceux qui étaient pour la réintégration de RFF dans SNCF Réseau se sont faits avoir.

SNCF mobilité est presqu'à l'équilibre, en revanche SNCF Réseau a récupéré la dette de l'Etat qui était dans la structure de cantonnement RFF, et maintenant on parle de" la dette de la SNCF", qui n'existe pas en réalité : c'est juste la dette de l'Etat !

C'est comme si on refilait la dette des routes nationales à XPO Logistics ou Calberson , c'est une pure arnaque !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu interprètes bien comme ça t'arrange. Réseau et mobilité ne doivent pas être séparés. On a bien pu tester les nombreux problèmes depuis la création de rff. Là où est l'arnaque gouvernementale, c'est de retransférer le réseau à la sncf sans avoir effacé la dette! 

C'est à ce niveau que l'on s'est fait avoir comme tu le dis. Donc arrête de tout déformer en permanence, pour trouver des arguments à tes plans foireux!

  • J'aime 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 23 minutes, yienyien89 a dit :

Tu interprètes bien comme ça t'arrange. Réseau et mobilité ne doivent pas être séparés. On a bien pu tester les nombreux problèmes depuis la création de rff. Là où est l'arnaque gouvernementale, c'est de retransférer le réseau à la sncf sans avoir effacé la dette! 

C'est à ce niveau que l'on s'est fait avoir comme tu le dis. Donc arrête de tout déformer en permanence, pour trouver des arguments à tes plans foireux!

Bien sûr que  si ils doivent être séparés !

L'infrastructure c'est le boulot de l'Etat, pas celui d'un opérateur ferroviaire.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On sait que tu veux la mise a mort de la sncf. Je sais pas trop pourquoi en fait?! Un cheminot t'a fait du mal?... 

La séparation de l'infra a été la pire décision depuis des décénnies. Les disfonctionnements bien trop nombreux. Mais apparemment certains aiment se faire du mal.

A moins que tu prennes un max de blé dans ta boite et qu'il faut bien que tu leur rendes en servant leur doctrine anti boite publique...

  • J'aime 3
  • J'adore 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Mak a dit :

Bien sûr que  si ils doivent être séparés !

L'infrastructure c'est le boulot de l'Etat, pas celui d'un opérateur ferroviaire.

ta haine anti-SNCF et anti cheminot au statut t'aveuglent.

Pour avoir plus d'arguments anti-SNCF, n'oublie de donner ton obole à:

http://www.ifrap.org/soutenir-la-fondation-ifrap#impots

 

Modifié par r2d2
  • J'adore 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un réseau ferroviaire restera toujours un monopole naturel, la séparation (comptable) entre infras et exploitant(s) a été posée souvent comme préalable à l'introduction de la concurrence, mais ensuite les plus dogmatiques firent de la séparation organique (et du cloisonnement entre activités) une solution ultime aux problèmes liés aux subventions croisées et à l'asymétrie d'info au profit de l'exploitant historique...

20 ans après on voit ou tout ceci a mené !

 

 

  • J'aime 1
  • J'adore 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A quoi va ressembler la "vot'action" des cheminots ? (source Europe1 - 10/05/2018)

Citation

... Concrètement, du 14 au 21 mai, les 150.000 cheminots de la SNCF vont être invités à répondre à la question suivante : "Êtes-vous pour ou contre le pacte ferroviaire porté par le gouvernement ?" La formulation a déjà été critiquée par les soutiens du gouvernement, jeudi. "Je remarque qu'on pose la question sur la réforme, on ne leur dit pas : 'Est-ce que vous êtes pour la poursuite de la grève ?'", a notamment commenté le député LREM Gilles Le Gendre.

Le vote se fera de manière traditionnelle, via des bulletins papier ...

http://www.europe1.fr/economie/sncf-a-quoi-va-ressembler-la-votaction-des-cheminots-3648788

Voir aussi l'article du journal "Le Monde" :

http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2018/05/09/les-syndicats-de-cheminots-preparent-un-referendum-sur-la-reforme-a-la-sncf_5296671_1656994.html

Modifié par Pascal 45
  • J'adore 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Au sujet de la question posée : "Êtes-vous pour ou contre le pacte ferroviaire porté par le gouvernement ?"

Dans notre société de communication- manipulation - les mots ont un sens précis et certains termes peuvent être maladroitement utilisés.

Le mot ''pacte'' est repris à toutes les sauces de manière erronée à mon sens : 

https://www.usinenouvelle.com/article/sncf-le-nouveau-pacte-ferroviaire-a-peine-adopte-le-gouvernement-annonce-la-fin-de-l-embauche-au-statut-des-2020.N681609

https://www.sncf.com/fr/groupe/reforme-ferroviaire-2018-questions-enjeux-decryptages

Or, le mot pacte a un sens bien précis : il traduit un accord entre les parties.

http://www.linternaute.fr/dictionnaire/fr/definition/pacte/

Dans le cas présent, quelles sont les parties en présence ayant décidé de cimenter leur accord préalable par un pacte ? Le gouvernement bien sûr - en accord avec lui-même- mais quelle est la seconde partie qui ... pactise ?

Remarque sans importance sur la question de fond, le mot réforme paraissant cependant plus adapté. 

Quand au commentaire du député LREM, il démontre combien ces dirigeants craignent le citoyen ou le salarié informé sur les conséquences de telle ou telle réforme en général.

Ceci me rappelle le référendum du traité européen de 2005 qui devait passer comme une lettre à la Poste pour être finalement rejeté à 55% après un long débat démocratique. Il sera appliqué par NS en totale violation de la volonté initiale du peuple.

Dans le cas de la réforme ferroviaire, si ces politiques étaient sûrs d'eux, ils proposeraient un référendum national sur un tel sujet car, de plus, la réforme ferroviaire ne faisait pas partie du programme électoral de Jupiter.

Mais cela ouvrirait la porte à un débat démocratique public et cela ces dirigeants obnubilés par leur idéologie libérale ne le permettront pas.

Nous sommes encore bien loin de nos amis suisses qui - sauf erreur de ma part - vivent dans une démocratie apaisée.

 

 

Modifié par jeanpaulmichel
Précision dans le corps du texte
  • J'adore 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

un référendum national sur le ferroviaire ?

Il faut arrêter le nombrilisme, tout ne tourne pas autour du train-train, du tchou-tchout et les français ont bien d'autres préoccupations qu'une réforme qui garantit aux cheminots actuels de garder leur statut, leurs facilités de circulation, leur retraite (attention, pas le calcul de la pension) et la médecine si chère à la corporation (comme si les salariés possédant une carte vitale n'étaient pas remboursés de leur visite au médecin).

Déjà montrez que le  lundi 14 mai le taux de gréviste dépasse 25%, y compris en Direction et votez massivement, à +75% à cette consultation interne que gentiment les syndicats organisent, en sachant plus comment mobiliser les troupes au point de se demander si la grande majorité silencieuse n'est finalement en accord avec la réforme.

N'oublions pas qu'au 2e tour Macron a été largement élu et que Mélenchon n'a obtenu qu'une honorable 3e place à 20%,  quasiment le même % de gréviste actuellement.

  • J'aime 2
  • J'adore 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant



×
×
  • Créer...